Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Dim 8 Avr 2018 - 23:21

Bon, après réflexion, je vais finalement, comme participation à ce concours, vous poster une histoire ancienne que certains ont déjà lue, et qui a elle-même une histoire qui me laisse un peu amer, mais bon, c'est pas non plus terrible.

Je m'explique: cette nouvelle a été acceptée il y rien de moins que 8 ans! pour une anthologie des éditions Argemmios: Le Butin d'Odin, qui devait être consacrée au légendaire nordique et germanique. J'ai même eu un mail d'acceptation "Enthousiaste" (selon ses propres termes) de Nathalie Dau, me disant qu'elle avait beaucoup aimé mon texte. C'était en janvier 2010.
Seulement voila, Argemmios s'est trouvé confronté à bien des soucis, financiers bien sûr, et personnels (Les problèmes de santé de Nathalie Dau) et la maison d'édition a fermé ses portes en 2015, il me semble.

Cependant, l'anthologie, elle, devait toujours paraître: N.Dau ayant déclaré forfait, mais passé les clefs à un autre anthologiste : Mathieu Rivero,  qui me confirme encore en octobre 2014 que l'anthologie devait paraître chez Rivière Blanche. Seulement, elle n'est jamais parue, Philippe Ward n'a pas eu les fichiers complets, et Monsieur Rivero n'a plus répondu à mes mails... On peut considérer que c'est tombé à l'eau, mais l'anthologiste de mes deux n'a pas daigné m'en avertir ... L'a-t-il fait avec les autres auteurs ? Qu'une publication foire, ça arrive régulièrement, mais ne pas prévenir, c'est du manque de respect...

Bon, ceci étant dit, je vous présente ce texte, qui n'est pas tout à fait de la fantasy, mais plutôt une écriture "littéraire" d'une épopée ancienne : Pour cette histoire, je suis parti d'une légende scandinave, celle de Volündr le forgeron dans l'Edda poétique, que vous pourrez lire  ici

A partir de là, j'en ai fait ma version personnelle. La dernière partie, après l'évasion de Volundr avec des ailes qu'il a fabriqué, est de ma pure invention, et sans doute influencée par une source, non pas nordique, mais babylonienne, la fameuse Épopée de Gilgamesh!

L'ensemble fait 38 624 signes espaces compris.





Dernière édition par Paladin le Dim 20 Mai 2018 - 22:41, édité 1 fois


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Blahom le Lun 9 Avr 2018 - 15:22

Je ne suis a priori pas vraiment porté sur la "fantasy" et les récits mythologiques. Autant dire que la perspective de lire une histoire de près de quarante mille signes traitant de Walkyries, nains et autres dieux d'Ásgard ne m'emballait pas des masses... Crying or Very sad  
Or, je suis parvenu à lire l'ensemble quasiment d'un trait. Je connaissais ton talent dans le domaine du fantastique "traditionnel" mais ignorais tes aptitudes dans le domaine de la fantasy. J'ai eu autant de plaisir à lire les aventures de ton héros qu'à découvrir récemment Taram et le chaudron magique des studios Disney.
C'est un texte prenant et fort bien écrit. En le lisant, je pensais aux illustrations d'artistes comme Michael Whelan ou Boris Vallejo (ainsi que Frazetta).
Un fort bon récit que je verrai bien finir très haut (tout en haut ?) du podium...


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1453
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Lun 9 Avr 2018 - 18:44

Merci Blahom, moi-même ne suis pas trop non plus porté sur la fantasy : assez modérément comme lecteur (Les grands classiques comme Tolkien, Howard, ou Clark Ashton Smith, mais pas leurs imitateurs) et peu comme auteur, quoi j'ai aimé en écrire, et que j'ai particulièrement pris plaisir à rédiger cette histoire, que je ne considère pas vraiment comme de la fantasy, mais plutôt comme un récit légendaire.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Perroccina le Lun 9 Avr 2018 - 20:37

Je n'arrive pas à telecharger, le site me fait tourner en rond.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2971
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Lun 9 Avr 2018 - 21:41

Bon, voila :




Spoiler:




Prologue – Nuit

Pourquoi m’avez-vous réveillée, alors que les ténèbres règnent encore ? À la lueur des torches, j’aperçois vos visages graves, qui forment un cercle autour de moi. Je n’en reconnais aucun. Que me voulez-vous ?
Comment ! Vous me demandez de vous raconter l’histoire du Maître Forgeron, du Prince des nains ? Les scaldes ne vous l’ont-ils pas déjà chantée maintes fois ? C’est à eux seuls qu’Odin accorde l’ivresse sacrée. Ils ont le don de transporter l’auditoire par la musique de leurs mots, et de transmettre d’âme à âme les images de leurs récits. Certes, la magie des sagas compte plus que la réalité des faits, mais qu’importe ? Les légendes des dieux et des héros sont plus exemples que discours, comme autant d’étoiles allumées pour guider les hommes dans la nuit. Oui, la nuit où nous nous trouvons est bien obscure, elle aussi…Au-delà de votre cercle, je ne peux rien distinguer.
Mais c’est la véritable histoire que vous souhaitez entendre.
Bien, je vais vous la conter.


1 – Or

Dans un lieu nommé Ulfdalir, la Vallée du Loup, aux limites d’une sombre forêt, vivait un jeune homme...Il n’était pas esclave, mais sa condition n’était guère au dessus du gibier qu’il chassait. Il ne connaissait du monde que sa cabane et les pistes sous les arbres, les traces de l’animal sur l’herbe gelée, et son odeur qu’amenait le vent. Au bout de la traque était la joie sauvage d’enfoncer son épieu dans des entrailles chaudes, en évitant les derniers coups de dents ou de griffes. Il ne s’aventurait pas trop loin dans la forêt, on disait que des trolls y habitaient, bien qu’il n’en ait jamais vu.
L’hiver avait emporté ses parents, comme ses frères et sœurs avant eux. Mais après les longs mois sous le joug des géants de glace, revenait le règne de l’aimable Frey : pour un temps trop court, trois ou quatre lunaisons, la terre redevenait féconde et l’air doux. Que poursuivait donc le jeune chasseur, ce matin là ? Peu importe, très vite il ne s’en préoccupa plus…
Le char de Sòl était encore bas et ses raies perçaient la noirceur des sapins, lorsqu’il vit descendre les trois cygnes, tout près. De tous les oiseaux qui revenaient du Sud, aucun n’était d’une telle blancheur, ni ne portait d’éclats dorés à ses pattes. Aussi, il ne fut pas surpris, en arrivant aux abords d’un lac, d’y trouver trois jeunes femmes aux teints de neige, aux chevelures de soleil. Bien que l’eau fut encore glacée, elles y jouaient en s’éclaboussant, éclataient de rire en frappant la surface avec leurs pieds nus, et les robes légères collaient à leurs corps. L’or brillait à leurs doigts et leurs poignets.
Caché derrière un arbre, il resta à les contempler. Comme dans les histoires que lui avait racontées son père, il aperçut trois manteaux de plumes qui gisaient sur le sol. Il savait ce qu’il devait faire. Du bout de son épieu, il attrapa un des plumages et le dissimula sous ses propres habits. Puis il sortit de sa cachette.
Les rires stoppèrent net et les jeunes filles se précipitèrent sur leurs parures. Tout se  passa si vite ! L’instant d’après deux cygnes blancs montaient vers le ciel, tandis qu’une des demoiselles restait figées sur la rive, ses yeux bleus pleins de colère.
« Tu es bien audacieux, mais ton audace égale ta bêtise ! Rends-moi ce que tu m’as pris !
— Viens avec moi.
— Tu as de la chance que par ces temps de paix je ne porte pas d’arme ! Je ne suis pas une simple femme-cygne des royaumes elfiques ! Je me nomme Hervor-la-Toute-Sage, et je suis valkyrie, une vierge guerrière de la suite d’Odin !
— Je me nomme Völund, et je sais par la tradition que tu seras à moi tant que tu n’auras pas retrouvé tes habits de plumes. »
Il avait raison ! Et Hervor, malgré son attitude hautaine, ne put que le suivre jusqu’à sa cabane.
Et l’amour naquit entre eux.
Déchue de sa virginité elle l’était aussi de l’escorte d’Odin. Elle se demandait pourtant qui de ses sœurs ou d’elle avait la meilleure part. Car le cœur d’une valkyrie n’est destiné à être ravi ni par les hommes, ni par les dieux, pas plus que par les nains ou les géants. Elles sont entièrement consacrées au champ de bataille où elles choisissent ceux tombés l’épée à la main, avant de les servir à la salle du banquet.
L’amitié des héros est-elle plus enviable que la tendresse au quotidien, et la cotte de mailles plus douce au corps que les caresses de l’aimé ? Elle en venait à préférer, tout en rougissant du sacrilège, servir à son époux la mauvaise bière qu’il brassait que de remplir la coupe d’hydromel aux guerriers du Valhalla.
Elle, la fille du ciel, instruisit de sa science le fils de la terre. Parcourant avec lui la forêt, et le faisait s’arrêter en lui disant :
«— Écoute les oiseaux ! Ils voient les choses de bien plus haut que toi ! Apprend à déchiffrer leur trilles et tu comprendras les messages qu’ils passent d’un bout à l’autre des terres, tu seras au courant des dangers avant qu’ils n’adviennent… »
Devant les grands arbres elle disait :
«  —Touche leur troncs, et sent la force qui monte des profondeurs du sol. Tu percevras bientôt Nidavellir, le monde des nains, et le bruit de leurs forges. En collant l’oreille contre l’écorce tu entendras les morts depuis Heleim : ils te diront ce qu’ils ont emportés avec eux dans la tombe, et ce qui est ignoré des vivants.  »
Quand le vent soufflait:
« — Tends l’oreille et écoute la clameur des dieux, le fracas du marteau de Thor, le galop de Sleipnir, le cheval d’Odin et les cliquetis des armes de mes sœurs qui parcourent le ciel
Devant les ruisseaux :
« Ils viennent des montagnes, qui sont les os du géant Ymir, et connaissent les secrets des origines… »
Elle lui apprit les runes, celles que l’on grave sur sa porte pour protéger la maison, celles sur les armes qui donnent la victoire. Celles de guérison, sur les écorces que l’on mélange aux onguents… Et lui, le jeune sauvage, mi-homme mi-bête, apprit grâce à elle à regarder le monde dans la lumière d’Asgard.
Pendant sept hivers, leur bonheur fut sans voile, mais au huitième la tristesse gagna Hervor :
« — Je croyais être devenue une femme, que je porterais nos enfants et que ton amour comblerait ma vie. Mais Frigg n’a pas accordé à notre union d’être féconde, et comme le feu d’un volcan endormi depuis sept ans, j’ai senti la valkyrie resurgir en moi. J’ai voulu la rejeter, mais peut-on endiguer l’eau brûlante quand elle jaillit de sous la glace ? En vérité je suis en exil à Midgard, le royaume des hommes.
 « Même si je ne peux plus chevaucher dans les batailles, j’ai besoin de voler à nouveau entre les mondes, de revoir la beauté d’Asgard…Je vais retrouver ma parure de cygne, on ne peut pas plus retenir une Valkyrie que le soleil ou le vent !  
Avant qu’il ait pu protester elle retira un anneau d’or qu’elle portait au doigt :
« — Prends-le ! Quand je serai partie tu iras voir les nains de Nidavellir : cet anneau te liera à eux, et ils feront de toi un homme riche et puissant en Midgard. Je ne t’oublierai pas. Malheureusement les Nornes, qui tissent les fils de nos vies, ont emmêlés les nôtres pour un temps, mais pas pour toujours ! »
Souvent les hommes, en voulant échapper au destin, ne font que le précipiter. Ainsi Völund craignit tellement que sa femme ne trouve le manteau de plumes caché dans la maison qu’il alla l’enfouir dehors, dans un arbre creux. Hervor, qui connaissait le langage des arbres, n’eut alors aucun mal à le récupérer.
A l’aube d’un triste jour, il ne la trouva plus à ses cotés, sous la peau d’ours. Il sortit en courant, juste à temps pour voir un cygne immaculé prendre son vol. L’oiseau, poussant des cris plaintifs, tourna autour d’un gros rocher. L’anneau d’or se mit à briller, y éclairant une ouverture. Des marches taillées dans le roc s’enfonçaient sous terre.
Le cygne s’éleva et se fondit dans les nuages. Au doigt de Völund, l’anneau était maintenant en argent.


Vous aussi vous connaissez la science des runes ! Vous en avez tracé tout autour de moi. J’entends aussi un chant de magie qui s’élève dans le noir. Vous voulez m’ensorceler ? Avez-vous donc si peu confiance en moi ?


2 – Argent

Qu’avait-il à faire désormais de sa cabane, où Hervor ne l’attendait plus, et du jour qui se levait, puisqu’il serait sans elle ? Tournant le dos au soleil il s’engagea dans l’escalier. Qu’il  descende chez les nains ou chez les morts, peu lui importait et que la terre se referme sur lui ! Rapidement plus aucune lumière ne lui parvint du dehors, mais l’anneau d’argent brillait plus fort qu’une pleine lune, au point qu’il pouvait détailler le boyau qu’il parcourait, et les signes inconnus tracés sur ses parois…Combien de temps marcha-t-il, comme dans un rêve ? Le froid de l’hiver avait fait place à la chaleur, et il dut se défaire de ses fourrures. Torse nu, il déboucha dans une large grotte, barrée d’une muraille.
Devant lui deux grandes portes se dressaient, de bois solide couvert de feuilles d’or, incrustées de gemmes. Sur les bas reliefs, de petits êtres barbus combattaient des dragons et des géants, creusaient des galeries et forgeaient de multiples objets. Des meurtrières s’ouvraient dans le mur et Völund savait qu’il était observé. Les deux battants s’ouvrirent en grinçant. Derrière l’attendaient les nains des bas reliefs : leur tailles était celle d’enfants, leur visages celui de vieillards et leur musculatures celles de puissants guerriers. Teint mat, barbes et cheveux noirs hirsutes, vêtus de peaux de bêtes, ils brandissaient des épées.
«  — Suis-nous ! »
Ils le conduisirent à travers des rues pavées éclairées de grands feux. Depuis l’ombre des maisons de pierre de petites silhouettes le regardaient passer, et partout résonnait le son régulier du marteau sur l’enclume. Dans une sombre salle, un Roi nain était assis. Son trône était d’or, brasillant à la lueur des flammes. Il parla d’une voix grave et sereine.
« — Le bijou que tu portes, rejeton de Midgard, a été forgé ici, pour une fille d’Odin. Il enserrait parfaitement son doigt fin, mais par sa magie il s’est adapté au tien. Cela prouve qu’elle te l’a donné. Si tu l’avais volé ou acheté à son voleur,  jamais tu n’aurais pu le passer. »
Le souverain se leva et tendit une corne de bière à Volünd.
« — Quand les Valkyries nous adressent un homme, c’est pour qu’il apprenne notre art. C’est un bien grand honneur qui fut rarement accordé à ta race. Mais il faut que tu acceptes de vivre un temps à Nidavellir. Sache qu’ici nous fuyons le soleil, le feu de la terre est notre ami. Au lieu du vent des forêts et des mers nous avons le souffle brûlant de la forge. Ton espèce se complait parmi les plantes et les arbres et nous parmi leurs racines.
— Mon soleil se nommait Hervor-la-Toute-Sage. Sans elle je n’ai plus ni air ni lumière, et je suis comme un arbre sans racines…Acceptez-moi parmi vous ! »
Völund s’agenouilla devant le Roi – il le dépassait encore un peu – et, en signe d’allégeance, prit entre ses mains le sceptre en forme de marteau qu’il lui tendait.
« — Relève-toi, apprenti ! » dit le souverain.
Il saisit une torche et lui fit emprunter un nouvel escalier étroit.
« — Nous ne sommes pas les ennemis des dieux. Mais nous ne leurs sommes pas soumis non plus ! Les dieux sont beaux, ils boivent l’hydromel et se livrent aux plaisirs… Nous, nous sommes un peuple libre, notre force est dans notre travail et l’entraide qui nous unit …Les dieux moquent de notre aspect contrefait, mais c’est de nous qu’ils tirent ce qui les rend puissants ! »
Une immense grotte s’ouvrit devant eux, baignée d’une lumière rouge dansante. L’air était rempli de l’odeur du métal chaud et du bruit des martellements. Partout des nains, ne portant qu’un pagne et un tablier de cuir, attisaient les feux avec des soufflets plus grands qu’eux, s’affairaient devant les enclumes et établis. La vapeur jaillissait des cuves d’eau où était plongé l’acier porté au rouge. Assis à l’écart, d’autres enchâssaient des pierres précieuses dans des garnitures d’or.
«  — Ici furent fabriqués la lance d’Odin et le marteau de Thor. Nous fûmes les seuls à pouvoir confectionner un lien pour entraver le loup Fenrir, qui menaçait Asgard même ! Et la plus belle des déesses, Freyja en personne, paya d’une nuit d’amour chacun des quatre nains qui avaient forgé son collier ! Quand tu auras acquis notre métier, tu seras de fait plus puissant que les dieux… même si ne dois jamais leur faire sentir! »
Völund passa de longues années chez les nains. Ils lui enseignèrent leurs techniques métallurgiques et magiques, inconnues des artisans humains. Il apprit à rendre l’épée plus dure que la pierre et la cotte de maille plus solide qu’une plaque d’acier. Il sut filer l’or comme la laine et capturer le scintillement des flammes dans les gemmes, rendre invincible le guerrier qu’il armait et irrésistible la femme qu’il parait. Il fut initié à la création de mystérieux casques d’invisibilité et de boucliers qui frappaient d’effroi l’adversaire.
Élève doué, il était devenu maître forgeron quand il décida de retourner à la surface. À peine s’était-il installé en ville, pour exercer son nouveau métier, que la légende s’étendit : en terre de Suède vivait un forgeron aux pouvoirs fabuleux. Certains le disaient dieu, d’autres nain ou elfe. Du pays des Goths vint le trouver Beowulf, qui obtint de lui son armure, et du Saint Empire les envoyés de Charlemagne, pour qui il forgea Joyeuse, son épée.
Völund était riche, et vivait dans une belle maison qui jouxtait sa forge. Il n’était plus le jeune chasseur des bois, mais un homme déjà mûr, au corps robuste et aux mains agiles, alliant la sagesse d’Asgard à celle de  Nidavellir. Toutes les femmes rêvaient de lui mais il n’oubliait pas Hervor. Au printemps il contemplait les vols de cygnes, et pensait à la cabane d’Ulfdalir, à la peau d’ours qu’il partageait là-bas,  avec sa compagne. Ce fut justement un printemps que le Roi Nithut envahit la ville.
Dans son sommeil le forgeron fut enchaîné, et transporté par les hommes du félon, en charrette, puis en barque, jusqu’à sa citadelle, sur l’île de Saevarstath.
« — Völund, prince des elfes ou des nains, pardonne-moi mon procédé, mais tu auras ici ce que tu désires, les repas les plus fins, la caresse des vierges, en échange je ne demanderai que de mettre ton art à ma disposition !
— Je suis prince chez les nains, tu l’as bien dit ! Et le peuple nain n’est pas un peuple d’esclaves. Il ne travaille que pour ceux qu’il choisit !
— Les Nornes ne demandent à personne dans quel sens elles doivent tisser son destin ! J’ai bien peur que tu sois un Prince déchu …Tu possèdes encore l’art, et les dieux savent que je t’admire ! Mais je possède la puissance des hommes et des chevaux, et tu ne peux rien contre ! »
Nithut détailla la main de son prisonnier et éclata de rire.
« — Toi qui manipules tant de richesses, le seul anneau que tu portes est de fer ! »




Vos runes, c’est avec du sang que vous les avez tracées ? Est-ce celui d’un homme ou d’un animal ? J’espère que vous êtes des magiciens expérimentés! En tout cas vous connaissez le pouvoir occulte du liquide vital… Mais prenez garde aux puissances obscures qu’il peut aussi invoquer !


3 – Fer

J’ai déjà dit que Völund était devenu sage. Il savait que dans sa situation la révolte serait inutile et folle. Mieux valait pour le moment faire ce que Nithut demandait et chercher le moyen de lui échapper. Nithut n’avait rien d’un roi noble : il faisait plier par les armes ceux qu’il n’avait pu corrompre par les richesses. Ainsi s’étendaient ses conquêtes et sa puissance. Il avait deux fils qui lui servaient de lieutenants et une fille très belle du nom de Bothvild. Elle était pour lui la prunelle de ses yeux. Elle souhaitait s’initier aux arts de la guerre, mais son père avait d’autres projets pour elle : il la marierait à celui qui serait son meilleur allié dans sa soif de pouvoir. Parmi les merveilles forgées par Völund, il choisit la meilleure épée, distribua les autres à ses fils et couvrit Bothvild avec les bijoux.
Völund était retenu dans la citadelle : depuis les murs du château il apercevait le continent, non loin, mais il ne pouvait l’atteindre à la nage, et ses amis les nains ne pouvaient lui venir en aide sur son île. Il avait une forge à sa disposition et tout ce qui lui était nécessaire. Sans relâche il fabriquait des armes pour celui qui le gardait prisonnier, mais sans user de ses secrets magiques. On ne voyait guère s’émousser le fil des lames, ni s’ébrécher l’acier. Légères comme des bâtons, elles brisaient les boucliers sous leurs chocs. Mais en elles aucune inscription runique, aucun chant de pouvoir n’avait été murmuré au moment de la fusion du métal. Aucune racine ni pierre aux vertus mystérieuses n’étaient inclues dans leurs manches. Ce n’était que l’œuvre d’un habile artisan. Pour Bothvild il créa colliers et ceintures et même une reproduction de son anneau, mais comme au moment où Hervor le lui avait offert, il le fit en or très pur. Pour lui néanmoins, la copie plus précieuse ne le serait jamais autant que l’original. Même si celui-ci était désormais de fer vulgaire, c’était toujours celui qu’avait porté la bien-aimée.
Hors Nithut se trouvait en difficulté dans sa tentative de conquête d’une province. Son avancée était stoppée et malgré la qualité de leurs armes, ses soldats ne pouvaient vaincre la résistance farouche des habitants qui refusaient l’oppresseur. Il vint voir son prisonnier.
On dit que les nains savent façonner des épées qui se meuvent toutes seules quand on les brandit dans la bataille, et qu’elles sont plus habiles au combat que le meilleur des guerriers. Je veux que tu en fabriques trois pour commencer : pour moi et mes deux fils. Je constaterai alors leur efficacité, et j’aviserai de qui dans mon armée j’en équiperai. Je ne veux pas non plus finir assassiné par un officier que des armes magiques auraient rendu trop puissant.
— Je reconnais là ta vaillance, Nithut ! Les nains détestent fabriquer ces choses là, et en général refusent de le faire. Cela va à l’encontre de tout code d’honneur et donne la victoire au lâche. C’est la fin de l’héroïsme et du courage, c’est la victoire de la ruse sur la valeur, de Loki sur Odin !
— Pour l’instant, tu as tout ce que tu veux sauf la liberté, mais je peux te faire torturer   jusqu’à ce que tu cèdes, ce serait l’occasion de montrer ta propre vaillance ! »
Völund travailla trois nuits, interrompant son travail à certaines heures pour se livrer à des rituels sinistres, invoquer des noms qu’il n’aurait jamais voulu prononcer, et graver des signes qu’il aurait préféré ne jamais tracer. Lorsque le Roi et ses deux fils se présentèrent, les trois épées attendaient sur son établi. Elles étaient presque prêtes.
« Voilà, dit Völund, il ne manque plus qu’une chose : elles doivent recevoir du sang humain, un tout petit peu pour commencer. Elles y prendront alors goût et iront en chercher toutes seules : les fiers guerriers que vous êtes n’auront qu’à les tenir et les laisser vous conduire à la victoire. Mais la victoire est bien illusoire quand le sang appelle le sang.
— Il faut donc leur donner un peu de sang ? Répondit Nithut en ricanant. Allez mes fils, donnons à boire à nos lames runiques ! »

Les trois épées s’abattirent sur les jambes du forgeron et tranchèrent ses tendons. Völund gisait sur le sol en hurlant, incapable de se remettre debout.
« — Cela aussi je le regrette, mais nous partons au combat et je ne pouvais te laisser libre de t’enfuir en profitant de mon absence…Même sur cette île, trop proche de la rive, tu pourrais par ruse ou par magie me fausser compagnie, et j’ai trop besoin de toi ! Que les dieux t’aient en leur garde, prince des nains ! Nous nous reverrons bientôt… J’espère que tu auras alors retrouvé partiellement la capacité de marcher !
La douleur terrassa Völund  pendant deux jours.  D’abord il se confectionna des bandages en déchirant ses vêtements, puis réussit à s’appliquer ses onguents et des runes de guérison. Bientôt il put faire quelques pas, grimaçant à chacun d’eux, en s’appuyant sur des bâtons. La souffrance s’estompait quand il laissait ses jambes au repos, mais il ne pouvait presque pas se déplacer.
Bothvild vint le voir.
« — On raconte que tu as été l’époux d’une valkyrie, mais sans doute ce ne sont là que légendes…
— Non, sur Odin je te jure, Hervor-la-Toute-Sage a été sept ans ma compagne.
— Alors, si cela est vrai, peut être pourras- tu me comprendre : mon père et mes frères sont partis  à la guerre. Moi, on me réserve pour le mariage. Mais mon désir n’est pas là ! Je me sens une âme de guerrière, j’ai appris le maniement de l’épée à pied, et tout en lançant mon cheval au galop. J’aimerais que tu me fasses un équipement de combat, avec lequel j’aurais fière allure. J’irai alors prouver ma valeur sur les champs de batailles et mon père devra revenir sur sa décision .
— Je peux t’offrir bien mieux !  Amène-moi des plumes de cygnes ou d’oies, car ces deux oiseaux sont liés aux dieux d’Asgard. Et je te confectionnerai une parure semblable à celle des Valkyries, qui sèmera la terreur chez tes ennemis.
— Des plumes d’oies, les cuisiniers de mon père m’en fourniront. Je te couvrirai de cadeaux si tu m’aides.
— Nous discuterons alors du prix… »
Dés le lendemain la jeune guerrière lui amena un ballot de plumes blanches.

«  —Sais-tu ce que les nains ont demandé à Freyja pour payer son collier ? Je suis lié au peuple nain et tu es aussi belle que Freyja…
Et Bothvild céda à Völund, par intérêt mais aussi parce que le forgeron l’avait séduite avec son mélange de force et de sagesse. Sans doute se disait-elle en outre que sa virginité perdue, son père pourrait moins facilement la marier. Il pouvait par contre décider de la tuer, de l’enfermer ou de la bannir…Elle en acceptait le risque. En vérité elle était la plus courageuse de sa famille.
Völund travailla trois nouvelles nuits, pour réaliser la plus surprenante de ses œuvres. Pour cela il dut utiliser des ingrédients que seul un nain ou un initié à leur art peut réunir : le souffle des elfes, le reflet des étoiles, le chant des arbres…Peut être ne s’agissait-il là que de symboles, peut- être tout résidait-il dans des mots de puissance ou dans un mécanisme inconnu des hommes. Alors que se levait le troisième jour, il passa autour de son corps le harnais qui retenait deux grandes ailes blanches. Les ailes battirent alors, arrachant de la terre celui qu’on avait rendu infirme pour empêcher la fuite. Après des jours de nuages le soleil rayonnait ce matin-là, et le maître forgeron s’éleva vers lui, avec un rire de triomphe. Il eut un instant de remords en voyant en bas Bothvild qui hurlait son désespoir, puis il prit la direction des terres.
De l’Ouest, une armée progressait lentement. À sa tête, le roi Nithut menait son cheval et ne semblait rien voir. Il ne parut même pas surpris quand il vit Völund le survoler. Derrière le roi, deux chevaux portaient les civières où gisaient les corps de ses deux fils, les entrailles ouvertes.
« — Völund! Je suis trop abattu pour chercher seulement à te tuer, et je n’ai plus l’espoir d’en être capable. Tu es donc lié aux pires sortilèges de Loki et des elfes noirs. Je ne te demanderai même pas comment tu peux voler, tel un oiseau de malheur…Dis moi juste pourquoi tes épées magiques nous ont fait nous entretuer, mes fils et moi…Je m’en suis tiré avec de nombreuses blessures, et sans doute parce que j’étais le plus fort,  j’ai survécu ! Mais sans que nous puissions les arrêter, elles nous ont jetés les uns sur les autres, et mes fils… »
La phrase mourut dans sa gorge.
Il avait arrêté sa monture. Le monarque autrefois si orgueilleux se tenait coi, la barbe hirsute, sa tenue de guerre crottée.  
— Je te répondrais, dit Völund, si tu jures de ne pas te venger sur mon enfant ni sur sa mère
— J’ignorais que tu avais un enfant et je ne connais pas sa mère…Ils m’importent peu et je ne tenterai rien contre eux, sur les cadavres de mes fils je le jure !
— Ceci est de ta faute, Nithut, et je t’avais prévenu ! Tu n’aurais surtout pas dû donner de mon sang aux épées, car le sang de celui que tu as asservi et mutilé a rendu leurs lames avides du tien ! Et la soif de sang de l’épée a été celle de la vengeance… »
Il descendit encore un peu vers le malheureux Roi.
— Il te reste ta fille, mais elle n’est pas intacte non plus… Oh, rassure-toi, elle se porte bien ! Elle a saigné, mais ce n’était qu’un petit peu… si elle ne saigne pas les mois qui viennent, réjouis-toi, car c’est que ta descendance sera mêlée à celle de Völund le Maître-Forgeron, Prince des Nains ! Et n’oublie pas ta promesse de ne toucher ni à l’enfant ni à sa mère ! »
Savourant la cruauté de sa vengeance, Völund reprit de la hauteur et disparut aux yeux de tous…

Il avait déjà quitté Midgard une fois, vers le bas, pour se rendre à Nidavellir. Et voila qu’il le quittait une fois de plus, par le haut. La terre des hommes était bien loin au dessous. Il évoluait dans un vide éclatant, lorsqu’il s’aperçut que sa bague était redevenue d’argent et que des rayons dorés s’en échappaient d’un coté. Il prit alors la direction de ces rayons : la lumière augmentait lorsqu’il qu’il allait dans ce sens, mais diminuait s’il s’en éloignait. Lui qui connaissait le pouvoir des bijoux des nains, il comprit ce qui se passait.
L’anneau retournait à sa première propriétaire. Bientôt il se mit à flamber de mille feux.


Vos torches sont maintenant fichées au sol, m’entourant d’un cercle de feu. C’est vrai, je possède encore une grande puissance, mais je n’ai pas l’intention de m’en servir contre vous !



4 – Feu

Völund n’eut aucun mal à reconnaître ce qui se dressait devant lui, en plein milieu du ciel. Tous les peuples du Nord jusqu’à la grande Germanie en avaient entendu parler. Il s’agissait d’un immense frêne, au tronc plus large qu’une montagne. On ne pouvait en voir ni la base qui plongeait très bas sous les nuages, ni le sommet, qui montait à des hauteurs vertigineuses. Ses  branches semblaient chacune contenir des royaumes entiers.
C’était Ydgrasil, l’axe des mondes. Une de ses racines rejoignait les pays des dieux, une autre celui des géants, une troisième le royaume des morts. Entre elles, les trois Nornes tissaient le destin. Odin s’y pendit neuf jours et neufs nuits, transpercé par sa lance, afin de recevoir la connaissance.
L’anneau tirait Völund en avant, vers une des gigantesques branches d’Ydgrasil. Il se retrouva bientôt au dessus d’une verte plaine, qui ne ressemblait en rien aux paysages qu’il connaissait : le climat avait l’air tempéré, des arbres fruitiers y poussaient, quelques vaches et un troupeau de porc s’y égayaient. Une maison de pierre taillée se dressait au centre.
Ses ailes ne fonctionnaient plus correctement, les plumes s’en détachaient ; peut-être leur en avait-il trop demandé. Il réussit à se poser, assez violemment, non loin de la maison. Une femme en sortit. Refaisait-il ce rêve qui le poursuivait depuis tant d’années ? Hervor se précipita vers lui. Elle n’avait pas changé d’un trait, depuis ce matin de printemps dans la forêt, et semblait n’avoir pas connu plus de vingt étés.
Que dire de leurs retrouvailles ?  
Il avait gardé secrètement une foi absurde: l’idée qu’un jour, il rejoindrait sa femme. Contre toute raison,  la conviction en était restée dans son cœur.  Et aujourd’hui qu’Hervor se tenait devant lui, il aurait eu tant à lui dire, mais aucun mot ne venait. Ce fut elle qui parla :  
« — Je ne pouvais plus vivre chez toi mais je ne t’ai jamais perdu de vue, lui dit-elle. Tu te souviens de ce que je t’avais appris ? Quand tu étais chez les nains, je me penchais sur les arbres et je sentais ta présence dans le monde d’en bas. Quand tu étais en ville, tous les jours les oiseaux qui survolaient ta forge me ramenaient des tes nouvelles. Et quand tu étais prisonnier à Saevarstath, tes plaintes m’arrivaient par le vent de la mer. »
L’anneau était de nouveau d’or massif. Il le lui tendit :
« — Ce bijou que tu m’as donné en me quittant m’a permis d’acquérir la richesse et le savoir faire, et m’a ramené vers toi. Je te le rends, maintenant que je t’ai retrouvée. Cependant, le jour où je t’ai rencontrée, même si tu avais bien plus vécu que moi, nous avions le même aspect. Aujourd’hui j’ai l’air d’être ton père !
— Ne t’en fais pas. Demain j’irai voir Idun, celle qui garde les pommes de l’éternelle jeunesse, afin que comme nous tu en profites. »
Seulement,  Idun refusa que ce mortel y goûte. Les Nornes s’y opposaient, et ni humain ni valkyrie ni dieu ne peut contester les arrêts des Nornes, Odin lui-même y est soumis. Hervor dut accepter donc que son époux vieillisse. Elle l’installa chez elle et soigna ses blessures : bientôt il remarcha, malgré un léger boitement. Une nouvelle période de bonheur commença. Dans la Dans la jeunesse de Völund ils ne partageaient qu’une paillasse couverte d’une peau d’ours. Désormais, de plumes et de soie était leur lit, avec des montants de bois sculptés aux motifs de dragons et de cygnes. Des rideaux de velours tombaient du baldaquin.
Les hivers dans leur refuge étaient doux et ils allumaient de grands feux dans la cheminée, où ils faisaient rôtir poissons et viandes, buvant le cidre et la bière. L’été c’était par plaisir que Völund chassait dans le pays d’Ydgrasil, riche en gibier. Il y avait aussi une forge dans la maison des époux, et c’était par plaisir encore qu’il fabriquait des armes et des bijoux que demandaient les dieux eux-mêmes. La vie était facile et l’amour leur faisait oublier que le temps toujours fuit.
Car Völund vieillissait. Dans l’or roux de ses cheveux, l’argent gagnait de plus en plus de terrain et son visage se plissait comme l’écorce. La claudication qu’il avait gardée de sa mutilation s’accentuait, il était moins hardi à la chasse.
Un matin, bien avant l’aube, le corps toujours aussi souple d’Hervor frémit contre celui ridé de son mari. Elle avait rêvé de soleil voilé, d’oiseaux noirs qui tombaient du ciel et de se retrouver seule dans la nuit. Les rêves d’une valkyrie ne sont pas ceux des humains. Elles comprennent avec une lucidité implacable les messages nocturnes. Au lever du soleil, elle annonça à Völund qu’elle devait partir plusieurs jours, prétextant avoir à traiter avec les nains. En réalité elle ne prit pas la direction de Nidavellir, elle allait bien plus bas.

Elle lança son cheval jusqu’aux fondations d’Ydgrasil, passant à proximité de la fontaine de Mimir dont l’eau donne la sagesse, et celle d’Urdar, où trônent les Nornes, pour suivre la racine qui mène à Helheim. Elle galopa longtemps sur un chemin qui descendait sans cesse, plongé dans la nuit. La seule lumière venait de son anneau. Si celui-ci, lorsqu’il était d’argent, avait éclairé Völund d’une lueur lunaire, il produisait maintenant un rayonnement doré autour d’elle. Elle put ainsi s’apercevoir qu’elle traversait quelquefois des ravins désolés, d’autres fois de grands arbres noirs se dressaient de chaque côté d’un étroit sentier. Elle passa dans une vallée au milieu de montagnes d’ossements où se mêlaient carcasses humaines, crânes de géants et squelettes de nains, longea de grands lacs aux eaux ténébreuses et agitées par les ondulations de serpents et dragons plus anciens que les dieux. Par deux fois elle crut entrevoir des choses pires encore, avant de rentrer dans un brouillard baigné d’une lumière pâle.
De là s’étend le pont d’or qui conduit aux portes de Helheim.  À la tête du pont se tenait une silhouette couverte de longs voiles noirs, un bouclier et une lance dans ses mains. Le vent froid découvrait régulièrement par endroits son visage ou son corps parfaits.
« — Rares sont les vivants qui arrivent jusqu’ici, dit la gardienne. Plus rares encore ceux qui viennent d’Asgard. Odin est venu, Hermod est venu. Même eux n’ont pas pu arracher à Hel ses proies, pas plus que ce scalde du Sud qui voulu ramener sa femme, autrefois ! Toi qui conduisais les morts au Valhalla, es-tu venue en rechercher un ici ?
— Non, Modgud. Je veux juste empêcher celui que j’aime d’y descendre, si c’est possible. »
La bourrasque souleva encore le voile de Modgud, révélant son visage immensément triste.
« — Va, ma sœur, va jusqu’au bout de ta quête… »
De l’autre coté se dressaient les limites de Helheim, formidables murailles de pierre noires flanquées de tours, mais personne n’était visible sur le chemin de ronde ou les meurtrières. Des présences tourbillonnèrent dans la brume, murmurant à l’oreille d’Hervor. « Donne-nous du sang, un peu de vie pour nous incarner un instant encore, et nous t’aiderons… » Mais la lumière de l’anneau les maintint à distance.
Presque invisible dans le brouillard, un cygne blanc s’envola, franchit les murailles et dans la cité des morts reprit sa forme féminine. Hervor avança dans de vastes couloirs vides et sombres, envahis de mousse verdâtre et noire. Des portes s’ouvraient sur la nuit, et par moment des figures pâles s’en détachaient.
« — Valkyrie, emmène-moi au Valhalla ! »
Elle ignora le fantôme à la poitrine ouverte…Elle savait bien que certains se mutilent sur lit de mort, espérant faire croire qu’ils sont tombés au combat… À un embranchement, son anneau brilla plus fort et elle suivit la direction indiquée. Une des chambres était éclairée ! Elle y entra.
Certes, celui qui se tenait là n’irradiait plus autant que de son vivant. Sa lumière était diaphane, mais encore dorée et tellement agréable dans cet univers nocturne. Assis sur une banquette ornée de coussins cramoisis, au milieu d’un mobilier de bois précieux et d’or, il frappait toujours par sa grande beauté, avec son épaisse chevelure blonde et sa barbe fournie. Mais sa grâce paraissait mélancolique, son visage amaigri. La femme à ses cotés gardait l’aspect d’une jeune fille ravissante, même si sa pâleur avait quelque chose de maladif. Hervor s’inclina.
« — Salut à toi, Balder ! Même ici tu restes le plus beau des dieux et le plus aimé ! Salut à toi Nanna, son épouse !
— Assieds-toi, Hervor, répondit Balder. Nous savons pourquoi tu es venue jusqu’ici. Hélas, Völund est attendu dans deux semaines du monde des hommes. Les nains du Helheim se préparent à recevoir leur Prince, à qui ils réservent une place d’honneur. »
La Valkyrie baissa la tête, accablée.
« — On dit que la place la plus humble au soleil est préférable à une place d’honneur au Helheim ! Je ne peux accepter cet arrêt.
— On ne peut aller contre les décrets qui gouvernent les mondes, Hervor, et dont nul ne nul ne connait la mystérieuse origine. Les dieux ont organisé l’univers à partir du cadavre  démembré du géant Ymir, la mort y était ainsi présente au départ ! Eux-mêmes sont mortels : moi qui étais le dieu jeune, le plus insouciant de tous, j’ai dû descendre ici. La plupart des habitants d’Asgard périront un jour, comme la prophétie du Ragnarök l’annonce. Le loup Fenrir ne sera pas éternellement enchaîné et un jour dévorera Odin. Thor mourra en combattant le serpent qui entoure Midgard. Les vies et les morts s’entremêlent dans la tapisserie du Destin, et chaque fil est solidaire de l’ensemble.
— Je demanderai audience à Hel. Völund m’a arrachée à la troupe de mes sœurs mais je reste fille d’Odin, ce qui donne certains privilèges ! Et peut-être pourrais-je emmener mon époux au Walhalla…
— Völund ne peut aller au Walhalla. Seuls les morts à la guerre le peuvent. Et souviens-toi de tout ce qui a été fait pour éviter ma mort, lorsqu’elle fut annoncée comme imminente : Frigg avait fait jurer à toutes choses de ne jamais me nuire. Mais seul un arbuste insignifiant fut négligé, et c’est de lui que fut taillée la lance qui me transperça. Souviens-toi aussi de la tentative de me faire revenir à la vie : Hel avait accordé que si toutes choses me pleuraient, elle me relâcherait. Mais Loki fit échouer cette dernière possibilité. Crois-tu que ce que les dieux n’ont pu faire pour un des leurs, tu le pourras pour un homme ?
— Il n’y a donc aucun moyen…Je suis venue ici en vain ! »
Balder la raccompagna à la porte.
« — Je ne peux que te donner ma bénédiction. Tu es Hervor-la-Toute-Sage. Il te reste à trouver la sagesse dernière, celle de dire oui au Destin, et de là, la paix. »
Nanna prit la parole elle aussi, en tenant la main de son époux :
« — Pense à notre couple. Balder était un dieu, j’étais une humaine. Mais ni Asgard, ni Midgard, ni Helheim n’ont pu nous séparer… »
Hervor quitta le royaume des ombres, écartant d’elle les esprits qui tentaient de boire ses larmes, pour absorber encore un peu de vie. Modgud la regarda passer sans rien dire, mais le voile sur ses yeux se mouilla.
Völund s’éteignit, après lui avoir dit :
« — Je t’ai arrachée à ta condition de valkyrie pour que tu deviennes une femme. Mais la valkyrie a pris le dessus, et tu as dû me quitter. Je t’ai retrouvée, et aujourd’hui c’est moi qui dois partir à cause de ma condition d’homme. Mais je ne regrette rien de ma vie, pour toutes les années que j’ai passées près de toi… »

Elle ramena son corps dans la ville où il avait exercé son métier. La nouvelle de sa mort s’était répandue et les habitants dressèrent un grand bucher funéraire. Près de la dépouille les nains virent poser son marteau. Des guerriers y mirent des armes qu’il avait forgées. Une femme, l’épée au côté, encore très belle dans sa maturité, s’approcha, accompagnée d’un jeune guerrier. Elle y déposa un bijou.
«  —Il m’a séduite et trahie, et pourtant je ne peux lui en vouloir…
— Bothvild, la faute en revenait à ton père, dit Hervor. À celui que l’on plonge dans le désespoir, et il est légitime d’en sortir par tous les moyens possibles ! Tu es devenue ce que tu voulais, une combattante. Et le fils que tu as eu de Völund sera un grand héros ! »
La valkyrie passa une dernière fois sa bague en or au doigt de son époux en murmurant ce que lui avait dit Nanna :
« — Ni Asgard, ni Midgard, ni Helheim ne pourront nous séparer… »
Elle alluma le bûcher.
Lorsque les flammes atteignirent le corps, on vit un cygne d’un blanc presque lumineux s’élever, tournant autour de la colonne de fumée. Il resserra ses cercles, puis brusquement, se laissa tomber en piqué et disparut dans le brasier.


Épilogue – Nuit

Voilà. Je vous ai conté la véritable histoire de Völund le forgeron. Je la connais par ce que j’ai vécu, et par ce qu’il m’a confié, toutes ces années où il a partagé ma vie. Moi, Hervor-la-Toute-Sage, la valkyrie, qui fut sa compagne, moi qui suis aujourd’hui Hervor la morte.

Par votre magie, vous m’avez un instant tiré du royaume de Hel. Mais les ténèbres qui règnent sur votre monde en ces heures sont froides comme une couche solitaire. Maintenant que j’ai satisfait à votre curiosité, laissez-moi replonger dans la nuit bienheureuse, où je suis pour toujours unie à lui…


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Perroccina le Mar 10 Avr 2018 - 19:53

Merci Paladin, c'est copié. Je suis impatiente de lire ça, sans doute demain si la journée ressemble à celle d'aujourd'hui.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2971
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par mémoiredutemps le Ven 13 Avr 2018 - 22:32

Texte très agréable à lire, bien construit, long mais on ne s’ennuie pas (bien que la fantasy, je n’apprécie que peu… un marteau sans faucille, est-ce sérieux ?), personnages bien campés (mais j’attendais une entrée féminine dans le bûcher avec au moins des œufs de cygnes).
Tout n’est pas parfait, il y a, hélas pas mal de fautes
Hors sujet 1:
(mon combat éternel pour que le prochain tournoi Nouveau Monde évite des textes à la rédaction imparfaite, les sélectionnés pourront corriger leur texte cette année).
♥️ ♥️ ♥️:
Deux excellents moments : le vol du nain (au fait, pourquoi les nains en fantasy sont pas si petits que ça ?) et l’épée qui venge ceux qui ont maltraité le forgeron qui l’a façonnée.

Hors-sujet 2:
Si vous aimez la Fantasy – et même si vous aimez moyennement -, "les maîtres de pierre" de Nathalie Vignal – ma bêta-lectrice favorite -paru chez L’Ivre-book en mars, vous y découvrirez un langage travaillé dans le sens de l’ambiance qui convient si bien… qu’on retrouve aussi un peu dans "Le lai du forgeron"
Conclusion : pas mal pour un texte de fantasy.


Auteure de "La Verge Noire" chez ÉLP Éditeur http://www.elpediteur.com/auteurs/memtemps/2015_vergenoire.html
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon).
Administratrice du forum de bêta-lecture http://imperialdreamer.forumsline.com/
avatar
mémoiredutemps
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 139
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire

https://www.facebook.com/Memoria-Temporis-La-Verge-Noire-6290503

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Sam 14 Avr 2018 - 11:29

Merci mémoiredutemps !

Et oui, les fautes, je sais, ça a toujours été mon problème en écriture !

Dans la légende originelle, la vengeance de Volünd envers le roi qui l'a fait prisonnier est encore plus cruelle : il décapite ses fils, et fait des bijoux avec leur crânes, leurs yeux et leurs dents, et en fait cadeau à leur mère et leur sœur. Par contre " le vol du nain", je ne vois pas de quel vol tu parles.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par mémoiredutemps le Sam 14 Avr 2018 - 12:14

ici:
"Alors que se levait le troisième jour, il passa autour de son corps le harnais qui retenait deux grandes ailes blanches. Les ailes battirent alors, arrachant de la terre celui qu’on avait rendu infirme pour empêcher la fuite..." il s'agit pas de chouraver quelque chose, mais de s'envoler Smile


Auteure de "La Verge Noire" chez ÉLP Éditeur http://www.elpediteur.com/auteurs/memtemps/2015_vergenoire.html
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon).
Administratrice du forum de bêta-lecture http://imperialdreamer.forumsline.com/
avatar
mémoiredutemps
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 139
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire

https://www.facebook.com/Memoria-Temporis-La-Verge-Noire-6290503

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Sam 14 Avr 2018 - 13:41

D'accord, mais il ne s'agit pas d'un nain ! Volünd est un homme, qui a appris les arts des nains.


Dernière édition par Paladin le Sam 14 Avr 2018 - 16:03, édité 1 fois


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par mémoiredutemps le Sam 14 Avr 2018 - 13:57

Oups !:
J'aurais pas dû la lire en 2 fois séparées par 4 jours   mais j'étais fatiguée par les 24 heures de la nouvelle quand j'ai commencé, j'ai un peu de mal avec la fantasy quand y a des nains pas atteints de nanismes, des elfes qui parlent pas comme nous mais nous comprennent et sont pas si petits que ça, les hommes qu'ont des pouvoirs magiques, les mages, les lutins, les hobbits , j'ai des excuses  :ange:


Auteure de "La Verge Noire" chez ÉLP Éditeur http://www.elpediteur.com/auteurs/memtemps/2015_vergenoire.html
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon).
Administratrice du forum de bêta-lecture http://imperialdreamer.forumsline.com/
avatar
mémoiredutemps
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 139
Date d'inscription : 20/09/2012
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire

https://www.facebook.com/Memoria-Temporis-La-Verge-Noire-6290503

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Perroccina le Sam 21 Avr 2018 - 21:23

Il me semble que j'avais déjà lu ce texte. En tout cas je l'ai bien apprécié. Je posterai le commentaire dans la semaine.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2971
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par FRançoise GRDR le Sam 21 Avr 2018 - 22:09

Lu et je me suis laissée embarquée aux côtés de tes personnages
Spoiler:
en tiquant un peu lorsque Völund vole le manteau de plumes d'Hervor, une walkyrie, ce qui rend celle-ci prisonnière du monde des humains. J'aurais préféré que ce soit elle qui décide de son sort (oui bien sûr c'est une légende...). Par exemple qu'elle soit curieuse de connaître ce jeune homme qui la contemple lorsqu'elle sort de l'eau d'un lac. Là, elle ne peut que le suivre car sans ses plumes, elle est obligée de devenir sa femme. Gloups ! Heureusement tout va bien, elle finit par l'aimer ^^
J'avoue que au 3/4 j'ai décroché car je n'ai pas bien compris la quête d'Hervor voulant reposer auprès de son mari retrouvé (entre temps elle repart chez elle; lui vieillit et pas elle) alors que c'est impossible.
On sent que tu maîtrises le genre, bien que je ne sois pas spécialiste. Les décors sont soigneusement décrits, ainsi que le ressenti de chacun. Mais dans l'ensemble, je me suis un peu ennuyée -_-


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 7986
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 62
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Paladin le Sam 21 Avr 2018 - 22:50

Merci Françoise !

Je comprends tes réticences de femme du XXIeme siècle, mais il s'agit d'une légende, en effet, et d'une époque lointaine, on ne peut en juger des contenus selon nos critères modernes, comme le libre-choix de la femme ( Attention, je suis à 100% pour, mais il y a un contexte historique, et de plus, ce passage est fidèle à la légende originelle, sinon, que, dans celle-ci, Volünd est accompagné de ses deux frères et chacun prend une des walkyries comme épouse ). C'est un peu comme de ne pas vouloir raconter "La Belle au Bois Dormant" parce que le baiser n'est pas consenti.

Ce thème de la femme-cygne qui doit suivre l'homme qui lui a pris sa parure se retrouve aussi en Ecosse, où là, ce sont des femmes-phoques... Certes, c'est moins joli !


Spoiler:

J'avoue que au 3/4 j'ai décroché car je n'ai pas bien compris la quête d'Hervor voulant reposer auprès de son mari retrouvé (entre temps elle repart chez elle; lui vieillit et pas elle) alors que c'est impossible

Elle ne pouvait pas rester à vivre comme une humaine, mais quand elle retrouve son mari,  ne veut pas séparée : lui vieillit puisqu'il est humain, pas elle puisqu'elle est une walkyrie. Elle tente de le soustraire à la mort, mais comme c'est impossible, elle choisi de le rejoindre dans la mort.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10280
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Perroccina le Jeu 26 Avr 2018 - 22:18

Pour ma part j'apprécie bien la fantasy, donc sur ce texte, le public que suis était déjà à demi conquis.
Le style des contes est bien reproduit ce qui soutient parfaitement le récit. En revanche je ne suis pas certaine que les coupures du narrateur dans le récit y apporte vraiment quelque chose. Je ne comprends pas bien l'intêret d'évoquer un esprit pour simplement lui faire compter une histoire.
C'est une très bonne reprise de cette légende, même si j'ai vaguement l'impression que ce n'est pas la première fois que je lis cette histoire.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2971
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Lai du Forgeron (Fantasy : 38 624 sec)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum