Saloperie de bus !

Aller en bas

Saloperie de bus !

Message par Perroccina le Ven 30 Nov 2018 - 16:47

Pourquoi ça s'appelle comme ça ? Merci word, ce sont juste les premiers mots de la nouvelle et comme je n'avais aucune idée de titre celui-là en vaut un autre.

Pour ceux qui ne l'ont pas lu un extrait de ma présentation d'auteur, et pour les autres un aide-mémoire car je suppose que vous n'avez pas que ça en tête.

A lire après la nouvelle:
Damned ! je pensais avoir la présentation dans l'ordi du boulot mais non. De mémoire je terminais la dite présentation par " et qui sait ? Peut-être Edith Perro se réincarnera-t-elle en Harley, mais ça c'est une autre histoire."

Puisque petit fichier merdouille, après tout, le texte n'est pas long, je le mets sous spoiler

Saleté de bus !:

— Saleté de bus ! Encore en avance !
Je cours pour attraper mon transport et traverse sans regarder.
Un coup de frein désespéré, un bruit sourd. Une vive douleur sur le côté droit avant que je ne m’envole puis que la roue d’une voiture ne me passe sur le ventre. Je ne sens plus rien.
Le temps s’étire et se contracte entre angoisse et perte de connaissance.

Un homme se penche sur moi et me parle. Je ne dois pas dormir pourtant je suis si fatiguée, je n’ai même plus la force de répondre à ses questions. Un masque me délivre un air frais et me revigore un peu. Quelques secondes (minutes ?) passent encore.

Les voix deviennent anxieuses alors que je me sens brutalement mieux. J’ai l’impression que je pourrais me lever si je le décidais. Tout le monde s’active autour de moi, je pense soudain que je vais manquer mon bus.
Je me lève, il est passé, je ne le vois même plus. Il doit déjà être loin. J’hésite entre attendre le suivant ou faire le trajet à pied. Après tout, un peu d’exercice ne me fera pas de mal. J’ajuste les sangles de mon sac et prends le rythme d’un petit footing. Une sorte de sentiment d’urgence m’envahit : je dois rentrer à la maison. J’allonge ma foulée. C’est extraordinaire comme je me sens en forme, j’ai l’impression d’avoir retrouvé mes vingt ans.

J’arrive à une intersection que je traverse avec circonspection, inutile de se mettre en danger à nouveau. J’ai vraiment eu de la chance de m’en sortir indemne tout à l’heure. Je reprends mon parcours avec le même entrain et sans aucun essoufflement, à ce rythme je vais arriver en même temps que le bus. Il faut dire que je ne suis pas soumise aux arrêts et au trafic toujours dense à cette heure.

Me voici à la maison, comme à l’accoutumée j’entre par le garage. Mon regard, l’entièreté de mon attention sont happés : elle est magnifique et elle me donne toujours autant envie, ses chromes parfaitement astiqués luisent dans la lumière de cette fin d’après-midi, ses formes rondes et massives lui donnent un petit air classique (ce n’est pas pour rien que le modèle est nommé Héritage), la carrosserie noire et beige lui confère une classe sans pareille. Je l’aime. J’aime sentir sa puissance entre mes jambes, faire corps avec elle comme si elle était une pure extension de ma volonté. Là, je n’ai qu’à mettre le contact pour savourer l’inimitable patato si caractéristique des Harley. Nous pourrions partir, se faire un col et rouler, simplement pour rouler. S’épouser à chaque virage, chaque lacet, chaque reprise, vibrer à chaque accélération, chaque dépassement, devenir ivres de plaisir et de liberté : se sentir vivantes tout simplement.

Je caresse ses formes en rêvant à notre dernière balade. Prise d’une pulsion subite je m’installe sur la selle. La sensation d’urgence cesse immédiatement et je me sens à ma place, enfin.

Il fait nuit désormais, j’ai dû m’assoupir, sans doute un contrecoup de l’accident. Je suis toujours assise sur ma moto et n’éprouve aucune envie d’en descendre. Mon mari entre dans le garage, il est en pleurs. Que se passe-t-il ? J’ai envie de le réconforter et de le prendre dans mes bras mais aucun son ne passe mes lèvres et je ne sais plus lever les bras. Il passe à côté de moi comme si je n’étais pas là et sort de la maison. Quand il revient un moment plus tard, il m’électrise en caressant ma machine, les larmes mouillent de nouveau ses yeux. Je ne parviens toujours pas à parler ni à le prendre dans mes bras. Il s’assied sur la selle et je sens ses jambes serrer mon réservoir, il met le contact et nous partons pour une balade en amoureux. Je n’ai jamais senti ainsi le grain de l’asphalte sous mes roues. Mon moteur répond avec souplesse à chacune des sollicitations sur l’accélérateur. Comme à son habitude mon mari fait frotter les marchepieds dans les ronds-points, ça chatouille un peu. Quel bonheur de sentir son poids sur ma selle ! Sa façon de me piloter exploite à la perfection mes dix-sept-cent centimètres cubes. Avec lui je veux dévorer les kilomètres jusqu’au bout de la route et même au-delà.
Épouse-moi encore mon amour.

Bonne lecture


Dernière édition par Perroccina le Ven 7 Déc 2018 - 16:15, édité 1 fois


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saloperie de bus !

Message par FRançoise GRDR le Sam 1 Déc 2018 - 0:58

Encore un problème avec petit fichier ! Je ne peux pas télécharger le document…


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 8202
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 63
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saloperie de bus !

Message par Perroccina le Ven 7 Déc 2018 - 16:15

Bon j'ai supprimé petit fichier


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saloperie de bus !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum