Slaughterhouse

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Slaughterhouse

Message par paulux le Dim 16 Déc 2018 - 11:20

Bonjour à tous,

Comme je disais, c'est un texte qui manque d'authenticité et de gore, j'aurais bien vu Zaroff dans ce genre de récit, mais bon, ça permet de fourbir ses armes.

Bonne lecture : Slaughterhouse
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par SILENCE le Dim 16 Déc 2018 - 13:47

Salut Paulux,
Je viens de terminer ton texte. Au moins le titre dit bien ce dont tu vas nous parler, ce qui en un sens tue un peu le récit. Car en effet, on comprend vite de quoi il retourne !
Pour tout te dire, je ne sais pas trop quoi penser de ta nouvelle. Ce n'est pas une question de style à l'écrit car tu sais écrire, indéniablement, même si on voit aussi que tu as dû écrire ton histoire à la première personne pour ensuite la réécrire à la troisième personne (un "notre" s'est égaré dans ton histoire... Ou alors, je n'ai pas compris que l'histoire était rédigée à la première personne). Non. Je pense que ma réserve est lié à deux choses en fait. D'une part, j'ai été un peu perdu à un moment sur les actions que tu décrivais. Je n'ai pas vraiment compris s'il s'agissait d'une attaque ou d'un arrivage ou des deux. Cela m'a un peu décontenancé, je l'avoue même si ce floue est peut-être dû à ma lecture davantage qu'à ton écriture. D'autre part, je le confesse, je ne suis pas forcément un fanatique du gore. Remarque bien que je n'y suis pas opposé non plus, loin de là. Mais pour que la chose fonctionne, je crois que j'ai besoin d'un peu plus que d'une description de tripailles ou autres. Je crois que j'ai besoin d'un vrai contexte ! Et c'est peut-être sur ce point que le texte achoppe selon moi. Le thème est sans doute respecté, mais je trouve que tu n'en dis finalement pas grand chose, comme si ce thème n'étais finalement qu'un prétexte à dérouler une histoire qui aurait pu être écrite pour un tout autre sujet (par exemple, je me souviens que le tout premier concours de l'Écritoire avait pour thème "abattoirs humains", je crois que ton texte aurait davantage collé à ce thème qu'à celui du black-out finalement). Le black-out ici n'explique rien ou presque.
mon problème :
Ainsi, le black-out ne nous dit pas pourquoi il existe des abattoirs humains. On pourrait en effet faire le pari que l'anthropophagie étant un des grands tabous de nos sociétés, les survivants se seraient davantage tournés vers d'autres sources de protéines, végétales ou animales. Pourquoi avoir choisi la viande humaine ? Qu'est-ce qui empêche par exemple de cultiver la terre ou de chasser ? Et ces abattoirs, qui nourrissent-ils ? Ceux qui y travaillent ? La ville d'à côté ? Tu ne nous le dis pas au final. C'est en cela que j'ai un problème avec le contexte de ton récit et au final avec le respect du thème. Car on ne peut nier que tu parles bien du black-out, mais ce dernier n'est pas suffisamment explicatif de ce qu'il se passe. Je ne sais pas si je suis très clair... Par ailleurs, mais cela n'a pas de rapport avec ce qui a été dit plus haut, je ne suis pas fanatique de l'expression : "se faire violer" qui laisse entendre que la victime était finalement consentante ou qu'elle l'a bien cherché ; ce qui est problématique dans les deux cas de figure.
Bref, je suis assez mitigé. Mais encore une fois ce n'est que mon point de vue Paulux.
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par paulux le Dim 16 Déc 2018 - 14:56

Merci de ta lecture hyper rapide Silence, et de ton retour ! Je n'étais pas à l'écritoire à l'époque de ce concours, sinon je serais sûrement parti sur autre chose. Après, quand on donne un thème, ça nous évoque des choses, nous fait penser à des situations, et j'aimais bien cette histoire de "guerre" de la faim, c'est pour ça que j'ai extrapolé dessus.

Comme d'habitude avec moi les réponses à tes questions se trouvent dans le récit (mais il faut aller les chercher, ce qui obligerait à une deuxième lecture, et donc ce qui veut dire que le texte n'est pas assez explicite).

Spoiler:
Dans le récit, on explique que les frigos sont tombés en panne, et qu'une grande partie des viandes a dû être jetée. La finalité du récit, et le côté dark/gore, était qu'on comprenne que les bouchers ont fini par se rabattre sur les autres types de viandes qui leur tombaient sous la main.
Y avait une série télé française, ça fait quelques années, dans laquelle un enquêteur se rendait compte qu'une fabrique de conserve utilisait la viande humaine pour sa production. Ça m'avait beaucoup marqué

Encore merci pour ton avis Silence !
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par SILENCE le Dim 16 Déc 2018 - 15:01

Merci Paulux... J'avais bien compris tout cela, mais cela ne répond pas à mes questions. C'est ça le problème. Mais cela reste une bonne histoire cependant !
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par paulux le Dim 16 Déc 2018 - 16:56

C'est sympa, merci Very Happy
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Mélodie Or le Lun 17 Déc 2018 - 10:18

Paulux,

J'ai hésité à t'écrire un com, je sais pas trop quoi dire

Effectivement, très vite, grâce au titre j'ai compris de quoi il retournait ^^ Dommage !
Après il y a quelques fautes et celle-ci m'a particulièrement électrisée:
Putain, ça s’en trop bon
Ouch!!!

Sinon je trouve la fin pas mal écrite et même dans l'ensemble, ça se lit bien. C'est surtout le fond de l'histoire, c'est sûr c'est nouvelle, on va vite à l'essentiel, mais comme dit Silence il manque quand même quelques données.
J'aurai bien vu cette histoire tournée savamment à l'humour noir plutôt que le gore simple Smile


Dans mon laboratoire à rêves...
avatar
Mélodie Or
Apprenti égorgeur

Messages : 61
Date d'inscription : 07/12/2018
Age : 32
Localisation : Dordogne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Murphy Myers le Lun 17 Déc 2018 - 15:37

J'aurais globalement le même avis que Silence, à 2-3 choses près.

Le titre est bien trouvé, mais en dit trop en effet : après avoir lu 2 lignes, j'avais déjà compris de quoi on parlerait (cela dit, l'idée n'était peut-être pas de surprendre le lecteur sur cet aspect ; auquel cas, le choix de ce titre se comprend).

En soi, l'histoire est bien écrite, malgré ce léger flou sur le black-out. Non pas qu'il ne soit pas expliqué, mais l'explication m'a paru trop facile, comme un simple prétexte pour en venir à la suite de l'histoire.

D'autre part, je suis resté extérieur à l'histoire, mais pour des raisons purement subjectives. D'un côté, le style, aussi bon soit-il, m'a sorti de l'histoire à plusieurs reprises. Dès que le narrateur dit "Il faut dire que..." par exemple, formulation qui distancie la narration et l'histoire à mes yeux, qui amoindrit l'aspect horrifiant de l'histoire en un sens, en donnant presque un côté documentaire à la chose (dans une narration à la 1ere personne, ça nous montrerait un personnage qui lui-même met de la distance avec ce qu'il voit pour mieux le supporter, là ç'aurait mieux passé pour moi je pense). Ou encore quand la narrateur nous parle directement, à nous lecteurs, avec son "Du grand art, non ?". Même chose, à la 1ere personne ça aurait peut-être donné un effet différent, mais à la 3e personne, ça me rappelle juste que je lis une histoire. Cela dit, de nombreux auteurs classiques utilisent ce procédé et vont même plus loin (combien de classiques SF qui parlent de "notre héros" qui fait donc ci ou ça?). C'est pourquoi je précise bien que c'est subjectif : le bémol vient surtout de mon incompatibilité avec ce style, d'autant plus appliqué à du gore sérieux, plutôt que d'un problème dans le style en lui-même.
De l'autre côté, enfin (pour revenir à mes raisons subjectives qui m'ont gardé hors du texte), l'histoire est assez convenue. Un fan de gore y trouvera sans doute son compte, tout comme je trouve moi-même mon compte dans des histoires de fantômes qui ne réinventent en rien le genre, mais comme Silence, je préfère le gore en tant qu'ingrédient d'une histoire, plutôt qu'en tant que finalité. Ici, ça me semble être le cas, et je recherche autre chose dans mes lectures : à défaut d'une chute ou d'un concept hautement original, au moins une histoire avec péripéties, plutôt qu'une "peinture" d'une situation comme ici. Encore une fois, je me répète : cela n'amoindrit en rien les qualités de ton texte ; mon avis vient bel et bien d'une incompatibilité purement subjective et je suis sûr que plusieurs fans du genre auront un avis bien plus positif que le mien.


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3377
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 26

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Blahom le Lun 17 Déc 2018 - 19:57

Ici commencent mes commentaires.
Je préciserai d'abord que je ne suis pas fan de gore, puisque ce terme a souvent été utilisé pour définir ce texte. Pour moi, il ne s'agit pas véritablement de gore, ce qui relève du simple constat. Durant mes jeunes années, il m'est arrivé d'acheter les romans de la collection Gore du Fleuve et c'était autrement plus gratiné (dans le genre tripaille et sang frais)...
Tout cela pour dire que j'ai réellement apprécié cette nouvelle, fort bien écrite (malgré les fautes d'inattention déjà relevées par certains). Slaughterhouse a une réelle dimension littéraire et j'ai trouvé ce récit prenant et bien mené.
En fait, le seul reproche que je lui ferai réside dans le respect du thème : ici, le black-out s'avère finalement très secondaire.
Pour finir, Paulux, je suis frappé par le soin que tu apportes à tes textes qui deviennent, à chaque concours, de plus en plus efficaces et percutants.
Une lecture très sympathique, donc.


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1585
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par paulux le Lun 17 Déc 2018 - 21:49

Merci à vous trois Melody, Murphy et Blahom pour votre lecture et vos retours. Y a du bon et du moins bon, alors je prends bonne note de vos commentaires. Ce texte est davantage basé sur des envies que j'avais en tête : présenter ce personnage qui peut manger à sa faim malgré la tragédie qui s'est déroulée ; montrer aussi comment des communautés survivent, à la fois en perdant une part d'humanité mais aussi en s'identifiant à ce qui les représente, leur métier, leur groupe, leur travail devenu inutile et/ou effrayant. Je voulais aussi beaucoup d'action et aborder une sorte de comparaison entre les pillards et les bêtes qu'ils auraient pu devenir !
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par FRançoise GRDR le Mer 19 Déc 2018 - 22:30

Bonsoir Paulux,

Alors, je n'ai pas du tout été influencé par le titre car le mot slaughter ne me disait rien (j'étais une très mauvaise élève en anglais -_- ).
J'ai aimé la façon dont tu as amené le dénouement, tout en nuance (pour moi)… D'abord bon enfant en décrivant les gestes d'un "beauf" devant son barbecue, puis le glissement vers une société Post Apo avec le surgissement de "voleurs" et enfin le traitement impitoyable qui leur sera réservé au travers des dialogues sans concession. Du grand art. Bravo à toi.

P.S. Le thème est un peu traité d'une manière accessoire.



Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 8238
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 63
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Tak le Lun 31 Déc 2018 - 8:45

Hello Paulux !
Comme certains, j'ai pu constater au fil des concours que ta plume allait en s'affinant et tu as toujours d'excellentes idées pour exploiter les différents thèmes choisis. Mais pour cette fois-ci, j'ai été plus circonspect, aussi bien sur la forme que sur le fond. Au niveau de la plume, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de petits couacs (même si la tenue générale reste assez bonne), notamment ce changement de personne dont Silence parlait plus haut. Ou alors de gros pâtés de descriptions que j'ai trouvé parfois un peu longs et répétitifs. Il me semble avoir repéré également quelques mauvais accords de temps et autres. Des écarts de registres qui m'ont paru par moments un peu maladroits...
Bref, rien de réellement catastrophique, mais des petites choses qui nous font parfois sortir du récit, malgré son action trépidante.
Ma seconde réserve tient plus du traitement du thème : si le texte en soi et l'angle que tu as choisi n'appartiennent qu'à toi, j'ai eu en revanche un peu de mal avec ta notion de "black-out", à peine esquissée au début pour être complètement oubliée ensuite.
Spoiler:
Tu me diras, pas forcément à tort, la raison même de cette attaque est une conséquence du black-out, certes, mais je n'ai pas trouvé cet élément essentiel dans ton texte, car tu t'écartes vite du contexte global pour plonger dans l'action pure. Il y a bien un passage dans le noir à un moment, mais ça m'a semblé être plus un élément parmi d'autre qu'un point crucial de ton intrigue...

Après, tu as voulu jouer la carte de l'horreur pure et je ne te jugerais pas là-dessus, au contraire : ça change un peu du registre SF/Fantastique récurent pour ce concours. Mais j'ai eu quand même eu un peu de mal à accrocher sur le texte, qui ne m'a pas paru d'une originalité folle et qui aurait pu être amélioré sur la forme.
Mais tout cela est question de contexte, j'en suis conscient, et il me plait toujours de te lire paulux. Peut-être juste un peu moins cette fois-ci... Dommage Rolling Eyes


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3853
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 36
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Perroccina le Jeu 3 Jan 2019 - 20:45

Salut Paulux
Texte intéressant dans la façon dont il traite les conséquences d’un black-out et surtout le monde post-apo qui en résulte. Pas d’état d’âme parce qu’il faut survivre, tenir en attendant un hypothétique miracle. Jacquot est un personnage bien campé qui met bien en exergue tout le cynisme résigné que provoque la situation. L’ensemble est bien écrit et agréable à lire hormis une grosse coquille au début du texte «  putain, ça sent trop bon ».
Le thème est bien respecté en ce qui me concerne.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3096
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 54
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Zaroff le Lun 7 Jan 2019 - 18:28

Récit très vivant même si le thème est construit de manière trop secondaire. Je trouve qu'il manque un équilibre : trop descriptif et peu de réactions des personnages. Ce texte gagnerait en intensité en opérant de nombreuses coupures. Beaucoup de fautes nuisent à la lecture. C'est un bon texte avec des défauts.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre groupe Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12963
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par paulux le Lun 7 Jan 2019 - 19:58

Merci vous tous pour vos lectures et vos retours ! J'en prends note, même si j'ai un peu de mal à écrire en ce moment. C'est toujours chouette de participer à ces concours Shocked
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Jack-the-rimeur le Dim 13 Jan 2019 - 1:09

J'avais pourtant lu jadis "Abattoir 5" de Vonnegut mais faut croire que le titre original m'avait échappé. Slaughterhouse, donc. OK, c'est noté.
Revenons au concours.
J'aime bien Paulux. Ce ne sera jamais un esthète de l'écriture mais il a un tempérament bien à lui. Ses récits ne sont pas les plus fignolés (on pourrait même les dire "bruts de décoffrage") mais il y a une faconde, un allant, une spontanéité qui savent accrocher le lecteur et l'entraîner dans une histoire mouvementée qui ne lui laissera pas le temps de souffler.
Une marque qu'on retrouve dans Slaughterhouse. Peut-être moins une histoire de black-out que de survie avec ce que cela implique de régression nécessaire (sauvagerie et cynisme) mais sans pour autant insister sur les effets "gore".
En résumé, un récit prenant et sans temps mort, ce qui suffit déjà amplement à mon plaisir.
Content de te lire à nouveau, Paulux.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2257
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Slaughterhouse

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum