Run away

Aller en bas

Run away

Message par Viktoo le Mar 21 Aoû 2012 - 21:02

Yo !
Voilà, après une courte visite du forum avant mon inscription, j'ai vu cet atelier et intéressé, j'ai décidé de faire un texte pour l'y publier.
Donc voilà, merci à l'outil "Statistiques de OpenOffice, j'ai 1 000 mots pile.




Run Away



Courir. Fuir. Encore et toujours. Ne pas faire attention aux hurlements de protestation de ses jambes. Ne pas faire attention à la grève de ses poumons. Ne pas faire attention aux hurlements lugubres, aux râles, des autres bruits bizarres de derrière. Ne pas faire attention à l'écho de ses pieds sur le sol de métal. Ne faire attention à rien.
La porte ! Là, enfin !
Johnny attrapa la poignée, tourna, paniqué. Rien. Il réessaya. Toujours rien.
-Merde !
Un regard en arrière lui permit de vérifier ce qu'il avait à vérifier. Les silhouettes sombres, illuminées par la lueur blafarde de la pleine lune filtrant par les vitres crasseuses de l'entrepôt désaffecté, s'approchaient lentement, trébuchantes, hurlantes...

Pas le temps de tergiverser. On était l'armée ou on ne l'était pas. Johnny dégaina son arme de poing, et d'un tir, fit sauter la serrure. Il repoussa le battant d'acier d'un coup de pied, entra, et referma. Quelle ne fut pas sa surprise quand il se rendit compte qu'il était dans le noir !
-Les gars... Vous avez éteint le feu ?
Pas de réponse. Juste l'obscurité, sombre et angoissante, et les grognements qui se rapprochaient.
-Wooh, qu'est-ce que vous avez ? Si c'est pour me faire une blague, c'est pas marrant...
Toujours rien. Le silence complet dans la pièce.
Il finit par dégainer sa lampe de poches, crachant sur l'économie de piles -il venait bien de gaspiller une balle-, et l'alluma. Sol d'acier, murs d'acier, plafond d'acier, étagères d'acier contre un mur, câbles arrachés sortant d'un autre, bazar indéfinissable par terre, ici une table sans pieds, là une chaise renversée... Aucune trace de présence humaine.
-Oh, merde... Pourtant... Tout droit, là on tourne à droite, là encore tout droit puis à droite... Troisième porte à gauche... A moins que ça soit la deuxième...

Un premier coup retentit contre le battant d'acier.
-Les gars, venez m'aider, murmura Johnny en se cachant comme il le pouvait.
Avec un peu de chances, dans l'obscurité... Il éteignit sa lampe, et, la main sur son pistolet, se laissa aller à sa terreur. Il ne cria pas, ne hurla pas. Il se contenta de pleurer. Pleurer sur la vie qu'il aurait voulu vivre une fois fini son service militaire, pleurer sur la fille qu'il n'avait jamais osé aborder, pleurer sr à peu près tout...
La porte finit par s'ouvrir en grand. Si seulement il n'avait pas explosé la serrure ! Quel con, mais quel con ! La lumière fit irruption dans la pièce. Les zombies commencèrent à entrer, et à s'approcher de sa cachette, mus par l'odeur, peut-être ? En tout cas, il ne pouvait pas compter sur son camouflage. Le seul moyen de négocier avec les machabs, maintenant, c'était celui-là.

PAN ! PAN PAN !
Le premier zombie fut projeté en arrière par les trois coups de feu, presque à bout portant. Le couteau de combat du militaire se traça un chemin dans le visage du second, dévoilant crâne et cerveau, arrachant sans distinction peau, muscles, chair et œil. Johnny se jeta en avant. Peut-être qu'il avait une chance, après tout... Une main en état de décomposition avancé se tendit dans sa direction. Un tir l'envoya valser. La porte était là, après, le couloir, la grande salle, ses amis, les civils à protéger, puis l'hélico, la sécurité...

La chaise. Il avait oublié la chaise renversée. Erreur fatale. Johnny chuta. Son pistolet s'envola et atterrit quelques mètres plus loin. La jambe blessée, le cerveau brumeux à cause du choc, il ne put que se retourner sur le dos, tenter de se défendre au couteau, et hurler...
- Hein ?C'était quoi, ça ? Demanda Will en sursautant.
-Johnny, probablement, répondit Henry.
Le plus jeune des soldats, à peine majeur, fit mine de se lever. Le vétéran lui intima du geste l'ordre de se rasseoir.
-Mais Henry ! Johnny a des pépins ! Il faut l'aider !
-Useless. Il est trop loin. Si les zombies lui sont tombés dessus c'en est fini de lui.
-Mais on ne peut pas...
-Laisser les civils seuls, sur ce point je suis d'accord avec toi, Will.
-C'est pas ce que je voulais dire, répliqua ce dernier.

Will et Henry reprirent leur garde silencieuse. Sept heures plus tard, l'église sonnant huit coups, ils réveillèrent tout le monde : Ils devaient se mettre en route vers le toit, où l'hélicoptère passerait les prendre. Ils sortirent, Henry à l'avant et Will à l'arrière. Ils avancèrent d'un pas vif vers les escaliers, les montèrent, traversèrent une salle, et...
-Merde, lâcha Henry.
- S'qui s'passe ? Demanda un civil, un homme gros et peu aimable, chauve avec une moustache brune touffue.
-Rien, rien... Continuez à avancer.
Il se décala, laissant passer le convoi, et une fois que Will fut à sa hauteur, il l'aborda.
-Mec, j'te laisse les civils.
-Hein ?
-J'ai fait mon temps. Les machabs sont là. Juste ici, derrière cette porte. Et ils savent où on est, et ils savent qu'on sait, et ils n'attendent que le meilleur moment pour nous sauter dessus... Il faudra quelqu'un pour les retenir. Sauve-toi avec les civils, prend l'hélico, et ne te retourne pas. Surtout ne te retourne pas. Adieu, Will.
-... Si tel est ton choix, au revoir, Henry.

Et ils partirent. Henry resta derrière. La porte s'ouvrit. Le militaire raffermit sa prise sur son fusil d'assaut. Peur ? Bien sûr qu'il avait peur Mais ce sentiment était faible, comparé à un autre. La détermination. Will devait sauver les civils, et Henry était prêt à donner sa vie pour ça. LE premier zombie arriva. La première rafale déchira l'air et le silence. Le premier zombie tomba, pour se relever peu après.

Au-dessus, Will venait d'arriver sur le toit. L'hélico les y attendait. Tous se précipitèrent vers lui. Tous... Y compris Johnny, poignard au poing. Will changea de direction. Le tomahawk s'envola. Le poignard aussi. Une lame d'acier plantée dans le bras gauche, Will n'avait pas d'autre choix de continuer. Couvrir la fuite des civils. Jusqu'à ce que la mort le prenne.






Dernière édition par Zaroff le Mar 21 Aoû 2012 - 21:24, édité 2 fois


avatar
Viktoo
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 175
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 20
Localisation : Sur mon fauteuil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Pagan Pandemia le Mar 21 Aoû 2012 - 21:17

Pas mal du tout, Viktoo ! Y a du jus mais ça manque un peu de boutanche et c'est normal !
T'as le sens de l'histoire, aucun doute ! Quand tu mûriras d'autres scénarii avec un poil plus de consistance, je suis client !

A 14 berges, je salue tes velléités et j'aimerais bien en avoir d'autres pour terminer le plat par du sucré, t'as ça en magasin ?

Sinon, pourquoi cette présentation ? Ça donne une fantaisie à ton texte dont on se passerait bien, j'imagine mais ça reste mon sentiment, évidemment !


"En Bretagne, c'est pas la main qui tremble, c'est le verre qui a peur !"
Alcoolique anonyme
avatar
Pagan Pandemia
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 945
Date d'inscription : 19/11/2011
Age : 45
Localisation : L'Angle saxon

http://paganpandemia.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Zaroff le Mar 21 Aoû 2012 - 21:26

J'ai remanié ta mise en page. Pour bien coller un texte, tu as la procédure (toute simple) ici :

http://ecritoiredesombres.forumgratuit.org/t206-copier-coller-un-message


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12859
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Invité le Mar 21 Aoû 2012 - 21:44

Il attaque fort le Viktoo Very Happy

Perso, je trouve le style bon. Dynamique et pas chiant à lire. Toute fois, quelques petites remarques :3

"On était l'armée ou on ne l'était pas"
Je l'aurais mis au présent... Avis personnel.

Johnny... J'ai imaginé ton personnage avec la gueule de Halliday tout du long Laughing

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Paladin le Mar 21 Aoû 2012 - 22:16

Martin-MRX a écrit:

Johnny... J'ai imaginé ton personnage avec la gueule de Halliday tout du long Laughing


Oui ben moi j'ai imaginé Henry avec ma gueule et j'étais mal barré! (Oui, Viktoo, Henry est mon vrai prénom)

Moi aussi je trouve que pour 14 ans tu t'en tires bien, tu sais bien rendre le rythme et l'action, j'aime bien les premières phrases qui rendent bien la fuite éperdue du personnage:

Courir. Fuir. Encore et toujours. Ne pas faire attention aux hurlements de protestation de ses jambes. Ne pas faire attention à la grève de ses poumons. Ne pas faire attention aux hurlements lugubres, aux râles, des autres bruits bizarres de derrière. Ne pas faire attention à l'écho de ses pieds sur le sol de métal. Ne faire attention à rien.


Ca demande à être travaillé pour en faire une vraie histoire avec une intrigue, un développement et une chute, qui sont d'ailleurs il me semble potentiellement déjà là. Cherche aussi à trouver quelque chose de personnel qui te distingue d'une histoire de zombies classique: "Militaires qui protègent les civils, hélicoptère, etc..." Tu devrais lire les textes de Lestat pour voir comment il amène des choses nouvelles à partir de ces vieux thèmes!


Dernière édition par Paladin le Mar 21 Aoû 2012 - 23:25, édité 1 fois


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10554
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Viktoo le Mar 21 Aoû 2012 - 23:22

Merci à tous ! =D

Pagan, est-ce que u pourrais s'il te plaît répéter avec un peu moins de métaphores ? :/

La présentation ? tu veux dire, celle centrée avec les espaces de 5 kilomètres entre les chapitres, ou celle actuelle (qui s'est retrouvée là je e sais comment, merci aux admins/modos ?) ?

Sinon, ouais, trouver un petit truc personnel, faudra que j'y réfléchisse si je compte faire un vrai bon texte de zombies, ça c'est 1 000 mots bossés à la va-vite en une journée...
Lire les textes de Lestat. Noté, merci !


avatar
Viktoo
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 175
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 20
Localisation : Sur mon fauteuil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Invité le Mar 21 Aoû 2012 - 23:53

Viktoo a écrit:
Lire les textes de Lestat. Noté, merci !

Ses textes oui :3

Ses délires, fais bien attention à toi
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par mormir le Dim 29 Déc 2013 - 22:38

Pas mal du tout ce texte. J'ai juste eu un peu de mal à comprendre la fin. Tu t'es surement amélioré encore depuis. Quand est-ce qu'on lit du plus récent ?


CONFUCIUS : lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.
avatar
mormir
— Arpenteur des mondes — Disciple de l'arbre noir
 — Arpenteur des mondes —  Disciple de l'arbre noir

Messages : 2496
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 54
Localisation : Près de Chartres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Viktoo le Mer 1 Jan 2014 - 23:20

Quand j'aurai le courage de poster mon dernier texte hors-fanfic. Very Happy


avatar
Viktoo
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 175
Date d'inscription : 21/08/2012
Age : 20
Localisation : Sur mon fauteuil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Run away

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum