Sous la surface.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Sous la surface.

Message par  le Ven 29 Juil 2016 - 14:10

Bon, ben voilà.
Je suis pas emballé, emballé par ma participation, mais je ne vois pas ce que je pourrais faire d'autre.
4 129 signes, espaces compris.

Sous la surface:
Un grondement sourd vibrait dans l’air, semblable au roulement d’un char lancé à toute allure sur les pavés d’une route, mais sans les claquements secs des sabots du cheval et le tintamarre métallique qui allait avec. C’était comme une roue géante filant à travers le monde en l’écrasant. Sauf qu’elle faisait du sur-place. Là. Juste au-dessus de sa couche.
Aulus rejeta les épais draps de coton et s’assit sur le côté du lit en prenant sa tête dans ses bras. Le bruit ne s’arrêtait pas, ne variait pas, ne bougeait pas. Il lui semblait qu’il entrait directement dans son crâne ensommeillé sans passer par ses oreilles. Secouant la torpeur nocturne qui l’étreignait, il lutta quelques instants avec le briquet et l’amadou pour allumer la lampe à huile trônant sur son chevet. La flamme crachota, puis jeta des éclats dans le verre coloré de la cruche rapportée de la campagne d’Hispanie. Le niveau n’avait guère descendu la veille.
Il soupira. Non seulement le vin ne pouvait endosser la responsabilité du son qui lui vrillait le cerveau, mais en plus, avec la chaleur des derniers jours, il n’allait pas tarder à tourner. Quinta serait ravie de le changer en vinaigre. Elle en faisait mettre dans tous les plats possibles à leur esclave.
Où étaient-elles d’ailleurs ? Aulus ne pouvait croire qu’elles pussent dormir en dépit du vacarme couvrant la villa.
Un coup d’œil rapide dans son dos lui confirma qu’aucune des deux femmes ne dormait à ses côtés, et que la nuit, à travers le claustra de la fenêtre, était toujours d’un noir d’encre. Pourquoi personne n’était-il venu le réveiller ?
Il se leva enfin, noua son subligaculum autour de sa taille, puis alla ouvrir la porte de sa chambre d’un pas lourd et renfrogné. Il se figea. Du puits de lumière central de l’atrium tombait un prisme verdâtre iridescent, vertical. Les pieds dans le bassin de l’impluvium juste en dessous, douchée par l’inconcevable lumière, la jeune Aula scrutait les cieux avec la main en visière. Le grondement était un peu plus fort désormais, comme émis par le rai compact.
De l’autre côté de la pièce, Quinta et l’esclave, revêtues à la va-vite des tuniques de la veille, contemplaient la scène avec le même effroi que le maître de maison. Les dieux frappaient la domus familiale.
« Jupiter, prends pitié de ma fille ! » s’entendit-il à peine implorer.
Pour seule réponse à sa supplique, Aula s’éleva lentement dans le prisme, indolente, subjuguée. Elle franchit l’ouverture dans le toit. Ses parents se rapprochèrent de l’impluvium, pas à pas, pour ne pas la perdre des yeux.
Les étoiles avaient cédé la place à une myriade de lucioles bleutées, vibrionnant avec l’ordre d’une armée en manœuvre autour d’un disque lumineux. En bordure de ce cercle étrange, duquel coulait le rayon que remontait la jeune fille inerte, semblaient se mouvoir des silhouettes distordues.
Quinta tomba à genoux dans le bassin, ses lèvres s’agitant en de muettes prières. Aulus lâcha un cri de rage, noyé par le tumulte continu. Il rejoignit sa chambre en quelques enjambées pour se saisir du glaive exposé sur un râtelier mural. Le contact familier de la poignée de cuir dans sa main lui rappela ses années de service, faisant remonter un puissant sentiment de force.
Seulement, en faisant volte-face, il retrouva sa femme, docile, offerte, la tunique trempée collant à sa peau, happée par la lumière obscène. Il se rua sur elle.
Dès que sa main se referma sur la cheville de la domina, le dominus lâcha sa lame. Ses yeux se levèrent vers le ciel, ses bras retombèrent.
Saisie par une détresse effrayée, l’esprit agité d’une ébullition incrédule, serva Drevenn tourna le dos à la scène et claqua l’huis derrière elle. Puis elle resta là, immobile, le souffle court, les yeux écarquillés et les joues traversées de larmes, à attendre que le bruit s’amenuisât, peu à peu.
Le jour revint. Rassemblant le reste des forces drainées par de longues heures d’insomnie nerveuse, l’esclave rouvrit la porte. Au milieu de l’atrium désert, le soleil faisait miroiter l’eau de l’impluvium de ses rayons obliques, comme par la plus tranquille des matinées, mais sous la surface, un glaive rutilait.


Libérée, délivrée, ma femme peut à nouveau voir ses pieds...
avatar
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1307
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 35
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Paladin le Ven 29 Juil 2016 - 20:46

Excuse-moi, j'ai relu plusieurs fois, mais je n'ai pas bien compris. Est-ce que c'est bien çà :

Spoiler:
Aulus est un riche romain, ils e réveille dans la nuit et voit sa fille Aula être emportée par un vaisseau spatial, c'est ça? Mais pourquoi ils e précipite sur sa femme avec son épée, puis se calme... C'est l'influence du vaisseau ? Et à la fin, l'esclave ne trouve plus personne parce que le couple a été aussi enlevé?


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10644
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par  le Ven 29 Juil 2016 - 21:07

Ha mince... Encore une fois, je pensais avoir été plus clair :
Spoiler:
Après l'enlèvement de sa fille (par des ET), sa femme s'agenouille dans le rayon et lui retourne s'armer face à la menace, mais lorsqu'il revient. Sa femme s'élève à son tour dans le rayon. Il tente de la retenir, avant d'être soumis (il lâche son glaive) puis happé par le rayon.

Désolé.


Libérée, délivrée, ma femme peut à nouveau voir ses pieds...
avatar
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1307
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 35
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Paladin le Ven 29 Juil 2016 - 21:16

Spoiler:
Ok, en fait, je n'avais pas saisi que sa femme était elle aussi happée... Je comprends maintenant pourquoi il l’attrape par la cheville... Oui, il y a un peu de confusion dans ton récit et au final, c'est un peu "X-Files chez les romains". L'idée de cet enlèvement pendant l'antiquité est intéressante, mais il manque quelque chose qui puisse clore sur une surprise, par exemple, ça aurait pu correspondre à une légende, par exemple, si tu plaçait cette histoire chez les hébreux, tu aurais pu montrer un mec enlevé dans un vaisseau, et à la fin dire qu'il s’agit du prophète Elie, "enlevé sur un char de feu" selon la Bible, tu vois, un truc "à la Raël", quoi !

En dehors de ça, la description du vaisseau, des lumières, des couleurs, tout ça est très vivant et bien rendu, et l'écriture est bonne.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10644
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par  le Sam 30 Juil 2016 - 0:51

Oui, c'est tout à fait ça. Je n'ai pas eu l'idée du siècle. Et le format m'a pas mal limité (comme tout le monde, bien-sûr). Et c'est vrai que sur un texte court, en général, on joue avec la chute (ce que j'aime faire d'habitude). Déjà, si c'est lisible, je m'estime heureux.


Libérée, délivrée, ma femme peut à nouveau voir ses pieds...
avatar
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1307
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 35
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Blahom le Sam 30 Juil 2016 - 13:13

Un texte soigné, bien écrit (je n'ai pas eu de problèmes de compréhension) malgré la surabondance de termes latins (on a l'impression que tu as utilisé un maximum de ces mots pour faire "couleur locale" mais leur utilisation aurait gagné à être plus judicieuse).
Paladin a bien résumé l'ensemble en parlant de X-Files chez les Romains (après tout, on avait déjà eu X-Files chez les bouseux Smile).
Peut-être aurait-il été bon d'aller encore plus loin dans le délire, comme le faisaient certains auteurs de L'Aventure mystérieuse...
J'ajouterai cependant que ce texte-là, contrairement à certaines de tes participations précédentes, ne m'a pas "scotché". Je l'ai certes lu avec intérêt mais je n'y ai pas retrouvé ce qui m'avait passionné dans "Le voyageur" ou "Le mal dans la peau".


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1522
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Raven le Sam 30 Juil 2016 - 13:41

Bon. C'est... bizarre...?

Une sorte de croisement entre X-Files et Spartacus. Plutôt original comme angle d'approche. Et, du coup, ta "pièce" devient aussi originale.

Bon, autant le dire tout de suite, j'ai pas accroché. Je n'ai rien à redire sur le style, sur l'idée, ni son traitement. Tu rends bien le côté antique, le quotidien (par contre, j'ai trouvé que certains termes latins étaient un peu too much, ça donnait un côté "décor artificiel"), et j'aime bien m'imaginer la vision et l'interprétation que les gens de l'époque ont dû se faire de tous ces enlèvements par des extra-terrestres ( :mrgreen: ). Mais je m'attendais à une chute plus percutante (désolée, je suis de la génération où les textes de SF courts avaient toujours une chute éclatante). J'ai même espéré un instant que l'épée soit Excalibur plantée dans le sol, ou qu'une main jaillisse de l'eau pour l'emporter avec elle (oui, bon, pas forcément raccord avec ton texte, mais j'avais ça en tête donc je suis un peu déçue).

Bref, un bon texte, original, et surtout une chouette participation à la dernière minute^^


Quiconque lit la présente ligne sait que L'Hiver Vient.
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 4673
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 42
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par  le Sam 30 Juil 2016 - 16:32

Merci de vos lectures. Je suis d'accord avec vous, il est pas transcendant. J'aurais voulu pouvoir jouer sur le suspense, l'angoisse, et une montée en puissance, mais je n'avais pas la place. Je n'avais pas non plus d'autres idées.

Pour ce qui est des termes latins, j'aurais sans doute pu me passer de subligaculum (sorte de pagne), de dominus, domina et serva, mais pour atrium et impluvarium (que j'ai déjà remplacé pas mal en bassin), ça me semble plus difficile. D'ailleurs, je les considère plus comme des mots étrangers intégrés à la langue française (comme jacuzzi, tépidarium, aquarium, scénario, et cætera). Si j'avais placé mon histoire au Mexique, j'aurais fatalement parlé d'hacienda, de sombrero, de guérilla et autres cigarillos (pour l'écosse : de whisky, kilt, tartan, claymore, loch...) Pour moi, c'est un simple champ lexical.


Libérée, délivrée, ma femme peut à nouveau voir ses pieds...
avatar
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1307
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 35
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Raven le Sam 30 Juil 2016 - 16:51

C'est le subligaculum qui était de trop pour moi. Probablement parce que c'est un mot que tu connaissais et pas moi :mrgreen: Et serva, un peu trop fréquent.
Dominus/a ne m'ont pas gênée mais j'ai regardé par mal Blood and Sand. Pour l'atrium, ben t'avais pas le choix, c'est clair^^


Quiconque lit la présente ligne sait que L'Hiver Vient.
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 4673
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 42
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par  le Sam 30 Juil 2016 - 17:12

J'avoue que j'ai hésité à le poser là, mon subligaculum. Avec ses cinq syllabes, il est plutôt imposant, en plus d'être plutôt technique. J'avais qu'à le faire sortir à poil. Après tout, j'ai pas habillé ma gamine, et ça ne choque personne.


Libérée, délivrée, ma femme peut à nouveau voir ses pieds...
avatar
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1307
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 35
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Raven le Sam 30 Juil 2016 - 17:18



Quiconque lit la présente ligne sait que L'Hiver Vient.
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 4673
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 42
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par SILENCE le Sam 30 Juil 2016 - 19:28

Je viens de le lire également ! J'ai été perdu. J'avais bien compris le vaisseau et les ET, pas de problème sur ce point. Curieusement, j'ai plutôt pensé à une version antique du film Cowboys et Envahisseurs qu'à X-files. Les termes latins m'ont forcé à aller chercher des définitions, ce qui n'est pas un mal et me permet d'accroître mon peu de culture générale. Non, ce qui m'a foutu dedans, ce sont les noms des personnages. En un sens, c'est un peu la même critique que pour le Voyageur, si ce n'est qu'ici le format est très court, ce qui oblige à la clarté. Un exemple : j'ai appris à la fin du récit que sevra Drevenn est une esclave, mais avant tu l'appelais simplement l'esclave, peut-être aurait-il été judicieux soit de dire clairement dès le début ce personnage est l'esclave, soit l'appeler l'esclave tout au long de ton récit. Un autre exemple au début : je comprends que le personnage qui se réveille s'appelle Aulus et quelques lignes plus loin que sa femme s'appelle Quinta grâce à la phrase : "Quinta serait ravie de le changer en vinaigre. Elle en faisait mettre dans tous les plats possibles à leur esclave". Puis tu passes à la ligne suivante avec une formule comme "où étaient-elles d'ailleurs ?". Moi, connement, je n'avais pas encore compris que l'esclave en question était de sexe féminin, du coup, je me demandais pourquoi ce "elles" était au pluriel... Ce sont ces choses là qui m'ont perdu. Parce que pour le reste, je trouve l'idée plus qu'attrayante !
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2760
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Ulysse le Dim 31 Juil 2016 - 8:04

C'est  un mélange audacieux qui te permet de respecter le thème et le genre tout en proposant un cocktail original.
Je suis une grande lectrice de polars historiques et suis habituée à  devoir m'approprier un vocabulaire que je ne connais pas. Cependant dans ce cas précis cela fait trop de mots pour le nombre de signes. Dans le cadre d'un roman , il y a une note de pages genre subligaculum = pagne porté par les riches romains... Une fois le terme assimilé il est réemployé. Dans le cadre d'un texte court le mot courant  aurait suffit. L'atrium , domina etc suffisent à poser l'ambiance.
Je n'attendais pas forcément une chute mais là j'ai un eu une impression d'inachevé. Mais je  sais que quand on manque de temps ce n'est pas toujours facile de fignoler.
Ce texte mériterait d'être retravaillé.
En tout cas cette participation de dernière minute apporte une autre coloration au concours et prouve une fois de plus la diversité des imaginaires de membres de l'écritoire.


Ulysse

"Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis"

François Villon
avatar
Ulysse
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 890
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 42
Localisation : Berlin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Catherine Robert le Lun 1 Aoû 2016 - 21:16

C'est un texte original par son contexte temporel. Tu es le seul à avoir posé ton intrigue à une autre époque, ça te démarque de nous tous. Autrement, pour les termes latins, je rejoins les camarades, trop pour le signage, ça fait un peu indigeste. Et malgré l'originalité du traitement, ça ne m'a pas transcendée, comme s'il manquait quelque chose. Je crois que ça va un peu trop vite. Je sais bien que ça vient en partie de la limite de caractères, mais pas que. Mais je n'arrive pas à clairement exprimer mon sentiment. Plus qu'à te dépatouiller avec.
Par contre, je n'ai eu aucun problème de compréhension, sauf peut-être, comme Silence, au niveau des personnages. Tu n'arrives pas à bien les distinguer les uns des autres, et même si j'y suis arrivée, ça demande une certaine gymnastique qui sort un peu de la lecture.


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"
"Merci de m'avoir donné envie de vomir !" Nao76 sur "Yin et yang"
"Ton texte m'avait fait penser à un film allemand atroce que j'avais vu plus jeune : Nekromantik !" Polo sur "Trafic de cadavres"
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 9950
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par FRançoise GRDR le Lun 1 Aoû 2016 - 22:54

Bizarre et pourquoi pas après tout. Idée originale, c'est sûr, pourtant elle n'est pas poussée à son paroxysme et j'ai aussi un goût d'inachevé à la fin de ma lecture.
Les personnages en effet, sont trop nombreux et pas assez caractérisés. Ensuite le rapport à une pièce de la maison me semble très léger.
Conclusion, j'adhère moyennement à ton récit qui mériterait une réécriture pour poser les choses.


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 8153
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 63
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous la surface.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum