Micropoèmes

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Micropoèmes

Message par Eimelle le Lun 2 Déc 2013 - 15:08

Tiens, je viens de jeter un coup d'œil sur les poèmes... C'est rigolo, je m'y étais essayée, au début... En prose surtout. J'aimais bien la poésie, mais plutôt moderne, pas trop classique...Mais je n'étais pas très douée, alors j'ai vite abandonné... D'ailleurs, je sais pas à quoi je tournais à l'époque, mais c'était de la bonne... Sûr, ça ne devait pas être du coca-cola, ou alors sans coca lol !
Enfin, si ça peut vous faire marrer, je vous mets quelques poèmes que j'avais écrit il y a cinq ans de cela ou à peu près...

Le viol

Une fille s’est fait violée, dans le parc en dessous de chez moi.J e répète : une fille s’est fait violée, dans le parc en dessous de chez moi. Il faut bien répéter. Bien hurler. Crier. Au cas où. Au cas où les passants ne l’auraient pas assez dit aujourd’hui au marché. Au cas où les caméras de surveillance n’auraient pas assez enregistré. Et puis, au cas où les violeurs n’auraient pas tout bien filmé. Si le film n’avait pas été mis sur internet. On ne sait jamais.
L’ordinateur ouvert, à portée de ma main. Les cacahouètes dans l’autre. J’ai bien comparé. Le film de la caméra de surveillance. Le film du portable des violeurs. Il n’y a pas de hic. C’est la même. Pénétrée. 1 minute. Hurle. Se débat. Le violeur poste. A posté. New York a couru. Hong Kong a pleuré. Fier le violeur. Moi j’ai vu il n’y avait pas de hic. A mort, j’ai crié. Le violeur, pas la fille. Bien mérité.
Demain. Au procès. Cent passants du marché, mille voyeurs en jurés. Et les violeurs. Et les violeurs. Envoyés, prison, abonnés. Fiers. Fiers. Ont bien rigolé. Toujours ? Sourire de fiers lascars et garçons essauvagés.
Et la fille ? Qui est-elle ? On sait mais on ne sait plus trop. On ne sait pas qui elle est. Mais violée, ça on sait. Elle est morte peut-être. Et après ? Et les violeurs ? Ceux là, on les aura. Au moins eux. Eux, on les veut. La peau. La tête. Violés aussi. Dans la prison. Dans la pénombre. Dans le silence et le non dit. Violés. Sans image sans rien.
Et j’ai pleuré aussi.

Faux rumeurs de forumeurs

Hautes réflexions à la volée. Hautes pensées et autres fellations. Forumeurs. Les forumeurs des fausses rumeurs. Et faux rameurs. A la volée. A la volée. A la volette. Je pense. Donc je ne suis pas ou je suis. Je ne sais pas où je suis. Tu dis ? « Il faut demander aux 1,5 millions de personnes qui vivent dans les cimetières pour savoir si ». Si quoi ? Si vais ? Je demande. Je demande. Et toi sais tu ? Mort numéro 1, debout. Témoin et accusé. Vous êtes témoin et peut-être accusé. Juge si fait. Dites donc ainsi. Il dit bien, le mort numéro 1, surtout, eh vous les morts, « n’arrêtez pas votre révolution, car ceux qui la font à moitié, ne font que creuser leurs tombes ».Alors juge et témoin, acceptez-vous les révolutionnaires ? Révolutions, révolutionnez, révolutions. A respecter. A intégrer aux tombes de soif liberté. Oui, « Nous devons respecter les cris de sa souffrance qui n’est certainement pas celui de la religion, ni même celui du ventre ». Le mort dans sa tombe a un concert du ventre. Il a faim. Il a faim de justice. D’égalité peut-être. Les vers y répondent. Ils s’y entêtent.


Haro sur !

« Mélanie b » dit : « Le véritable débat est ailleurs !!!!! ». Pour sûr ! « Mélanie b » pense : « C'est la loi qui est mal faite !!!!!! ». La loi, pas les hommes, a-t-elle dit. Le centre abstrait, et le centre conceptuel. La loi, rien que la loi. Celle qui enlace, et qui n’englobe pas. Il faut refaire la loi, le monde sera changé. Tout le monde, le monde entier, et la société. « Définition du mot perpétuité pour les législateurs ». « Mélanie b » définit son sujet. Plan en trois parties, trois sous-parties. Introduction. On en est à l’introduction. On pose le débat. Débat posé, pour vous, petits rats. Je pense, donc je suis. Ou ne suis pas… Définition du mot perpétuité pour les législateurs donc. "Pour toujours". Jusqu’à la fin des temps. » Amen. Perpétuité est éternité. Après ta mort, haro sur toi, condamné ! « Alors à défaut de la peine de mort, il faut appliquer la vraie perpétuité, j'entends par là que tant que le criminel vivra, il ne pourra être relâché. ». Non, pas l’éternité, la vie seulement. A défaut d’une vie trop brève, une vie trop longue. Regrettable. Regrettable manie, qu’ils ont ces condamnés, à vivre longtemps… Nourris, logés : prison de rois. Même violés s’ils sont sages. Seulement s’ils sont sages…
Mais les prisons regorgent, s’engorgent, coupes gorges. « Mélanie b » a la solution : « Et si nos prisons sont trop engorgées, rétablissons la peine de mort ! ». Pourquoi pas ? Pourquoi non ? La peine de mort pour ces hommes sans nom ! « On ne peut pas soigner des monstres ». Très juste. « Autant d'un point de vue éthique que d'un point de vue médical. ». Le monstre est insoignable. On le sait et on ne le sait pas. Le monstre est à l’affût, il est là, il attend, il saute à la gorge. Un filet de bave aux lèvres, le regard démoniaque, la tignasse hirsute. Le monstre, apparence d’homme sans être homme. Existe-t-il ? Le monstre n’existe pas dans l’humanité. L’est dehors. L’est en dehors. C’est rassurant ça, qu’il soit dehors… Car s’il était dedans…
Et le monstre effraie la jeune fille : « Cela dit, pour les prédateurs sexuels récidivistes, dit-elle, une bonne castration chimique en plus de la prison à perpet, ça sonne plus juste. ». Le monstre meurt si on lui coupe les couilles. Le monstre hante ! Protégeons-nous ! Coupons des couilles à défaut des têtes. La mort des couilles évite que l’on s’entête…
« Mais je suis d'avis de dire qu'il y a forcément quelques personnes fautives dans cette affaire. » Il y a bien des coupables. Si si. En plus des monstres. Bien cachés, bien planqués, les coupables. Des monstres et des hommes, des hommes et des Dieux. « C'est trop facile de se cacher derrière le manque d'effectifs et de moyens.». Non, non, ne vous cachez pas derrière ce trivial matériel, vous autres, hommes-traîtres ! La justice est comme la loi, abstraite, donc coupable. «Quelqu’un qui a un coeur son métier, rappelons-le "la Justice", n'aurait pas relâché un type avec un si lourd dossier, s'il avait pris la peine de se renseigner un peu. » Un cœur ou à cœur ? Les deux se confondent. A-t-il un cœur qui bat ? Est-il humain, déjà ? La question de l’humanité par le cœur, taraude là le forumeur. « Qu'on ne vienne pas me dire qu'il était impossible d'avoir tous les éléments en main. Avec tous les moyens de communication aujourd'hui et les nouvelles technologies numériques ! ». Pas foi en la loi, mais foi en le progrès. En la science. La matérialité, la terre, le concret. Contre l’entité, la loi, l’abstrait.. Place ! « Mais qu'est-ce qui ne va pas dans notre pauvre France ? C'est insensé. ». Oui, c’est la bonne question. Vraie, comme elle l’annonçait tout à l’heure : « Le vrai débat est ailleurs ». Peu importe les Laetitia, ces gentilles filles violées, abusées, humiliées. Peu importe le violeur, qu’il soit humain ou non humain, d’ailleurs. La vraie question est ailleurs. La France cherche son monstre. Chercher ! Cherchez bien ! Trouvé ? « Le violeur » ? Pourquoi pas ? Vilain méchant contre Laetitia. Le monstre. On en trouvera d’autres si besoin est. Les têtes tomberont, ça on le sait. Et la torture, pourquoi pas ? Rôtir au feu de bois ! On tranchera. La France cherche son monstre, et elle le trouvera. Et elle ira mieux. Elle sera plus pure. Et surtout, pour sûr, on y vivra mieux...
3 février

Mort chez Quick

Il y a eu un mort chez Quick il y a quelques hiers. J’ai mangé chez Quick aujourd’hui. Je n’en suis pas peu fière. J’ai bravé la mort ! Bravé le danger ! Héros des temps modernes ! Comme Laëtitia Halliday….
Pourtant, quand j’y suis allée, aucune de ces idées en tête. J’avais faim. J’avais froid. 14 heures de l’après-midi, mon train arrivé, il fallait manger. Tu dis : « c’est de la malbouffe ? » « Toujours au rendement, plus de profit, hygiène ou pas hygiène ? » Là est la question. La grande question. Mais comme toutes ces grandes questions, je m’en fiche. Comme des employés qui sont peut-être mal traités. Je lis, mais je m’en fiche.
Parce que c’est un endroit chaleureux. J’arrive, j’ai froid. Ils me réchauffent avec leurs radiateurs disposés pêle-mêle. J’arrive, j’ai faim. Ils me donnent à manger, peut-être pas du grand manger, mais du pour « très faim », et du « pour pas cher ». Du réconfortant. Qu’on se réconforte en s’empiffrant.
J’arrive. J’ai peur. Ils me consolent bien. Couleurs gais, chatoyantes. Pas du grand art, mais de l’art qui parle. Et puis je me sens seule. Et là, il y a plein de monde. Du monde que jene connais pas. Mais que je peux faire comme si. Du monde qui bouge, qui parle, qui rit. La vie. La vie à regarder, pour moi, seule dans mon appartement de 9 m². « Nous, c’est le goût » ? Non, vraiment pas, mais c’est bon quand-même…
J’ai très froid, j’ai très faim, j’ai peur et je suis seule. Demain ça ira mieux. Demain, je retrouverai mes amis, ma famille, mon foyer. Mais aujourd’hui… Je vais manger au Quick. Pour quelques euros, ils donnent tout cela. Qu’importe si on y meurt. Pour aujourd’hui on y vit. Un peu.
Un peu quand même, n’est ce pas ?…


Et l’ogre a dévoré…

Bien-sûr, se faire manger par un ogre, c’est quelque chose. J’ai raconté. J’ai raconté. Je me suis tue à raconter. Et je me suis tuée. Ogre ? Où es tu ? Viens là ! Viens –t-en donc ! Casseroles et guimbardes, sonnez le gong ! L’ogre- Je suis là. Et je ne te vois pas. Cyclope es tu ? J’ai un œil seulement au milieu du visu. Le cyclope, c’est moi. A demi éborgnée. Se faire manger par un ogre ? Pourquoi pas ? L’ogre aussi est mutilé.
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Doumé le Lun 2 Déc 2013 - 19:42

Désolé Eimelle, mais tes texte ne sont ni de la poésie ni des poèmes en proses. C'est autre chose. Peut-être des chroniques ou des billets d'humeur ?

Demande à Jack ce qu'il en pense ; et va voir la prose poétique de Didier, par exemple Very Happy 


Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense...
avatar
Doumé
— Mystagogue des Ombres — Disciple du Très Haut
 — Mystagogue des Ombres —  Disciple du Très Haut

Messages : 1866
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 58
Localisation : Fréjus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Jack-the-rimeur le Mar 3 Déc 2013 - 0:57

Des coups de coeur ou des coups de sang en forme d'écriture semi-automatique où tu traites moins des faits divers que des attitudes convenues, des paravents moraux factices, des images tronquées et des voiles d'hypocrisie instinctive dont on les enrobe.
Alors, poésie ou pas ? En la matière, je ne reconnais qu'un critère incontournable : l'émotion à la sortie.
"Haro sur"... j'ai pas suivi. Trop long, trop erratique. "Faux rumeurs..." ne m'a pas convaincu non plus. Mais j'ai été touché par "Mort chez Quick" et "Le Viol" m'a remué.
Ces deux derniers me suffisent : bienvenue au club !


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Eimelle le Mar 3 Déc 2013 - 14:11

Lol ! En fait, je vois que vous avez parfois les mêmes réactions devant mes textes que moi devant les vôtres !
Je m'explique : j'ai fait un mémoire d'étude en master sur un site de littérature blanche assez expérimentale, et ayant plutôt pignon sur rue dans ce domaine là (je ne cite volontairement pas de nom). Enfin, leurs références à eux étaient à mille lieux des vôtres, et j'ai essayé de les découvrir à ce moment-là. En fait, avec recul, c'était plutôt une revue élitiste assez barbante qui voulait péter plus haut que son cul... Mais suite à cela, j'ai découvert un monde littéraire "classique", avec des grands noms comme Georges Bataille, Yves Bonnefoy, ou plus récemment, Antoine Emaz, etc. Pour eux, il fallait décortiquer le langage, jouer avec la forme et le fond, disséquer les mots, les tournures de phrases, etc. pour faire ressortir l'émotion... jusqu'à la limite du compréhensible !Prise d'enthousiasme à ce moment-là pour leur philosophie, qui a pignon sur rue dans la poésie "blanche", je m'y suis essayée... Avec peu de succès, à vrai dire, puisque mes textes ont été refusés de beaucoup de ces revues. Je n'avais certainement pas leur talent pour décortiquer le langage, le mettre à nu, et ma prose n'était qu'un semblant d'imitation mal gérée...
Néanmoins, quand j'arrive ici, je découvre avec stupeur que la poésie "fantastique" n'est pas du tout sur le même modèle, et est même à mille lieues de celle que j'ai tentée d'apprivoiser jadis ! Ce qui est formidable ici, c'est que j'ai toujours l'impression de débarquer, je suis comme une extraterrestre en terrain inconnu ! Je ne savais pas qu'il existait un courant de "poésie fantastique", et qu'elle était si différente de celle que j'ai connue ! En cela, je vous remercie...
P.S : Pouvez-vous m'indiquer des grands noms de poètes fantastiques, que je découvre mes classiques ? Et pour info, est ce que c'est un genre qui se vend bien ? (parce que de l'autre côté, c'était une des lamentations ritournelles : ça ne se vendait absolument pas ! )
Bises
Eimelle
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Doumé le Mar 3 Déc 2013 - 15:42

Lautréamont,
Baudelaire,
Nerval,
Leconte de lisle,
Mallarmé,
Rimbaud,
Hugo même,

Et bien d'autres...


Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense...
avatar
Doumé
— Mystagogue des Ombres — Disciple du Très Haut
 — Mystagogue des Ombres —  Disciple du Très Haut

Messages : 1866
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 58
Localisation : Fréjus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Eimelle le Mar 3 Déc 2013 - 16:11

Tous ceux-là, je connais (sauf Leconte de Lisle toutefois), et j'aime beaucoup ! Mais c'est de la poésie romantique, du XIX e siècle pour la plupart...Tu n'as rien de plus contemporain à me conseiller, en littérature fantastique, que je pourrais lire ? Ce qui se fait maintenant ? J'aimerais bien connaître et découvrir !
Merci d'avance !
Bises
Eimelle
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Jack-the-rimeur le Mar 3 Déc 2013 - 18:12

Ce que Doumé oublie de dire, c'est qu'à part Ducasse, Nerval, Louis (Aloysius) Bertrand ou Rollinat, il te faudra une sacrée bonne loupe pour dénicher les pages fantastiques dispersées parmi les autres. Tout reste à faire ou presque en la matière mais, alors que les temps s'y prêteraient aujourd'hui, c'est la poésie qui n'est plus au rendez-vous.
C'est le drame de l'art contemporain : seul l'expérimental y a droit de cité. Tu veux faire des dessins bien léchés, il faut te tourner vers la BD ou l'illustration de couvertures ; tu veux écrire des musiques mélodieuses, tu dois aller vers la musique de films ou la comédie musicale ; tu veux amuser ou émouvoir avec des mots intelligibles, tu fais des paroles de chansons, du slam, ou, si tu as une prédilection pour le fantastique, tu viens ici, à l'écritoire... Car c'est la force de ce forum que d'être une tribune ouverte, précisément, et non une de ces cercles "littéraires" huppés qui ressemblent à des labos de médecine légale et où on ne discute qu'entre convertis, ceux qui restent à l'extérieur n'existant tout bonnement pas.
Ceci dit, si la poésie a été beaucoup plus vivante par le passé, elle ne s'est jamais bien vendue. Elle a simplement perdue ses mécènes et ses protecteurs de jadis. (Même Hugo a débuté grâce à une rente royale annuelle.) Quant aux subventions, je te laisse voir qui en bénéficie...
Quand j'entends le mot "culture", je sors mon mouchoir.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Doumé le Mar 3 Déc 2013 - 18:35

Quand j'entends le mot "culture", je sors mon mouchoir.

Pas ton révolver ?  

Bon, je sors :mrgreen: 


Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense...
avatar
Doumé
— Mystagogue des Ombres — Disciple du Très Haut
 — Mystagogue des Ombres —  Disciple du Très Haut

Messages : 1866
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 58
Localisation : Fréjus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Eimelle le Mar 3 Déc 2013 - 21:14

C'est assez vrai, ce que tu dis Jack, même s'il y a quand-même dans l'expérimental des choses qui ne sont pas si mal... Enfin, ça sert surtout de réservoir d'idées et de procédés à réutiliser en les adaptant dans un cadre plus intelligible, je trouve... Moi, c'est comme cela que je le vois...
"Des cercles "littéraires" huppés qui ressemblent à des labos de médecine légale et où on ne discute qu'entre convertis, ceux qui restent à l'extérieur n'existant tout bonnement pas", ça, je l'ai vraiment connu au cours de mes études et de mon mémoire... C'est en partie pour cela que je me suis tournée vers ce domaine du fantastique, tout en tentant tout de même de ne pas oublier d'où je viens, et les techniques que j'ai apprise là-bas et que je peux mettre à profit ici...
Mais je reconnais que la poésie contemporaine est assez sinistrée, je trouve. Elle devient tellement inaudible, qu'elle enchante peu... Les "lendemains qui chantent" sont devenus des "lendemains qui bafouillent". Pourtant, j'ai essayé, mais quand tu te fais chier sur 50 pages à ne pas piger un mot, soit disant parce qu'il faut voir à travers eux justement (mais toi, tu ne vois rien dans les phrases qui s'enchainent sans aucun sens), tu finis par abandonner. J'ai un instant pensé que j'étais réac, trop conventionnelle pour aimer ça, mais bon, que ce soit le cas ou pas, je n'y arrive pas...
Par contre, j'adore la poésie dite "moderne", avec Rimbaud, Aragon, Michaud et les autres, mais je pense quand-même qu'en ouvrant la voie à une déformation du langage, ils ont sans doute contribué à ouvrir la brèche qui se révèle, à bien des égards, difficilement réparable... Mais bon, eux ont une bonne excuse, ce qu'il faisait était réellement beau et admirable !
Voilà le fond de ma pensée !
Bises à vous deux !
Eimelle
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Catherine Robert le Mar 3 Déc 2013 - 22:04

Ah bah, maintenant, tu as Jack pour lire de la toute bonne poésie. Quand on le lit, après on se sent tout petit poète et on voit tout le chemin qu'il nous reste à parcourir sans même savoir si un jour on parviendra au but.
Pfffff !!!! Bon on le vire :mrgreen: 
Oh et puis non, on le garde quand même encore un peu. On s'ennuierait sans lui et puis on n'aurait plus de maître à dépasser, on s'endormirait sur nos pâles lauriers et la gloire nous filerait entre les doigts.

Et puis, il y a Doumé aussi, une poésie plus mystique mais pleine de profondeur.
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 10143
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Jack-the-rimeur le Mer 4 Déc 2013 - 18:09

Je suis un maître ès "rien du tout", à peine un artisan qui essaie de progresser tant bien que mal sur la voie qui, après maints tâtonnements, paraît le mieux convenir à ma nature. Maintenant, je suis bien conscient que ce qui me va bien à moi n'ira pas à un autre, et c'est normal.
Mais le fait de ne pas détenir de vérités ultimes ne m'impose nullement de reconnaître pour telles les élucubrations ou les délires d'interprétation qu'on nous vend pour de la réflexion docte et profonde.
Je n'ai rien contre l'expérimental. Un domaine qui n'accepterait pas l'innovation est bon pour la sclérose à terme (la sclérose en plaquettes). Mais de là à jeter tout le reste aux orties et à se mettre à genou devant n'importe quoi au nom de la modernité, c'est un pas que je me refuse à franchir.
Pour moi, la poésie hermétique n'est pas une évolution mais une contradiction dans les termes (un peu comme parler de "cinéma statique"). On te présente une boite opaque et fermée, sans clef ni solution de continuité, et on te dit "regarde comme c'est beau dedans !" Et pire, si tu as le malheur d'avouer que tu ne peux pas y entrer, on te fait gentiment comprendre que c'est parce que ton intelligence ou ton imagination ne sont pas à la hauteur. J'appelle ça de l'arnaque intellectuelle.
Aussi, quand j'ai découvert à 25 ans ce qui se cachait derrière le mot "prosodie" et qu'en tombant par hasard sur une anthologie de la poésie parnassienne, j'ai réalisé qu'il y avait là bien autre chose que le clinquant et la pacotille dont les manuels scolaires affublaient ce mouvement, j'ai envoyé promener les masturbés du verbiage et opéré un retour aux origines. Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier Prévert, Char, Supervielle, Jammes ou Paul Fort. Seul le mépris du lecteur m'est insupportable.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Catherine Robert le Mer 4 Déc 2013 - 19:06

Ah bah, je pense comme vous. La poésie, mais pas que, n'importe quel texte finalement, opaque, je n'aime pas. J'aime bien comprendre ce que je lis, c'est aussi simple que ça. Les circonvolutions intellectuelles qui bien que jolies sont imperméables, je ne vois pas l'intérêt. Pour autant, je n'apprécie pas trop les bluettes même si elles sont pleines de sens. C'est pas qu'il n'y en a pas de bien faite, mais j'ai l'impression d'avoir toujours lu ça en poésie, du coup, c'est un peu l'overdose.
J'aime bien la poésie sombre ou fantastique sombre et Eimelle si tu veux lire un peu de fantastique ou du spleen, cherche dans la bibliothèque, mes textes poétiques sont en général dans cette veine. (mais non que je ne me fais pas de pub, mais non^^).
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 10143
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Paladin le Mer 4 Déc 2013 - 21:47

A propos de poésie fantastique, Jack a parlé d'Aloysius Bertrand et de son "Gaspard De La nuit"... Si tu ne connais pas ce recueil, tu peux le lire en ligne ou le télécharger ici: http://www.poetes.com/textes/ber_gasp.pdf

... Il a inspiré rien de moins que "Les Petits Poèmes En Prose" de Baudelaire !

Sinon, je te conseille aussi de chercher "Les Mémoires De L'Ombre" de Marcel Béalu, qui sont aussi de courts textes fantastiques et poétiques:

http://www.priceminister.com/offer/buy/2436281/Bealu-Marcel-Memoires-De-L-ombre-Cent-Vingt-Recits-Brefs-Livre.html



Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10803
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Eimelle le Mer 4 Déc 2013 - 21:56

Merci beaucoup Paladin !
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Murphy Myers le Mar 21 Oct 2014 - 13:46

Je déterre un vieux topic, et peut-être avec un vieux débat, mais ceci est carrément de la poésie ! Et si ça n'en est pas, alors Les petits poèmes en prose de Baudelaire, dont parlait Paladin justement, ne sont pas de la poésie non plus. (Ce qui serait assez moche, vu le titre :mrgreen: ).
Les deux sont des idées et émotions étalées, entre rage, mélancolie et belles phrases, parfois généralistes, parfois visant quelqu’un de précis. A base d’images, de symboles, certains piqués dans l'imaginaire collectif, d’autres (la plupart) inventés par soi-même qui finissent par tracer une trame de fond sur des poèmes qui sont pourtant indépendants les uns des autres.  
Et le tout donne un instantané d’une époque avec ses problèmes, d’une façon de penser, d’une culture, avec évidemment, une certaine réflexion en fond et des images fortes à la clé.

Les deux provoquent les mêmes effets aussi je trouve. Sur l’un, on ne comprendra absolument rien, et puis au poème suivant, on sera à fond dedans. Question de feeling, si on partage les mêmes idées que l’auteur sur un texte, les images seront limpides. Si on n'est pas sur la même longueur d'ondes pour tel autre poème, on ne cernera que lointainement le cœur du sujet, les symboles et logiques nous paraitront moins évidents. J'étais à fond dans certains poèmes en prose de Baudelaire (ma signature en atteste), et sur d'autres, je ne comprenais absolument pas ce qu'il voulait dire ou, si je comprenais, je n'adhérais pas totalement. Là, j'ai fait face au même phénomène : totalement adhéré à "Mort chez quick", jusqu'au plus petit détail, une vraie claque ; moins compris la logique derrière "Le viol" mais j'ai bien ressenti toute la puissance des mots et l'incompréhension et la colère qu'engendre ce terme.

(Quand je disais que j'allais déterrer un vieux topic et le débat qui va avec... :mrgreen:  )

Pour revenir aux poèmes d'Eimeille, je les trouve très forts. Même le second où je n'ai pas tout saisi et qui, il est vrai, est un peu long, même ce second poème donc, j'y ai trouvé des phrases puissantes, des images parlantes, des émotions vives. Je n'ai pas tout compris, bien entendu, mais pour moi, l'essentiel en poésie est le ressenti ; pour la compréhension, on a déjà les nouvelles, les romans, les essais et plein d'autres formes. Avec un poème, comme avec une musique, tout le monde ne comprendra pas et tout le monde ne comprendra pas la même chose surtout. A partir du moment où deux personnes ont créé leur propre histoire, bien distinctes, à partir d'un même poème, je trouve que le pari est gagné.
Je n'ai pas d'exemples célèbres, mais une amie s'était retrouvée à afficher malgré elle un de ses poèmes à sa classe de lycée. Durant 2h, le prof à blablater, décortiquer, analyser le texte ; il en est venu à la conclusion que le poème parlait du temps qui passe, de la vieillesse qui s'empare des corps. Le poème, selon son auteure, ne parlait que de l'hypocrisie qui grandit avec le temps...
C'est pareil avec pas mal de musiques : Every breath you take de The police, célèbre musique de mariages, tout le monde pense que c'est une jolie petite balade, une jolie petite idylle. Des mots de l'auteur, là encore, c'est juste une musique sur un stalker et sa victime... (nettement moins glamour, on admettra :mrgreen:) Et les exemples de ce genre sont aussi nombreux qu'intéressants.

Bref, moi j'en redemande !


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3260
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 26

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Micropoèmes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum