Zoé au camp

Aller en bas

Zoé au camp

Message par Catherine Robert le Jeu 26 Juil 2018 - 18:22

Donc, j'avais dit que j'aurais pas le temps d'écrire ma deuxième idée. Mais c'est tout moi ça parce que je l'ai eu le temps. Cela-dit, je pense que j'aurais de toute façon choisi l'autre texte (mais ça, c'est parce que j'ai plus à réfléchir à la question). Donc voilà.

Zoé au camp:

— Maman !

Zoé court dans la poussière en criant. Elle sait bien que maman est partie, mais ça fait longtemps maintenant, plusieurs heures, elle devrait être revenue. Elle lui avait dit « bientôt ». C’est quand même un drôle de « bientôt » ça.

Et puis, Zoé n’aime pas l’endroit où elle se trouve. C’est moche et ça pue. Juste de la terre avec des maisons en fer. Comment maman a dit que ça s’appelait ?... Ah oui ! Des containers. « Con », elle connaît, mais maman ne veut pas qu’elle prononce ce mot, c’est grossier. Par contre, « tainer », elle s’est demandé, et puis aussi c’était quoi le rapport avec des maisons ? Elle a songé interroger maman, mais ce n’était pas le moment, et puis elle a oublié.

L’endroit serait plus amusant avec des balançoires. Ou une piscine. Oui, ça ce serait vraiment bien. Parce qu’il fait trop chaud. Paraît que c’est normal maintenant, mais ce n’est pas agréable. Et il n’y a rien pour se rafraîchir. Zoé doit attendre qu’on lui apporte à boire. C’est juste de l’eau qu’on leur donne, pas beaucoup et elle n’a pas bon goût, mais Zoé a tellement soif qu’elle ne rouspète pas. Et puis, ça ne sert à rien de rouspéter, maman lui a beaucoup répété depuis qu’elles sont arrivées. Quand sa maman est partie, elle lui a fait promettre d’être bien sage et Zoé a dit « oui ». Alors, elle veut tenir sa promesse, même si ce n’est pas facile.

Elle voudrait bien sortir par exemple, mais il y a des grillages partout et c’est interdit. Le premier jour, un monsieur a essayé et puis, il est tombé sur le sol. Zoé n’a pas bien compris ce qui s’est passé. Un bruit, puis l’homme allongé. Mort. Ça, elle a entendu les autres l’affirmer. Après quand Zoé est revenue au même endroit, le monsieur n’était plus là. Maman lui a expliqué qu’il était parti au ciel. Normal, tous les gens morts, ils vont au ciel. Est-ce que le ciel est plus beau que là où elle est ? Sûrement. Zoé voudrait bien y aller, mais elle ne peut pas parce qu’elle n’est pas morte.

Ils ne sont plus très nombreux dans les containers. L’un après l’autre, ils ont rejoint le gros bâtiment gris. Lui, il est en béton, mais Zoé ne l’aime pas. Il fait peur et elle ne s’en approche pas. Sauf que maman y est allée aussi, alors elle le regarde et elle pense que si elle veut voir maman, elle doit essayer d’y entrer. Mais il y a beaucoup de gens autour, et ils sont encore plus effrayants que le cube sale.

Zoé respire un grand coup. C’est papa qui lui avait montré ce truc, c’est pour se donner du courage qu’il disait. Papa n’est pas venu avec eux, Zoé ne sait pas où il se trouve. Elle a demandé à maman, et maman a pleuré, puis Zoé n’en a plus parlé. Mais elle se rappelle du truc. C’est vrai qu’il marche un peu, même si elle a le cœur qui bat très fort et qu’elle a envie de pleurer. Pour être encore plus courageuse, elle récite dans sa tête :

Tu vas voir maman tu vas voir maman tu vas voir maman

Et elle avance, un pas après l’autre. Elle va droit vers la porte où maman a disparu. Peut-être que les personnes méchantes ne la laisseront pas entrer. Zoé ne sait pas trop si elle ne préférerait pas qu’on l’en empêche. Qu’est-ce qu’il y a derrière la porte ? Maman n’a pas voulu le lui dire, juste qu’elles iraient toutes les deux, mais pas en même temps. Après, elles seraient réunies.

Pourquoi elles ne pouvaient pas y aller ensemble ? Zoé n’a pas compris, mais il paraît que c’est comme ça, que tout le monde a un numéro et que c’est chacun son tour. Est-ce que c’est son tour maintenant ? En tout cas, on la laisse passer et elle arrive près de l’entrée, avant de s’arrêter. Est-ce qu’elle a raison ? Elle hésite.
Dans son dos, elle sent une douleur aiguë. On la pousse en lui donnant des coups avec une sorte de pique, mais Zoé a mal, peur, et ne veut plus pénétrer dans le bâtiment. Elle tombe à terre en  pleurant et refuse d’avancer. On ne lui laisse pas le choix, on lui attrape le poignet et on la tire à l’intérieur. Elle ne peut pas résister, elle est trop petite, pas assez forte. De terreur, elle ferme les yeux très fort et essaie de penser à maman. Maman sera là, plus loin. Maman va la prendre dans ses bras et lui faire plein de bisous.

Puis, on la jette dans une pièce sans lumière et Zoé a encore plus peur.

— Maman ! Maman ! Je suis là ! Tu es où maman ?

Mais personne ne lui répond et Zoé n’ose pas bouger. Elle pourrait se cogner aux murs, elle ne les voit pas, c’est possible.

De la fumée commence à envahir sa cellule, ça la fait tousser. Puis ça diminue et il commence à faire chaud. Ça ne l’étonne pas parce que la chaleur maintenant c’est normal, mais très vite, elle trouve que : non, ce n’est quand même pas normal. Parce que c’est trop. Elle étouffe même, et ça la brûle. La douleur s’accentue, elle sent sa peau qui se boursoufle, qui fait des cloques, et les cloques bientôt percent et lâchent un liquide blanc. Elle sait qu’il est blanc parce qu’elle s’est déjà brûlée sur le fer à repasser. Ici, c’est comme ça, mais en pire. Zoé hurle tandis que ses chairs rôtissent. Elle suffoque et ne parvient plus à respirer. L’inconscience bienvenue la cueille alors qu’elle se met à flamber.

Le feu dure encore un moment avant que la fournaise ne s’apaise. Zoé n’est plus.

Peu après, une silhouette se fraie un chemin dans la fumée, ramasse la petite carcasse. Avec un sourire, elle se tourne vers son compagnon :

— Celle-ci sera délicieuse, cuite à point.

Les deux aliens éclatent d’un rire gourmand.


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"
"Merci de m'avoir donné envie de vomir !" Nao76 sur "Yin et yang"
"Ton texte m'avait fait penser à un film allemand atroce que j'avais vu plus jeune : Nekromantik !" Polo sur "Trafic de cadavres"
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 9655
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 49
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum