Dimension Révolte des Machines

Aller en bas

Dimension Révolte des Machines

Message par Tak le Jeu 8 Fév 2018 - 9:17

Un cadeau tombé des cieux, doublé d'une jolie dédicace.
A la base je n'attendais pas grand-chose de ce recueil, pas en rapport avec son éventuelle qualité, mais surtout dû au fait qu'il ne figurait pas sur ma liste d'achat. Mais puisqu'on me l'a gracieusement offert, ça a été une double bonne surprise.

Les auteurs ici présents ont tous une plume solide et un regard bien personnel sur le thème.
Cela étant dit, on peut diviser ces textes en deux catégories : ceux dont le postulat de base ou annoncé embrasse complètement le thème, sans dévier beaucoup de celui-ci. Et puis il y a ceux dont l'approche est plus insidieuse, passant par des chemins de traverses pour rejoindre le thème sans y aller frontalement. Ma préférence est donc allée vers ceux-ci pour la majeure partie, car les auteurs ayant choisi de traiter la question de cette façon ont tous su trouver une idée, un ton particulier ou des effets de plume surprenants déjouant les attentes.
Je pourrais citer, par exemple, le très sympathique Regurgitation de Patrick S. Vast, cristallisant toutes les angoisses et appréhensions liées aux machines à travers un petit objet de prime abord anodin. J'ai adoré également Des Amis Fidèles de Jean-Pierre Andrevon, débutant de l'infiniment petit pour nous amener progressivement à hauteur d'homme, en nous montrant au passage tous les rouages de la machinerie d'asservissement robotique, à travers des portraits humains peu flatteurs. Très bon texte ! Sans Âme de JB Leblanc, lui, choisit plutôt d'une idée de base délirante, de bifurquer peu à peu vers une voie post-apo plus balisée, mais en nous montrant au passage (et avec une étonnante concision) toutes les étapes de cette dégringolade de la civilisation. Plus classique dans l'approche, mais éminemment efficace.
L'Amour de l'Autre de Jean-Louis Trudel et Instinct Maternel de Sophie Dabat, nous offrent leur vision de la question sous les traits de machines à l'instinct maternel exacerbé, qui à force de vouloir nous protéger de nous-même, finissent par tomber dans l'excès inverse. Deux points de vue différents (l'un véritablement glaçant voire dérangeant, l'autre plus corrosif dans son humour noir) mais tout à fait complémentaires. Avec Résurgence de Léo Lallot, on prend le parti-pris de revisiter nos lointains ancêtres et leurs proches cousins pour mieux raconter la prise de conscience des machines, dans un cadre SF original et plutôt bien amené. Illumination de Barnett Chevin rend un délicieux hommage à Blade Runner et aux zones claires-obscures séparant l'homme de son pendant robotique. Mais au final, qui est le plus dérangé, qui est le plus "humain" ?
Je ne me bornerais pas à énumérer les qualités de chacun de 20 textes proposés ici, mais tous ont leur petite note d'intention, ou un univers particulier proposant quelque chose de stimulant sur un thème à priori vu et revu des centaines de fois. Je me contenterais de terminer ce petit passage en revue en évoquant simplement mes coups-de-cœur de l'anthologie : L'amour de l'Autre, déjà cité (mais qui continue à me laisser une impression forte), Trabant Mater de Bruno Pochesci, qui sous le couvert d'un "bug" informatique d'ampleur mondiale, en profite pour nous dresser un joli portrait humain en revenant sur le passé récent d'une Allemagne et d'un modèle socialiste raté d'où s'échappe néanmoins une très jolie de mélancolie nostalgique. Et at least, une proposition steampunk éclatante et parfaitement réussie avec La Pieuvre de Tepthida Hay, petite merveille incongrue au milieu de tous ces délires SF et/ou anticipatoires, qui va droit au but tout en nous décrivant un monde à deux doigts du nôtre, noyé sous les vapeurs industrielles ou les souterrains angoissants de nos villes-monstres, prêtes à nous dévorer au moindre écart : du grand art !

Un petit mot, pour finir, sur l'auteure maison de cette anthologie : j'ai beaucoup aimé son texte Robots or Not Robots, avec son majordome robotique exaspérant, son humour à froid et sa lente progression vers la révolte tant attendue, s'intercalant au sein d'une scène de dialogue étirée sur quasiment toute la longueur du texte. Plus que la thématique ou l'approche de l'auteur, c'est ici la construction même qui est brillante. Deux vitesses différentes ; un dialogue occultant les grondements muets d'une prise de pouvoir progressive, comme si tout se jouait dans le silence entre les mots, les uns se nourrissant des autres.
C'est très bien vu et si à première vue ce texte n'est pas le plus notable, il révèle en seconde lecture une construction intelligente et un point de vue très personnel sur la question. Chapeau bas, madame Latour !

Au final, une très bonne lecture, qui entre deux récits plus frontaux, nous fait réfléchir sur les mécanismes menant à l'inexorable déshumanisation de la société, que ce soit par l'assistanat des machines ou simplement par la nature auto-destructrice de l'homme. Heureusement, quelques notes d'espoir nous rassurent : si c'est bien de nous que viendra la fin, on peut aussi embellir ce qui reste, dans l'attente du tombeau collectif. Et qu'importe que ce dernier soit scellé par un double de nous-même aux articulations d'acier - au moins ce qui viendra après ne pourra pas être pire.
Une excellente anthologie, donc, que je recommande à tous les curieux ou aux amoureux de la collection Wink

P.S: Par contre, je ne sais pas si ça vient d'une erreur d'impression généralisée ou si c'est juste mon exemplaire, mais il y a pas mal de petites coquilles typographiques (espaces au milieu des mots, signes en surimpression, etc). Pas grand-chose certes, mais par moments ça m'a un peu fait sortir de ma lecture...


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3336
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dimension Révolte des Machines

Message par Eimelle le Sam 24 Fév 2018 - 3:20

Merci infiniment, Tak !

Ne vous pas dans mon délai de réponse un manque d'intérêt, je suis très touchée par ce message ! Je suis juste dans une phase de travail intensive au boulot pour rattraper mes cinq mois d'arriérés.

Je t'embrasse fort, et te dis merci du fond du coeur.

Je lis ta nouvelle dès que ça se calme un peu.

Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dimension Révolte des Machines

Message par Tak le Sam 24 Fév 2018 - 7:30

T'inquiètes Eimelle, je n'attendais pas spécialement de réponse : il s'agissait uniquement de t'informer de mon retour (d'ailleurs j'ai regardé à droite à gauche, mais je n'ai pas trouvé beaucoup de commentaires sur cette antho').


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3336
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dimension Révolte des Machines

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum