Finis Terrae

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Finis Terrae

Message par Léonox le Lun 25 Juil 2016 - 20:16

Au commencement était la fuite. La fuite éperdue, frénétique, du genre à perdre haleine et tout un tas d’autres trucs en route. La fuite comme une fin en soi, et le plus loin possible, tant qu’à faire. C’est pourquoi je n’ai pas eu l’impression de choisir cette ruine isolée battue par les vents mauvais. Située au bord d’une falaise à pic, la masure a dû jadis présenter un aspect qualifié d’original. Mais ce qui subsiste aujourd’hui de ses angles baroques portant l’empreinte fébrile d’un architecte en pleine descente de LSD a été ravagé par les assauts permanents de la pluie et du sel. Les modalités de la location furent ainsi expédiées en quelques minutes. Le type de l’agence, trop heureux de se débarrasser d’un tel fardeau, ne me posa aucune question quand je lui remis six mois d’avance en cash.

Il se contenta de me prévenir qu’il y avait quelque part sous la maison une grande cave, mais son accès était condamné depuis si longtemps que plus personne ne savait où il se trouvait. Sur le moment, je ne pris pas garde à ce détail. Il faut dire que j’avais d’autres chats à fouetter. Vieux chien de fusil que je suis, je commençai par adopter la mezzanine en forme de niche située sous le toit, même si j’eus toutes les peines du monde à y faire pénétrer un matelas et mon petit matériel. Suite à quoi je dus m’employer à rendre les lieux habitables. Pas que j’aie des goûts de luxe, loin s’en faut, mais je n’étais pas disposé pour autant à partager mon espace vital avec des dizaines de bestioles rampantes et autres rongeurs à queue annelée. Depuis quinze ans que la baraque n’était plus louée, la vermine avait eu le temps de proliférer. Et les parasites comme moi supportent assez mal la comparaison.

Je ne suis d’ailleurs plus en état de supporter grand-chose. J’ai surtout besoin d’assurer mes arrières, le temps de préparer la contre-offensive. En espérant que les choses ne vont pas s’accélérer, parce que mes crises sont encore trop fréquentes. Il faut que je récupère un peu. Une mise au vert pour voir rouge. Pour mieux creuser sous la surface, et mettre à jour le visage de la bête. Pour pouvoir faire bouffer son sourire édenté à mon démon familier. Dans ma tête, un pas en avant, deux pas en arrière, comme d’habitude ça bouge dans tous les sens mais je garde la main. Une main de fer dans un gant de crin, le tout serré sur la crosse du Mauser en attendant que les coupables se transforment en victimes. Miroir, joli miroir, approche-toi que je te casse la gueule, sept ans de malheur c’est pas grand-chose, allez, donne-moi tes bouts de verre et je te montrerai mes poignets…

Fermé. Gris sur gris. Complainte contre X avant le règlement de compte à rebours. En temps normal ça suffirait, mais justement, ce temps n’est pas normal, c’est l’heure paradoxale où les distances s’abolissent, du grenier à la cave et de la cave à... Au bout du monde, je hurle en silence quand le reflux se transforme en reflet ricanant. J’ai offert implorant mon visage aux furies, mais celles-ci, estimant que ma peine n’était pas capitale, ont remplacé la hache par des centaines de gifles mouillées pour mieux saler mon sang. Surgie de la mer déchaînée, la horde des naufragés avance en une lente procession, esquissant un cercle qui n’attend que moi pour se fermer. Déjà une main osseuse se tend vers moi, je suis tenté, je m’abandonne… Et reviens à moi avant d’avoir pu imploser en paix.

Ouvert. Fin de l’intrusion. Entre état second et seconde vue, du bruit blanc sur un chaos noir. Sur cette plage perdue cernée de masses rocheuses coupantes comme des rasoirs, je ne suis pas aussi seul que je devrais. Ceux que j’ai tués, et ceux qui m’ont payé pour ça. Ce que je ne veux plus faire, et ceux qui veulent me le faire payer. C’est à ça que je songeai quand je repris conscience, gisant face à un amoncellement rocailleux qui me sembla sur le moment peu naturel. Encore sous le choc de ma vision, il me fallut quelques instants pour comprendre qu’il s’agissait d’un cairn. Un cairn… Bien sûr, je me trouvais en territoire celte, mais même par ici, ce type de vestige mortuaire n’était pas si répandu. J’y vis un signe, et je compris ainsi pourquoi j’avais échoué dans cette région appelée la fin de la terre.

Je commençai aussitôt à déblayer l’énorme tas de pierre comme si ma vie en dépendait. Quand j’en eus terminé, je constatai que le monticule n’abritait aucun reste humain. Du moins pas encore. L’édifice païen dissimulait l’entrée d’un tunnel. Et cette bouche ovale creusée dans la falaise menait à une trappe permettant d’accéder à la fameuse cave. Un cairn. Une cave… Un caveau. Tout s’achèvera là, entre ciel et mer. Car je ne veux plus fuir, et j’ai assez de cadavres exquis sous le coude pour attirer les mouches à viande dans mon placard. Alors je me suis installé dans le sous-sol, que j’ai décoré à ma façon. Puis j’ai relié le détonateur à la trappe. Ils n’auront pas le temps de comprendre ce qui leur arrive. Moi, j’ai quelques jours pour m’y préparer. Tic tac, tic tac…

4996 signes.
avatar
Léonox
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre

Messages : 2998
Date d'inscription : 24/03/2013
Localisation : Entre le Fleuve Noir et la Rivière Blanche

http://www.riviereblanche.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par mormir le Lun 25 Juil 2016 - 21:04

Du Léonox grand cru ! Il m'a fallu relire certains passages à plusieurs reprises pour bien tout saisir... et encore je ne suis pas sûr d'avoir vraiment saisi toutes les subtilités de l'histoire Smile
Mais que c'est beau !!! Les mots s'agencent comme un poème. Les images flottent devant les yeux. Bref j'ai adoré !
Pour être quand même un peu chiant, la cave me semble être un élément de l'histoire et non son centre.
En tous cas, merci pour ce bon moment de lecture !


CONFUCIUS : lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.
avatar
mormir
— Arpenteur des mondes — Disciple de l'arbre noir
 — Arpenteur des mondes —  Disciple de l'arbre noir

Messages : 2384
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 54
Localisation : Près de Chartres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Cancereugène le Lun 25 Juil 2016 - 21:15

Toujours cette façon si particulière de jouer avec les mots. J'ai l'impression (une fois n'est pas coutume !) d'avoir compris l'histoire, du coup, j'en retire un plaisir certain. Dans la forme, je ne peux rien critiquer. Bien sûr, cette faconde, ce jeu avec les mots, tout comme pour Eimelle, c'est vraiment pas mon truc. Mais je respecte.
Bravo, Léonox, tu maîtrises, c'est solide, charpenté, sérieux, comme toujours...
avatar
Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 2016
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 44
Localisation : Dammarie-lès-lys

https://cancereugene.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Eimelle le Lun 25 Juil 2016 - 22:14

Youpi ! En plus d'Ulysse, y a Léonox qui participe ! C'est jour de fête en plus ! Va falloir que je trouve quelque chose, sans dec'...Wink

Mais je ne sais pas encore quoi !

Je lis cela dès que j'ai cinq minutes !

Bises,
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Eimelle le Lun 25 Juil 2016 - 23:14

Coucou Léonox !

Je ne sais plus très bien quel est ton métier : tu es nouvelliste et romancier... ou poète ? D'accord, tu as choisi d'éviter la question, à défaut d'évider les viscères, et tu as bien raison... Cette prose est d'une beauté vraiment impressionnante... Il y a des passages qui, j'en suis sûre, passeraient sans problème dans un recueil de poésie en prose...

Pour l'histoire, maintenant : je crois que j'ai globalement compris, même si j'aurais aimé que tu allèges encore un peu... Mais c'est beau. C'est de la littérature "enragée", comme tu aimes à le dire.

Bravo à toi, Sire Léonox ! Tu gardes ton titre parmi les ténors !

Bises,
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Zaroff le Mar 26 Juil 2016 - 7:55

J'ai adoré le ton et le rythme de cette cavale. Léonox, c'est simple à décrire. C'est le fruit de l'accouplement de Jim Thompson avec Dante. Et Hodgson en est le parrain. Bravo.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12759
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Léonox le Mar 26 Juil 2016 - 9:49

Merci à tous les quatre. Vous me faites beaucoup d'honneur.

Mormir : je me suis aussi posé la question, pour la cave. Puis j'ai relu les directives. Qui disent ceci : "Pas forcément obligé que l'histoire se passe uniquement dans cette pièce, mais il faut que la pièce soit le centre de l'histoire (Une histoire qui tourne autour de ce qui est dans la cave, mais on est pas obligé d'y descendre...)". Or non seulement mon gars descend bien dans cette fameuse cave, mais la découverte même d'icelle lui donne la révélation. Sans cave, pas de sixième paragraphe, pas de conclusion et par conséquent... pas de texte de Léonox car pas d'autre idée de fin. Donc oui, tu as tout à fait raison, la cave est un élément parmi d'autres, mais il me semble que la fin du texte lui confère a posteriori l'aspect central dont tu parles.

Cancereugène : je connais tes préférences, et tu sais que je les respecte profondément. Reste que je suis content que le sens du texte t'ait semblé clair. Les jeux de mots et les tournures un rien opaques, je pense qu'il y en a bien moins ici que dans certains autres textes de moi que tu as lus. Je suis donc ravi d'avoir trouvé le bon dosage pour que tu ne restes pas à l'écart.

Eimelle : comme j'ai été très touché par ton commentaire et sensible à ta jolie formule "éviter la question / évider les viscères", je vais te livrer un scoop : mon vrai métier, c'est galérien. Mais que ceci reste strictement entre nous. Pour le reste, je constate qu'avec Mormir, vous êtes deux à parler de beauté et de poésie. Moi qui ne suis qu'un modeste trafiquant d'images...

Zaroff : tes parallèles ont le don de me couper la chique. Je ne sais pas trop quoi te dire. Trois auteurs majeurs cités en deux lignes pour décrire mon petit texte, ça fait beaucoup. Trop pour que je puisse te faire une réponse digne de ce nom. En tout cas, une chose est certaine : même si je ne pense pas les mériter, je suis flatté de t'avoir inspiré de telles comparaisons.

Encore une fois un grand merci pour vos lectures et vos retours.
avatar
Léonox
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre

Messages : 2998
Date d'inscription : 24/03/2013
Localisation : Entre le Fleuve Noir et la Rivière Blanche

http://www.riviereblanche.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Paladin le Mar 26 Juil 2016 - 12:23

Et bien, avec Mormir et Eimelle, nous seront trois : je trouve que dans tes nouvelles, il y a toujours une dimension de poème en prose, avec le jeu sur le langage et les images qui en surgissent; et moi j'aime. Tu as un style, certes pas facile à saisir, mais qui ne peut se comparer à aucun autre de ce forum. Je n'ai pas lu Jim Thompson, mais moi j'y vois quelque chose comme un Rimbaud croisé avec Jack Ketchum. Il y a ici des auteurs talentueux, qui manient bien la narration et qui font preuve d’imagination, mais toi, tu es un aventurier de l'écriture, qui casse les codes.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10395
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Raven le Mar 26 Juil 2016 - 14:06

Quand j'ai vu le titre, j'ai tout de suite pensé que Lester avait dû t'inspirer (bon, pour être honnête, j'ai d'abord pensé à Destiny, mais ne te connaissant pas gamer, j'ai aussitôt abandonné cette supposition).

Que dire ? C'est comme toujours très dense à tous les niveaux. Si dense, que j'ai eu par moments l'impression de devoir me tailler un chemin à la machette dans cette jungle foisonnante de références et de jeux d'écriture. Et j'aime ça : on n'a rien sans rien et ça me donne le sentiment de mériter ta prose, même si je reste persuadée d'être passée à côté d'un tas de trucs qui me paraîtront évidents lors d'une future lecture.

Difficile de faire un commentaire à chaud sur un de tes textes, mon esprit part un peu dans tous les sens, happé et distrait par chaque détail au fur et à mesure que j'avance dans ma lecture (en gros, ça fait ça dans ma tête : ah la mer, le sel, le sang, bien vu avec les Furies juste avant ! oh et là un jeu de lettres "ce que je ne veux/ceux qui veulent" ! attends, regarde ici, "cadavre exquis" et "placard" ! Etc., etc.) : je suis comme une petite fille dans une confiserie, les yeux émerveillés par tant de tentations et l'envie de goûter à tout. C'est pervers comme manière d'écrire : la curiosité nous entraîne toujours plus loin jusqu'au moment où on regarde en arrière et qu'on ne voit plus la plage.

Et c'est là que je constate que tu sais doser le fond et la forme avec justesse pour ne pas nous larguer en route. C'est très progressif, on se rend compte à la fin que tu as réussi à nous embarquer dans un voyage stylistique malgré nous. Pour ma part, ça me laisse échouée sur la grève, l'esprit en ébullition, épuisée d'avoir sauté d'un mot à l'autre, d'avoir trouvé des connexions, des rimes, des vers, peut-être même pas voulus (mais là est tout l'art du poète). Le gros point fort, hormis les jeux de mots qui sont ta marque de fabrique, c'est le rythme et la découpe des phrases. Et quand je pense à tout ce à côté de quoi je suis passée, ça me file le tournis.

Pour ce qui est du concours, je suis assez mitigée sur l'importance de la "pièce". Certes, elle est nécessaire, indispensable à la conclusion mais quelque peu mal aimée et oubliée dans le déroulé du texte. J'avoue que c'est un sentiment probablement très personnel car quand je lis de la poésie je m'attache plus à l'ossature qu'au fond, et ici c'est exactement ce que j'ai fait (je ne m'en suis rendu compte qu'à la fin).

Tu as dit un jour que tu ne passais pas plus d'une semaine sur une nouvelle. J'ose à peine imaginer combien de temps t'ont pris ces deux pages, mais quand je vois tout ce que contient ton texte je me sens toute petite.

Bref, une superbe participation qui, si elle ne résonne pas en moi comme certains autres textes du concours, mérite toute mon admiration.


Quiconque lit la présente ligne sait que j'ai les plumes qui fondent.
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 4312
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 41
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par SILENCE le Mar 26 Juil 2016 - 15:54

Salut Léonox,
Je viens de lire ton texte. Non. Pour être tout à fait franc, je viens de le relire, car c'est la deuxième fois (peut-être pas la seconde fois ceci dit) que je m'y attèle. J'ai d'abord procédé à une première lecture ce matin. Autant dire que ce n'était pas le bon moment. Non seulement parce que je n'étais pas réveillé mais parce qu'en plus ma fille était d'humeur à causer. J'ai laissé passer un peu de temps et j'ai lu une seconde fois.
Ce qui est tout à fait étonnant avec tes textes Léo, c'est la facilité avec laquelle tu nous embarques. Ça et la pluralité de sens qu'ils recèlent. Je ne sais pas comment le dire autrement mais, ce matin, alors que ma fille polluait gentiment ma lecture, ton texte m'a paru plutôt clair. Le paradoxe étant qu'après une autre lecture, il me semble plus obscur (pas confus !, obscur) que ce matin. Étrange. Cela me fait penser à ces liturgies qui, ésotériques lorsque l'on est éveillé, déploient tous leurs sens et une bonne partie de leurs mystères lorsque l'esprit navigue entre conscience et inconscience. C'est très étrange et un brin déstabilisant...
Sur le fond, je ne suis pas certain finalement d'avoir tout saisi. Je me reconnais toutefois dans les propos de Raven qui note une progression dans tes paragraphes. L'intensité va crescendo et avec elle, encore un paradoxe, augmente le mystère. En fait, plus tes mots sont aiguisés, plus les images sont fortes, mais plus le sens paraît lointain. Raven (encore elle ! Corbeau de malheur, elle dit tout, elle voit tout, faudrait lui greffer un troisième oeil !) a utilisé une formule qui est : "C'est pervers comme manière d'écrire : la curiosité nous entraîne toujours plus loin jusqu'au moment où on regarde en arrière et qu'on ne voit plus la plage". C'est exactement cela ! Quand je dis que tes images se font plus floues au fur et à mesure du récit (et cela alors que ton style prend de l'ampleur et de plus en plus de force !), je veux dire par là que je suis comme le nageur qui, après quelques brasses, prend de plus en plus de plaisir et d'assurance et qui, se retournant, ne voit de la côte qu'une ligne pâle à l'horizon... Je ne sais pas si je suis très clair, mais je sais que ça a quelque chose d'assez effrayant même si c'est également magnifique. Je pourrai encore en dire des tonnes, je me contenterai seulement de te remercier pour ce voyage...


Dernière édition par SILENCE le Mar 26 Juil 2016 - 19:40, édité 1 fois
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2686
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 43

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Blahom le Mar 26 Juil 2016 - 19:01

Un texte moins hermétique que tes précédentes participations aux concours estivaux (observation uniquement factuelle et non pas qualitative).
J'ai été sensible à la richesse du style et à la force évocatrice de certaines tournures. Tout cela n'est pas sans évoquer certains grands noms de la littérature noire (Malet, Dard).




Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1480
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Léonox le Mar 26 Juil 2016 - 19:44

Hé bé. Rimbaud et Jack Ketchum. Plus Malet et Frédéric Dard. Tout ce caviar rien que pour moi. Avec deux superbes commentaires composés entretemps. Vraiment, c'est ma fête, aujourd'hui.

Paladin : je ne sais pas si je suis un aventurier (si on l'entend au sens "moranien", je crois qu'il me manque un ou deux trucs...), mais c'est vrai que casser les codes, j'aime ça. Je dirais même que tu as mis le doigt sur une des raisons pour lesquelles je continue à écrire (en dehors de mes petits travaux "de commande", bien sûr). C'est un très beau compliment que tu me fais là.

Raven : l'histoire du "mérite" et le fait que tu te sentes "toute petite" après avoir lu mon texte, ça me gêne un peu beaucoup passionnément. Je préfère ta comparaison avec la petite fille dans la confiserie. OK pour la pièce, je prends le point : il est exact que j'ai pris le temps de pénétrer l'intimité de la maison avant de déflorer sa face cachée. J'en déduis que tu n'apprécies pas plus que ça les préliminaires. Bien, bien, je note. :mrgreen: Et oui, le titre est (en partie) un clin d'oeil à Lester, tu as vu juste. Mais pas que. Fais une recherche Google avec "Finis terrae", et tu trouveras un deuxième sens on ne peut plus raccord avec le "métier" de mon bonhomme...

Silence : quel beau commentaire, morbleu ! D'autant plus que passer après une analyse de Raven, ce n'est pas rien. Mais ton image du nageur est parfaite, et elle me touche beaucoup. Parce que mine de rien, c'est la troisième fois que je situe un de mes textes au bord de la mer (après plusieurs chapitres de Bloodfist et ma nouvelle A feu et à sang, pour L'almanach des vampires 2). J'aime faire "plonger" mes personnages, et j'aime que le lecteur se sente entraîné à leur suite. Il semble que tu aies été sensible à ma démarche, et j'en suis très heureux. Quant à ta comparaison avec certaines liturgies ésotériques, alors là, tu me combles...

Blahom : moins hermétique, je pense aussi. J'ai l'impression d'être de plus en plus clair chaque année. L'an prochain, j'essaierai un pastiche d'Alexandre Jardin. :mrgreen: Blague à part, comme tu as cité deux de mes maîtres, je n'ai pas grand-chose à ajouter. Comme toujours, tu vois clair dans mon trouble jeu. Mes terra incognita ne le sont pas pour toi, ce qui est des plus agréable.

Tout ceci pour vous dire que j'ai bu vos commentaires comme du petit lait.
Un grand merci à tous les quatre pour vos retours. C'est bien peu, mais c'est sincère.
avatar
Léonox
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre

Messages : 2998
Date d'inscription : 24/03/2013
Localisation : Entre le Fleuve Noir et la Rivière Blanche

http://www.riviereblanche.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Raven le Mer 27 Juil 2016 - 0:50

Ma première idée sur Finis Terrae collait très bien avec le boulot du bonhomme. Là je viens de googler et je n'ai trouvé qu'un vieux film avec un mec qui chope un panaris. Alors, ok, tu es un cinéphile averti, mais quel rapport avec un doigt tout pourri ?
Du coup, je nage en pleine perplexité (pour filer la métaphore de Silence) et je te serais infiniment reconnaissante de bien vouloir m'éclairer.

Raven, corbeau qui n'a pas peur de passer pour une ignare.

PS : tes textes sont parfois obscurs, mais c'est sans commune mesure avec tes explications :mrgreen:


Quiconque lit la présente ligne sait que j'ai les plumes qui fondent.
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 4312
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 41
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Léonox le Mer 27 Juil 2016 - 5:30

Raven a écrit:Ma première idée sur Finis Terrae collait très bien avec le boulot du bonhomme.
Je viens de recoller les morceaux en retrouvant sur Google ce que j'avais déniché par hasard, et en effet ta première idée était la bonne. Il faut dire que quand Mauser rime avec détonateur, on peut légitimement supposer que le gars ne gagne pas sa vie en vendant des aspirateurs. Surtout si on ajoute à ces indices la phrase suivante, qui me paraît pour le moins explicite :
"Ceux que j’ai tués, et ceux qui m’ont payé pour ça."

Raven a écrit:PS : tes textes sont parfois obscurs, mais c'est sans commune mesure avec tes explications :mrgreen:
Mea culpa, mais à obscur, obscur et demi, ma chère. Car comme tu l'as très justement dit, je ne suis pas "gamer". D'où le fait que je n'ai pas du tout percuté quand tu as parlé de Destiny. Mon explication aurait été moins "obscure" si tu avais évoqué le doux staccato produit par un
Spoiler:
fusil d'assaut.

Bon, pour me faire pardonner ce petit quiproquo, j'en profite pour répondre à une question que tu ne m'as pas vraiment posée, mais un peu quand même. En effet, je ne mets jamais plus d'une semaine pour écrire une nouvelle. Pour diverses raisons personnelles, j'estime que ça n'en vaut pas la peine. Mais je dois aussi préciser qu'exception faite de mon roman, je n'ai dû écrire qu'une demi-douzaine de textes qui dépassent les 20 000 signes. Ceci explique cela.


Dernière édition par Léonox le Mer 27 Juil 2016 - 11:22, édité 1 fois
avatar
Léonox
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre
—No name no slogan— Compagnon de l’Ombre

Messages : 2998
Date d'inscription : 24/03/2013
Localisation : Entre le Fleuve Noir et la Rivière Blanche

http://www.riviereblanche.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Tobermory le Mer 27 Juil 2016 - 10:06

J’ai été à la fois captivé par ce texte et un peu frustré aussi. Je l’ai lu d’une traite, entrainé par son rythme, l’atmosphère qui s’en dégage ( j’ai pensé moi aussi à Hodgson), le jeu constant avec les mots et l’humour de dérision désespérée ( par exemple le couplet sur les parasites). Un peu frustré parce que je ne suis pas sûr d’avoir vraiment compris l’histoire, ni si on est dans le fantastique ou seulement dans le polar noir. Il me semble que le héros est un tueur et qu’il est lui-même traqué. J’ai dû chercher sur Google pour apprendre que le Finis Terrae est aussi une arme.
Leonox, je crois que c’est le premier texte de toi que je lis (j’avais d’ailleurs lu très peu de textes de LDO jusqu’à présent) donc je ne peux pas dire s’il est plus ou moins hermétique que les autres. Je suis d’accord avec un des commentaires précédents : « pas confus, mais obscur ». J’ai bien ressenti que ce texte trace sa route fermement, simplement je n’ai pas trop compris vers où.  Cela ne m’a pas empêché d’être sensible à sa force poétique. Donc un vrai plaisir de lecture malgré ma petite réserve toute personnelle.
Rien à voir : puisqu’un commentaire nous a entrainés sur la fausse piste du film de Jean Epstein éponyme de ce texte, j’en profite pour signaler ou rappeler que ce cinéaste classique a réalisé à l’époque du muet une envoutante adaptation de « La chute de la maison Usher »
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 169
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Terrae

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum