L'ENVERS DU DÉCOR

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Blahom le Lun 17 Déc 2018 - 20:11

Je reprends mes notes et, après le texte de Paulux, je commente celui de Silence. Tout cela est très aléatoire et ne reflète pas l'ordre dans lequel j'ai lu ces histoires...
Silence, on retrouve ici ton style efficace et accrocheur. Comme c'est souvent le cas, ton texte nous plonge dans la société états-unienne.
Cette fois, l'histoire s'avère très classique et il ne s'agit pas là d'un reproche. J'ai pensé aux "pulps" et autres séries B des années 50 (Le Blob, ce genre de chose). Comme d'autres, cela m'a aussi remémoré un vieil épisode de X-Files. Et Venom (je parle de la BD que je lisais dans les années 80, pas du film).
Cette nouvelle reprend aussi le thème de la conspiration gouvernementale (très X-Files, il ne manque que l'homme à la cigarette).
L'ensemble est à la fois efficace et prenant et l'on passe un fort bon moment.
Une participation de grande qualité (comme d'habitude) à laquelle je ne reprocherai qu'un petit manque d'originalité.


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1585
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par SILENCE le Lun 17 Déc 2018 - 21:54

Salut Blahom,
Content de voir que tu as débuté tes lectures, cela signifie que nous allons bientôt pouvoir te lire également et j'ai vraiment hâte ! Merci également pour ton commentaire ! Sois rassuré, je ne prends pas mal du tout ton observation sur les pulps et séries B des années 1950, au contraire c'est à mes yeux un énorme compliment ! Tu parles du blob et tu as bien raison puisque c'est aussi une référence qui me touche et que je gardais à l'esprit tout au long de mon écriture. Non pas pour dire : "ah, faut que je fasse un truc qui ressemble au blob" mais en me disant, "putain qu'est-ce que j'aimerais revoir ce film" ! (je parle du film original comme du remake des années 1980). Et puis je me souviens aussi que mon intérêt pour le cinéma de genre date d'un après-midi, j'avais 6 ans, j'étais malade et ma mère m'avait parlé d'un film de martiens. C'était la guerre des mondes, c'était une vraie claque autant qu'une révélation.  Quant aux pulps : la réédition de Creepy est sur mon bureau à la maison, ainsi qu'une réédition des contes de la crypte ! Autant dire que tu as tapé juste.
Tu dis aussi que mes nouvelles se déroulent souvent aux USA. Tu as partiellement raison sur ce point. En fait quand je regarde bien, assez peu de mes nouvelles s'y déroulent, mais le fait est que ce sont plutôt des nouvelles se déroulant aux EU que je poste dans le cadre des concours. Pourquoi ? Curieusement parce qu'une étrange partition s'est opérée en moi : les nouvelles typées horreur/fantastique me sont moins pénibles à écrire lorsqu'elles se déroulent outre-atlantique. Tu auras peut-être noté que l'action se déroule dans la ville imaginaire de Faraday dans laquelle j'avais déjà situé Morceau choisi. J'ai en effet décidé de placer un certain nombre de mes récits là-bas. En revanche - et c'est en cela qu'il y a partition - les récits renvoyant plutôt au polar ou au thriller ont plutôt tendance à se dérouler en France. Je crois que j'assimile ces deux genres non à des genres français, mais à des choses plus réalistes et qui du coup me touchent sans doute plus directement. La proximité est donc plus grande en ce qui me concerne. C'est assez surprenant quand j'y pense mais je me pense infoutu de faire l'inverse ! Une lubie en somme...
L'idée du thème ayant été proposée par mes soins (mais il a bien fallu que certains votent aussi en sa faveur) je ne pouvais pas ne pas participer. Et pourtant mon programme était plus que chargé à cette période. En d'autres termes, c'est vrai, je n'ai pas fait dans la folle originalité ! J'ai privilégié une approche relativement classique de ce thème. J'avais une ou deux idées beaucoup plus originales et assez barrées, mais je les ai remisées faute de temps et de capacité à les écrire. Je ne dis pas que je n'essaierai pas un jour, mais cette année risque d'être encore très chargée et, vraiment, je suis content d'avoir pu produire quelque chose de lisible. Et crois-moi Blahom, je suis content de voir que tu as passé un assez bon moment de lecture avec ma nouvelle parce que c'était le but premier et puis aussi parce que, curieusement, j'aime bien ce texte !
Merci à toi,
Vivement ton texte,
S.
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Blahom le Lun 17 Déc 2018 - 22:22

"Sois rassuré, je ne prends pas mal du tout ton observation sur les pulps et séries B des années 1950, au contraire c'est à mes yeux un énorme compliment !"
C'était effectivement un compliment. J'adore moi aussi toutes ces vieilleries des années 50.
"Tu dis aussi que mes nouvelles se déroulent souvent aux USA."
Simple constat de ma part et en aucun cas un reproche.
"L'idée du thème ayant été proposée par mes soins..."
J'avais oublié ce détail... Laughing
"En revanche - et c'est en cela qu'il y a partition - les récits renvoyant plutôt au polar ou au thriller ont plutôt tendance à se dérouler en France."
J'ignorais totalement cette facette de ta personnalité.
"Content de voir que tu as débuté tes lectures, cela signifie que nous allons bientôt pouvoir te lire également et j'ai vraiment hâte !"
C'est gentil de ta part mais j'appréhende les réactions et m'en voudrais de décevoir tes attentes.


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1585
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Tak le Dim 30 Déc 2018 - 7:56

Premier texte lu du concours et ça aurait pas pu mieux tomber !
Un récit qui rappelle effectivement les X-Files et compagnie où Fantastique pur et machinations gouvernementales s'entremêlent pour donner lieu à une lecture plaisante et sans prise de tête. La plume est solide et malgré les quelques coquilles restantes, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. Le background est réussi et en quelques lignes, on se retrouve catapulté dans cette petite ville américaine sans efforts : tout sonne juste, des personnages aux descriptions, en passant par les dialogues, qui font rapidement mouche et avec un excellent sens du rythme. Sur la forme, rien à dire, donc, c'est maîtrisé.
Le seul petit reproche que je pourrais émettre vient de
Spoiler:
ta créature/matière noire
, qu'on ne fait finalement qu'entrevoir, même si c'était sûrement voulu...
Après tout, c'est le concept de ce genre d'histoires, où la menace, bien que présente, doit restée diffuse et suggérée plutôt que montrée. Par rapport au thème c'est même logique, mais il est vrai qu'en voir un peu plus ne m'aurait pas dérangé.
Entre l'obscurité imposée par la nature même de la menace et le black-out instauré par le gouvernement
Spoiler:
pour étouffer l'affaire
, ton texte exploite très bien le thème, sans forcer le trait pour autant.

Une très bonne participation donc et avec une mention très bien pour ton personnage principal, rajoute-je, plus ambigüe qu'il n'y parait dans les premières pages. On évite le manichéïsme primaire avec ce genre de protagonistes et ça fait franchement plaisir !
Heureux que ce concours a été l'occasion de te faire sortir de ta tanière Silence, il aurait été dommage de se priver d'un texte de cette qualité...
Lu et approuvé, donc Wink


Dernière édition par Tak le Dim 30 Déc 2018 - 12:03, édité 1 fois


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3853
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 36
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par SILENCE le Dim 30 Déc 2018 - 11:23

Et bien cher Tak, je te remercie pour ta lecture et d'avoir pris le temps de me laisser ce beau, très beau, commentaire. Lecture plaisante, dis-tu ? Rien ne saurait me faire plus plaisir puisque, encore une fois, c'est précisément ce que je recherchais : une lecture plaisante et sans prise de tête. Pas la peine d'aller chercher midi à quatorze heures, mais simplement de se laisser porter par l'histoire ! J'ajouterai par ailleurs que je suis très sensible à ce que tu écris sur le background et l'histoire qui sonne juste. En effet j'ai pas mal travaillé ce point qui me semble primordial dans ce genre de nouvelle. Les dialogues surtout ont fini de s'imposer à moi dans les dernières heures avant de poster. Ceci étant dit, et concernant toujours le background, ce n'est pas la première histoire se déroulant à Faraday. Il y avait déjà eu Morceau choisi lors du concours Sacrifice humain qui usait du même décor. Et j'ai sur le disque dur de mon ordinateur, un certain nombre de textes ayant pour univers Faraday. Du coup, je commence à avoir une certaine habitude des lieux. Ceci explique peut-être cela. Ceci étant dit, il est assez chouette aussi d'écrire des histoires qui prennent place dans la même ville. D'abord parce que cela permet d'enrichir sa connaissance des habitants de cette bourgade, et puis aussi parce que justement cela permet de donner corps à cette ville et ainsi de se constituer une sorte de background local. J'avais d'ailleurs débuté une novella à Faraday...
Bref, ton commentaire me fait vraiment très plaisir Tak.
Merci à toi.
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Tak le Dim 30 Déc 2018 - 12:15

Avec plaisir, Silence !
Et oui j'avais déjà lu tes précédents commentaires sur cette ville de Faraday qui semble bien t'inspirer... (je relirais d'ailleurs Morceaux Choisis pour me le remettre à l'esprit, ce concours commence déjà à dater, mine de rien).

Juste pour le petit apparté : j'ai moi aussi une ville imaginaire qu'il me plait d'explorer d'un texte à l'autre. Mon récit pour ce concours y prend place lui aussi, puisqu'il s'agit de Salomone (où se déroulent déjà un certain nombre de mes textes, comme Scarifice, que j'avais d'ailleurs écrit... à l'occasion du 9e concours, moi aussi : tiens, tiens ! ).
Un jour on s'échangera les plans respectifs de nos villes imaginaires : ça se trouve, se sont exactement les mêmes, mais à l'envers  Razz
Fin de l'apparté, vous pouvez reprendre vos activités normales.


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3853
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 36
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Jack-the-rimeur le Ven 4 Jan 2019 - 1:51

Cher Silence, ce n'est jamais simple avec toi. Il y a deux facettes à ton histoire mais qui ne me paraissent pas coller au mieux d'un point de vue logique (logique dont j'admets avoir un sens plutôt tordu).
D'abord le meilleur, le récit du Dr Horowitz (comme le pianiste) : le décor, l'irruption de la menace, la montée de l'horreur et l'évocation de la monstruosité à l'œuvre en touches lovecraftiennes, c'est superbement emballé et glaçant à souhait.
Du coup, je me suis senti en empathie avec ce pauvre Ira (comme Levin). Que la violence du traumatisme subi ait nécessité une bonne dose de sédatif, normal. Mais à son réveil, il me semble que son premier besoin serait une présence rassurante et une oreille attentive pour partager et atténuer son stress.
C'est là que la sémillante Rebecca Wilcox me gène un peu. Pourquoi soumettre son patient à un déphase temporel assorti d'un cocktail de drogues zombie, traitement à haut risque pour un état mental déjà bien fragilisé et dont la justification persiste à m'échapper. Autre aspect décalé de Becca : la très haute opinion qu'elle a d'elle-même et de ses capacités (opinion partagée par son copain Oz) alors que, finalement, la seule trace de ses exceptionnelles qualités est d'avoir réussi à faire parler un témoin qui ne demandait qu'à s'épancher sur son éprouvante aventure. Pas franchement un exploit digne d'un génie multi-doctorats à mon avis.

Cet hiatus comportemental (qui n'est peut-être qu'une vue personnelle) mis à part, j'ai vraiment aimé cette histoire de manifestation terrifiante avec son étrange monstruosité. Ceci dit, à défaut de chute, quelques indices sur la nature ou l'origine du monstre n'auraient pas été superflus pour renforcer la cohésion de l'ensemble.
Manifestement, ce genre d'irruption d'horreur n'est pas isolé (un précédent dans l'Arkansas, entre autres sous-entendus). Une récurrence sur le sol américain qui tendrait à éliminer des monstruosités tombés de l'espace. Il s'en retrouverait n'importe où dans le monde.
Une autre possibilité serait une expérience de manip génétique échappée d'un labo secret. Elle est plus conforme avec le black-out mais pas très originale (évoquée pour l'affaire des chupacabras).
Mais il y en a une autre qui irait encore mieux avec ton cadre et qui me vient de Bob Howard : des entités immémoriales qui reposaient déjà sous leurs tumulus bien avant l'arrivée des premiers Amérindiens mais dont les sorciers peaux-rouges avaient appris à ménager le sommeil. Alors, maintenant que les Indiens et leurs traditions ont finis écrasés sous le rouleau compresseur de la civilisation, peut-être que ces entités sont en passe de se réveiller…
Qu'en penses-tu ?


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2257
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par SILENCE le Ven 4 Jan 2019 - 10:38

Cher Jack,
Merci tout d'abord pour ta lecture et ton commentaire. Si ta logique est tordue, sache que la mienne l'est également ! J'ignorais cependant que les choses n'étaient jamais simples avec moi et, curieusement, je m'en félicite ! J'aime assez l'idée de (te) donner du fil à retordre. Mais bref. Tu évoques dans ton commentaire, un certain nombre de points. Comme expliqué plus haut, j'ai essayé surtout de rendre une histoire plaisante à défaut d'être totalement originale ou explicitée. Et encore une fois, si tu as apprécié ne serait-ce qu'un minimum cette nouvelle, et bien j'en suis très content puisque cela signifie que mon objectif est atteint. Il est clair cependant que j'ai privilégié une certaine forme d'efficacité. Et pour être totalement honnête, je ne crois pas que des explications à tout va sur la nature du pourquoi du comment soient forcément nécessaires. Si je prends par exemple un auteur que j'aime, S. King, la plupart de ses nouvelles n'apportent aucune justification sur la nature de l'événement fantastique ou horrifique qui vient perturber le statu quo du protagoniste. C'est le cas par exemple dans l'une de ses nouvelles intitulée Matière grise où un gamin entre dans le bar dans lequel se trouve le narrateur et informe les personnes présentes de la transformation de son père. Ce dernier en effet se métamorphose progressivement en une sorte de chose qui, dans la description qu'en fait King, pourrait ressembler en une sorte de moisissure. La seule justification avancée ne l'est qu'à titre d'hypothèse : l'intéressé aurait bu une bière éventée ! Pour autant, j'aime assez l'explication que tu avances sur les entités en sommeil et les indiens. Quant à la nature de la menace, je ne me suis même pas posé la question (oui, je sais, c'est très mal !) : entre la possibilité d'une invasion extra-terrestre, un parasite ou une force surnaturelle (comme dans The Rook, de Dan O'Malley) mon coeur balance.
Je suis content de voir que tu es entré en empathie avec Ira Horowitz. Pour tout te dire je n'avais pensé ni au pianiste ni au père de Rosemary's baby en écrivant cette nouvelle. J'ai simplement trouvé qu'Ira Horowitz sonnait relativement bien et, c'est con à dire, mais avoir un nom et un prénom qui sonnent correctement, c'est important pour les personnages d'une nouvelle. Quand j'entends Ira Horowitz, je ne sais pas pourquoi je ne peux pas m'empêcher de me dire que ce type doit être un type bien a fortiori si ce dernier est toubib dans une petite ville. En revanche, je vois que tu accroches moins en ce qui concerne Rebecca Wilcox. Tu as raison : elle a une très haute opinion d'elle-même ! Pour tout dire, je crois même qu'elle s'adore et que si elle devait un jour commettre un crime passionnel ce serait forcément son suicide, lequel est par ailleurs planifié. Mais là où je ne te rejoins pas c'est dans le fait qu'ayant 180 de QI et un double doctorat elle aurait dû agir différemment. D'abord parce que rien ne prouve qu'Horowitz ne demandait qu'à s'épancher. Je crois qu'après un événement pareil et de cette nature, une personne qui garde passablement la tête sur ses épaules, aura plutôt tendance à garder les choses pour lui. Justifie cela comme tu le veux : syndrome du survivant, honte d'avoir laissé ses amis, peur de ne pas être cru, peur de passer pour un fou. Par ailleurs dans la relation qui s'établit entre Wilcox et Horowitz, c'est Wilcox qui a le pouvoir. Et on sait que le pouvoir rend fou, à tout le moins souvent très con. Un QI élevé, a fortiori très élevé, n'a d'ailleurs pas pour conséquence ultime de rendre les individus qui s'en trouvent dotés d'une plus grande porosité aux sentiments ou aux malheurs d'autrui. Dans certains cas, ce serait même plutôt l'inverse. Dans mon esprit Wilcox n'est rien d'autre qu'une personne qui aime le pouvoir, qui aime la supériorité que lui confère sa situation et sa grande intelligence... Ce qui la rend tout à fait détestable et même complètement conne, on est d'accord. Peut-être pour cela que je la préfère à Horowitz en un sens !
Je sais que mes justifications sont tout à fait bancales voire à côté de la plaque. Et je comprends parfaitement tes réserves sur ce texte cher Jack, tout simplement parce qu'elles sont fondées. Et elles sont fondées dans la mesure où tu abordes des points sur lesquels je n'ai pas eu l'envie de m'étendre. Mea culpa.
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Jack-the-rimeur le Sam 5 Jan 2019 - 1:55

Pas de souci. Comme je te le disais, c'était un point de vue. Tu soulignes d'ailleurs une sérieuse faille dans mon raisonnement, à savoir que si un témoin d'une scène atroce a besoin d'extérioriser son vécu, souvent le choc subi l'en rend tout bonnement incapable, d'où la nécessité des soutiens psychologiques. Parfois, je suis un peu naïf.
Autre chose, tu me parles de "Matière grise" de King mais, justement, c'est un bon exemple de ce que j'essayais d'exprimer. L'idée qu'une moisissure puisse s'étendre à l'organisme qui l'a ingurgité, c'est ce qui donne tout le sel à une scène qui, sans cela, ne resterait qu'un exercice gratuit. Un simple fil de logique hautement symbolisé mais qui suffit à ancrer le récit dans une perspective intelligible. L'histoire a besoin de ça parce que le lecteur en a besoin et que, pour moi, les deux sont indissociables. Mais je n'essaierai pas de te convaincre.
Enfin, au sujet de Becca, il me semblait bien avoir lu qu'elle avait décidé de mettre un terme à tout ça à 40 ans mais je pensais avoir mal compris. En fait, non. Il y aurait donc bien une histoire sous l'histoire. Mais il s'agit là de ton jardin personnel et je n'ai pas à m'y immiscer.
Merci de ta patience pour mes divagations.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2257
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par SILENCE le Sam 5 Jan 2019 - 7:26

Aucune patience de ma part Jack et aucune divagation de la tienne. Au contraire, tes arguments et et idées sont on ne peut plus pertinents. Pas certain que ce soit le cas de mes justifications/divagations. Et non, tu as bien lu elle a prévu de se faire sauter le caisson à 40 ans !
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par mémoiredutemps le Sam 5 Jan 2019 - 19:08

J’ai bien apprécié, le récit est construit, on ne s’ennuie pas, le thème est respecté, ça me fait penser à L'Invasion des profanateurs de sépultures ou au Blob.
Il y a une chute, oui, mais je m’attendais à quelque chose de plus terrifiant, notamment de savoir si c’est un monstre terrestre ou pas… je pencherai plutôt à une sorte d’alien comme la chose d’un autre monde par exemple.
Spoiler:

.à part les fautes déjà signalées, celles-ci
au dessus
Ils ont rallumé les lumière
Ça jailli comme un putain de tentacule
qui terminait sa clope adosse à l’un des murs
un moment ou deux qui t’ont plus là-bas

Pour les dialogues, le problème c’est que parfois tu mets des guillemets français ce qui fait qu’on s’y perd un peu… le conseil quand on a de longues tirades c’est d’utiliser plutôt les apostrophes françaises pour commencer un nouveau paragraphe… moi j’utilise souvent une petite phrase pour parler des attitudes ou expressions de l’orateur ou du public ou d’autres astuces ce qui me permet de rompre la monotonie des longs souvenirs.
Ce qui me gêne aussi c’est ta ponctuation : il faut éviter les doubles signes, tu n’es pas le seul à écrire comme cela ici, et ailleurs j’ai vu pire, mais c’est à éviter.
Et puis ça : "vous voyez, les arums titans, celles qui attirent leur nourriture en produisant une odeur de charogne." Ce serait pas plutôt les pollinisateurs qui sont attirés par l’odeur ?  https://fr.wikipedia.org/wiki/Arum_titan  

C’est un récit qui peut être amélioré je pense ou même plus développé.


Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon).
Auteure de "La Verge Noire" chez ÉLP Éditeur http://www.elpediteur.com/auteurs/memtemps/2015_vergenoire.html
Administratrice du forum de bêta-lecture http://imperialdreamer.1fr1.net/
Membre du comité de sélection du tournoi annuel des nouvellistes http://www.unmondedemots.com/pages/tournoi-des-nouvellistes/
avatar
mémoiredutemps
Plumitif éviscéré
Plumitif éviscéré

Messages : 256
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire

https://www.facebook.com/Memoria-Temporis-La-Verge-Noire-6290503

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par SILENCE le Dim 6 Jan 2019 - 20:28

Merci pour ta lecture mémoiredutemps.
Et merci également pour les références cinématographiques concernant l'invasion des profanateurs de sépultures et le blob, deux films cultes selon moi. Inutile de dire ô combien la comparaison s'avère plaisante à mes yeux.
J'ai probablement merdé sur la plante et l'odeur qui attire la nourriture, mais bon. ceci dit, j'aime assez l'idée d'une pollinisation par des humains. Voilà qui ajouterait une touche assez sombre à ce récit qui, c'est vrai, s'avère très perfectible sur de nombreux points.
Je te souhaite une bonne soirée,
S.
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2924
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par mémoiredutemps le Dim 6 Jan 2019 - 21:58

SILENCE a écrit: ...
J'ai probablement merdé sur la plante et l'odeur qui attire la nourriture, mais bon. ceci dit, j'aime assez l'idée d'une pollinisation par des humains. Voilà qui ajouterait une touche assez sombre à ce récit....
des  humains pollinisateurs à la place des abeilles qui se raréfient… c'est un job d'avenir ça  :mrgreen:  pour le miel, pas sûre que nous saurons faire aussi bien…


Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon).
Auteure de "La Verge Noire" chez ÉLP Éditeur http://www.elpediteur.com/auteurs/memtemps/2015_vergenoire.html
Administratrice du forum de bêta-lecture http://imperialdreamer.1fr1.net/
Membre du comité de sélection du tournoi annuel des nouvellistes http://www.unmondedemots.com/pages/tournoi-des-nouvellistes/
avatar
mémoiredutemps
Plumitif éviscéré
Plumitif éviscéré

Messages : 256
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire

https://www.facebook.com/Memoria-Temporis-La-Verge-Noire-6290503

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par paulux le Dim 13 Jan 2019 - 22:09

Super Silence, j'ai beaucoup aimé, avec cette ambiance un peu "Alan Wake - Nightmare" et "X-Files" effectivement. C'est vraiment très bien écrit (même s'il reste deux ou trois fautes), et passionnant, assez inhabituel dans ce qui se passe, dans le fait que ce soit une plante. Je suis allé voir une photo, ça donne pas envie, lol.

Je n'ai pas trop compris le "plus" que peut avoir Rebecca, ni en quoi l'évocation de "Black-out" influe sur ce qu'elle découvre du récit, mais c'est pas trop grave, car les personnages sont sympas.

Bref, du très bon pour moi, encore bravo Smile

avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 741
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 41
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par mormir le Dim 13 Jan 2019 - 22:31

Bin mon ieux !

Un grand moment de silence ! Tu as vraiment le don pour établir une ambiance, attraper le lecteur dans tes rets, que presque il en pisserait lui-même sur ses shoes quand la grande méchante plante attaque.

Il m'a toutefois semblé, mais peut-être cela a-t-il déjà été noté par mes illustres prédécesseurs, que la super nana avec 180 de QI et une poitrine généreusement dévoilée, n'apporte pas beaucoup à l'histoire. N'aurait-elle pas été encore plus prenante avec une vraie simple psy de tous les jours qui découvre l'horreur véridique alors qu'elle croit avoir affaire à un fou ? Certes cela n'aurait pas mis en scène une équipe secrète de nettoyeurs pour rendre le monde plus plausible. Mais la liberté de l'auteur est reine en la matière.

Mon avis est que c'est un bon texte, l'un des meilleurs que j'aie lu jusqu'à présent, mais j'ai admiré du encore meilleur de ta plume et l'on devient difficile ! Smile

Merci à toi cher ami pour ce moment d'une lecture accrocheuse ! Smile


CONFUCIUS : lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.
avatar
mormir
— Arpenteur des mondes — Disciple de l'arbre noir
 — Arpenteur des mondes —  Disciple de l'arbre noir

Messages : 2613
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 54
Localisation : Près de Chartres

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ENVERS DU DÉCOR

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum