Nol(d)cine

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par François Fischer le Ven 28 Avr 2017 - 11:05

Tout d’abord, respect. Inscrire un récit dans le milieu ecclésiastique de nos jours, sans sombrer dans le triptyque parodique Inquisition/Exorcisme/Pédophilie, il fallait le faire. Très bon travail sur le contexte, accompagné d’un style élégant, sans surcharges.

Peut-être le récit est-il un brin déconcertant par son côté érudit. Je ne m’en suis pas formalisé personnellement, mais par moments, les Chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru n’étaient pas loin ^^

Sur la forme, j’ai relevé quelques coquilles et fautes de conjugaison. Et pour les incises, le tiret cadratin — me paraît plus indiqué que _

Autrement un très bon texte, pointu dans ses références et super bien fignolé.
avatar
François Fischer
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 177
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Perroccina le Mar 2 Mai 2017 - 21:51

Thème assez commun, bien écrit avec beaucoup de références, peut-être trop et trop pointues au risque de perdre le lecteur. Cela ne nuit pas à la compréhension de l'histoire mais cela crée une forme d'exclusion (à moins d'interrompre à plusieurs reprises la lecture pour chercher des références sur internet). Personnellement je n'ai pas trop accroché à ce long dialogue qui se finit un peu abruptement. Même si Robin semble destiné à devenir le dindon de la farce et que la jeune femme se révèle multicentenaire (si j'ai bien compris). L'écriture est parfaitement maitrisé ce qui rend néanmoins le tout agréable à lire.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2805
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 52
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Amaranth le Ven 5 Mai 2017 - 22:28

Premier texte que je lis de toi, et c'est sûr que ça sent l'érudition et la qualité stylistique. Après, j'aurais quelques menus bémols : quelques petites fautes de conjugaison (dommage quand le reste est aussi maitrisé) et quelques remarques sur la forme (ce ne sont que des remarques, tu n'es pas obligé de les prendre en compte bien sûr).

"Il affichait son mépris de la foule d'un menton hautain portant une barbichette « fin de siècle » d'une absolue prétention pour son jeune âge." (p.1)
"Mépris", "hautain" et "prétention", tout ça dans la même phrase, je trouve que ça appuie un peu trop l'idée que tu veux faire passer. Juste en enlever un (personnellement, j'aurais retiré "hautain") permettrait d'alléger la phrase, à mon sens.

"oups ! Trop près !" (p.1) : le "oups" m'a paru un peu trop familier au milieu du vocabulaire plutôt soutenu utilisé dans le reste du texte, ce n'est pas tout à fait dans le même ton.

"Ils traversèrent au pas de course la place pavée devant l'église. Fiona le devançait d'un pas rapide et sûr malgré ses talons." (p.3) : répétition de "pas".

"Vous verrez que les pures idéaux des « chevaliers célestes » font bon ménage avec une certaine brutalité quand Lancelot décapite ses adversaires voire même ..." (p.4) : les purs idéaux.

Voilà, ça c'est au niveau de la forme, mais ce ne sont que de petites choses qui ne m'ont pas beaucoup gênée à la lecture. La style est fluide et agréable.

Au niveau du fond, le ton de l'histoire m'amenait à penser à un texte dans le XIXe siècle (ou début XXe), mais certains détails m'ont parfois fait douter et penser que c'était situé dans une époque plus récente, ce qui m'a un peu perturbée : notamment le fait qu'il ne voit pas le problème à être surpris dans la chambre d'une jeune femme seul, alors que j'aurais tendance à penser que c'était plutôt mal vu à l'époque (mais je ne suis pas une spécialiste et je me fie peut-être à des stéréotypes). Toutefois, le cas très "documenté", très "maitrisé" au niveau des connaissances que tu insuffles au récit est sa plus grande force, je pense. Cela lui donne de la chair, de la substance.
Sinon, l'histoire en elle-même, bien que classique, se lit avec plaisir. Je n'ai toutefois pas été convaincue par la fin un peu trop abrupte : comme Catherine, je n'ai pas forcément saisi à quoi servait le visiteur et donc quel était l'enjeu de ce qui se passait.
Spoiler:
D'après les commentaires, si j'ai bien compris, le fait de l'amener dans une relation sexuelle hors mariage le damnerait ? Ne serait-ce pas une punition un peu disproportionnée, même pour l'époque ?

Mon commentaire peut t'avoir peut-être semblé négatif, mais je t'ai surtout fait ces quelques remarques pour que tu puisses éventuellement améliorer ce texte déjà très bon à la base. On y sent une maitrise qui lui donne une solidité certaine, c'est une bonne participation !


Je questionne souvent ma santé mentale.
Des fois, elle me répond.
avatar
Amaranth
Book'trotteuse de l'extrême — Reflet dans un œil gore —
Book'trotteuse de l'extrême — Reflet dans un œil gore —

Messages : 1852
Date d'inscription : 07/03/2012
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Tak le Ven 5 Mai 2017 - 23:28

Hello, Hellaz !
J'ai passé un bon moment de lecture, mais il m'a manqué quelques bagages de culture, probablement, pour savourer pleinement toutes les références de ton texte. Mais pour le reste, c'est bien amené, le style est bon et on sent effectivement une jolie empreinte fantastique "à l'ancienne" qui donne une identité certaine à ton texte.
Mais j'ai eu en revanche un peu de mal à saisir la chute et (encore une fois) les références disséminées ci et là. Ce qui n'enlève rien aux qualités intrinsèques de ta plume, mais qui m'a peut-être empêché de te suivre jusqu'au bout...

Néanmoins, j'ai tout de même apprécié le cadre et le fond de légendes qui anime ce récit.
Une bonne participation, assurément, mais qui me laisse un petit goût de "pas-assez".


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 2820
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Paladin le Sam 6 Mai 2017 - 10:31

Amaranth a écrit:

Sinon, l'histoire en elle-même, bien que classique, se lit avec plaisir. Je n'ai toutefois pas été convaincue par la fin un peu trop abrupte : comme Catherine, je n'ai pas forcément saisi à quoi servait le visiteur et donc quel était l'enjeu de ce qui se passait.
Spoiler:
D'après les commentaires, si j'ai bien compris, le fait de l'amener dans une relation sexuelle hors mariage le damnerait ? Ne serait-ce pas une punition un peu disproportionnée, même pour l'époque ?

Je ne sais pas ce que voulait dire Hellaz, mais, si j'ai bien compris moi-même l'histoire (j'ai un peu oublié les détails), ce n'est pas la relation sexuelle qui le damne, mais son attitude orgueilleuse.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 9832
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 59
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Cancereugène le Dim 7 Mai 2017 - 19:49

Comme beaucoup, je n'ai pas compris les tenants et aboutissants par manque de culture. Les références au Graal m'ont un peu détourné du sujet, qui est il me semble la damnation de celui qui se croit « pur » Cela manque, pour moi, d'enjeu, je n'ai pas compris à quoi servait cette damnation, quel châtiment attendait la victime, l'objectif attendu par le pater.
N'en reste pas moins un récit parfaitement maîtrisé, et dont la forme m'a paru solide au niveau du style et de l'ambiance.
Juste une chose, au début du texte, j'ai associé (à tort, certes) le terme « déserté » avec la sacristie, du coup, il m'a fallu revenir sur le paragraphe pour bien comprendre où était amassée la foule. Etant peu familiarisé avec les églises, la sacristie ne me paraissait pas être une grande salle, et surtout, pour moi c'est une salle qui fait partie de l'église... à mes yeux, quand on dit que l'église est désertée, c'est que les gens sont dehors. C'est un détail, c'est juste pour parler ! C'est certainement personnel, mais comme j'ai un doute, j'en fais part ! Encore mon inculture.
En tout cas, un très bon texte.
avatar
Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 1789
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 44
Localisation : Paris

https://cancereugene.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Raven le Mar 9 Mai 2017 - 19:10

Dès les premières allusions à la littérature arthurienne, je me suis dit que ce texte allait déjà gagner des places dans mon classement : je suis une grande fan, et j’ai justement fait mon mémoire principal de maîtrise sur une étude comparée comprenant le Perlesvaus. J’étais donc quasiment conquise. 
J’ai immédiatement accroché au début du récit, avec ce ton et cette ambiance début de siècle qui contribuent à donner un certain cachet au personnage principal, à le démarquer des étudiants lambdas. Le style est travaillé, les phrases bien tournées, quelques coquilles mais on est entraîné et on les oublie vite.
Malheureusement, j’avoue à ma grande honte que malgré mes connaissances en la matière (arthurienne), je suis passée à côté du propos et des allusions. Bien sûr, j’ai compris la chute (et l’ai appréciée : sans être à tout prix spectaculaire, elle conclut parfaitement ce petit texte), mais n’ai pas trouvé tous les parallèles au Perlesvaus auxquels je m’attendais compte tenu des allusions au texte, ni même au mythe en général. Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais mes souvenirs ne sont plus ce qu’ils étaient : j’ai pensé à la demoiselle du Chastel Enragié, à Blanchefleur, à la Tour de Cuivre, à la figure du père-Diable en reflet du Noir Ermite, à la disparition finale de Perlesvaus comme modèle de ce qui va arriver à Robin, etc. Bref, je pouvais trouver dans tout un vague rapport avec le texte, mais rien de convaincant. Ensuite je me suis dit que tu éviterais des trucs trop peu connus pour ne pas égarer le lecteur, donc j’ai pensé qu’il s’agissait tout simplement d’une réécriture du passage au château du Graal, revu et corrigé avec la damnation du héros. Mais, et je suis désolée, aucune de mes suppositions ne colle réellement avec ton texte, j’en conclus donc que je n'ai rien compris à l’histoire derrière l’histoire. Mais l’histoire seule m’a plu et j’ai pris beaucoup de plaisir à te lire. Un grand merci pour cette découverte de ton style et pour ta participation au concours.


Quiconque lit la présente ligne s'engage à manger 5 fruits et légumes par jour (rappel : les chips et les fraises tagada n'appartiennent à aucune de ces catégories).
avatar
Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 3514
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 41
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Zaroff le Ven 12 Mai 2017 - 21:42

C'est bien écrit, très érudit. Mais je suis passé à côté par manque de culture dans ce domaine. Il m'a semblé que la fin arrive trop vite. Par contre, les descriptions érotiques sont vraiment bien rendues. Le vocabulaire est riche et pas ennuyant. Ce qui est ardu pour un récit de ce style. Et tu as réussi l'enjeu.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook

Motor City is burning, babe !
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12526
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 45
Localisation : Ruins D99

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Hellaz le Sam 13 Mai 2017 - 0:29

Merci pour tous ces retours pertinents! Je ne m'attendais pas à tant.

Cette nouvelle a la prétention de s'inscrire dans le genre fantastique gothique. C'est à dire que je voulais faire un pastiche des poncifs du genre transposés à l'époque moderne ( même si j'aime bien jouer avec le temps et que l'histoire semble volontairement hors d'âge). C'est pour ça qu'on y retrouve un clerc érudit, une sorcière, une église, le diable, de vieilles légendes etc ... Pas de pitié pour les poncifs!
Il y a donc bien une narration au premier degré ( un homme rencontre une femme) et une morale sous-jacente propre au genre. Cette morale est la suivante: "Quelle que soit les idéaux dont tu te prévaux, tu tomberas". Le "pur", c'est Robin pour lequel j'en ai fait des tonnes - comme l'un de vous l'a justement remarqué - afin de vous le présenter hautain et sûr de lui; détestable. Sa "chute" est amenée par Nol(d)cine. Tout le baratin autour du "Perlesvaux" ne sert pas à étaler ma science mais bien à révéler au lecteur l'enjeu de la nouvelle: malgré leurs beaux idéaux, les chevaliers du Graal sont particulièrement barbares dans ce récit et soumis à leurs pulsions. A noter que je voulais aussi utiliser ce texte dans un autre but (identité de Nol(d)cine). Faute de temps et de place, je n'ai pas pu développer cela. Quoi qu'il en soit, il n'était pas dans mon intention de faire un récit érudit, et j'avoue que c'est une de vos critiques qui pique le plus. Les chevaliers de la Table ronde ne sont qu'un moyen de mon récit, pas une fin en soi.
En tout cas, encore merci pour ces critiques constructives! :tchin:

Ps: je suis preneur de toutes les coquilles que vous aurez le temps de déloger.
avatar
Hellaz
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 132
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 42
Localisation : Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Lestat le Mer 24 Mai 2017 - 10:57

J'ai lu, j'ai kiffé hihihihi Smile
Même si je pense qu'une seconde relecture ne serait pas de trop, parce que je n'ai pas tout saisi en vérité. Mais voilà, j'étais dedans, et j'ai aimé tes personnages, le contexte, ton écriture très agréable à lire. Juste un petit bémol pour la ponctuation parfois hasardeuse « _ » ou « t'il » ou le manque de « - »... Sinon ça roule, bravo;)


Hebergeur d'image

À méditer : "tu veux qu'elle fait 3 ans de plus mais que l'on dirait qu’elle fait plus de 30 que toi ..."

Mathieu Domphar
avatar
Lestat
— — — Zombie Cévenol — — — Disciple de George A. Romero
— — — Zombie Cévenol — — — Disciple de George A. Romero

Messages : 3932
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 42
Localisation : Prypiat

http://prosorrifique.weebly.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Murphy Myers le Mer 24 Mai 2017 - 13:54

J'ai moi aussi bien aimé. Un style et une ambiance irréprochables qui n'ont rien à envier aux classiques du genre, et que j'aime d'autant plus que ce type d'histoires se fait rare de nos jours.
Comme Lestat, j'ai juste eu quelques problèmes avec la ponctuation (_ pour - et le t'il pour t-il, mon vieil ennemi Laughing ).

Reste maintenant à finir mon classement, ça va être galère pour changer.


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par paulux le Mer 24 Mai 2017 - 18:32

Oui, un texte vraiment très réussi, complexe dans l'écriture et faussement simpliste dans ce qu'il raconte. Surtout en fait, les faits narrés divergent de ce qu'on peut lire habituellement. Il s'en dégage une belle ambiance, captivante, érudite et donc recherchée, et une très agréable narration.

Presque, j'aurais dit, on en aurait voulu plus. Bravo , donc !
avatar
paulux
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 595
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 40
Localisation : nice

http://paulblanchot.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Jack-the-rimeur le Ven 26 Mai 2017 - 2:24

Tu as de réelles qualités d'écriture, c'est certain, mais ta construction d'intrigue me déconcerte (comme ton titre).
Je ne suis pas fan de Thomas d'Aquin, ni féru de cycle Arturien mais j'ai beaucoup aimé le climat que cette culture (réelle ou bidon, peu importe au fond) contribue à installer. Elle illustre à merveille un certain milieu : aisé, désuet, guindé, prétentieux et moraliste.
Robin apparaît comme un futur crack de cette société rigide. Là-dessus, arrive une jeune pouliche qui commence à l'accrocher par une érudition rare sur ses sujets de prédilection pour finir par l'entraîner à l'écart et le séduire physiquement.
Bien. Mais qu'est-ce que le diable vient faire là-dedans ?
Qu'est-ce que Robin envoie promener en jetant sa gourme ? Sa foi ? Ou simplement une vision pervertie par une bande de faux-culs puritains ?
Les adultes sont très forts pour embobiner des jeunes gens brillants et désireux de bien faire. Que Robin s'affranchisse de leur influence insidieuse par un petit accroc au "péché de chair" me paraît somme toute plutôt sain et salutaire. (Le jeune Adso en commet un dans "le Nom de la Rose" sans pour autant renoncer à ses voeux.)
C'est pourquoi la chute de ton histoire me semble inadéquate ou pour le moins abusive. Une approximation qui détone avec la précision des 90% qui précèdent.
Mais ce n'est là que mon sentiment de lecteur.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2214
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par SILENCE le Dim 28 Mai 2017 - 10:58

Je rejoins l'ensemble de mes collègues quant à la qualité stylistique de ton récit Hellaz, et note d'ailleurs d'une manière générale le haut niveau de ce concours quant aux styles des auteurs en lice.
Pour autant, je me suis un peu ennuyé à te lire et tu m'en vois désolé. Sans doute est-ce le fait de commencer ton texte dans une église qui, pour moi, plombe littéralement l'ambiance. D'ailleurs, je me suis demandé si le cadre du début était bien pertinent. Quitte à donner du mystère et à rester dans le cadre d'une atmosphère de thèse et d'érudition, une bibliothèque aurait été, de mon point de vue, plus indiquée. Je me suis demandé si un abbé était bien l'autorité la plus pointue pour parler du cycle arthurien, mais comme je n'y connais rien en la matière, je me contenterai de dire : "va pour l'église", mais sans grande conviction de ma part !
J'ai également un problème avec l'attitude de ton personnage principal Robin. Qui certes, remarque la beauté de la jeune femme mais sans ressentir a priori d'attirance pour elle (ou alors, je suis passé à côté des propos indiquant cette attirance). Puis tout à coup, il n'en peut plus et il succombe à ses/son charme(s). J'ai trouvé la chose un peu précipitée. D'autant que sur les 3/4 du récit, il semble davantage ressentir de l'exaspération que de l'attirance sexuelle. Il y a certes le passage devant le pub sous la pluie. OK, mais si j'ai bien tout compris Fiona est une sorcière. Or, je me dis qu'il aurait été bon d'insister davantage sur le côté charme (au sens physique autant qu'au sens de sortilège). Il me manque quelque chose...
La fin du coup me semble un peu légère. D'autant que tu noies ton récit (et en tout cas le lecteur lambda que je suis qui n'est ni un spécialiste de la littérature arthurienne, ni germanophone, ni spécialiste de Saint Thomas d'Aquin, ni du reste d'aucun autre docteur de l'Église...) sous des références érudites et par conséquent très ténues. Personnellement si j'ai bien compris la fin, je n'ai pas du tout ressenti le caractère moral dans lequel ton récit semble enveloppé, ce qui fait que je suis un peu resté sur le bord de la route.
Enfin dernier point, mineur, mais qui a néanmoins parasité ma lecture. Effectivement, encore une fois, ton texte est érudit. Mais, je ne sais pas si c'est fait exprès (et cela va révéler au grand jour l'étendue de mon inculture) mais tu as choisi pour prénom de tes personnages principaux : Robin et Fiona. Or, il se trouve que ce sont deux des personnages de Shrek. Je parle du premier Shrek et plus spécialement de cette séquence assez phénoménale dans laquelle Fiona donc se charge, toute seule comme une grande, de mettre une dérouillée à Robin des bois et ses sbires alors qu'ils cherchaient à la kidnapper (appelant par ailleurs Fiona : "La belle en cuisse) !). Du coup j'ai eu cette image dans la tête un bon moment au cours de ma lecture et tu m'en vois désolé Hellaz...

Peux-tu âr ailleurs expliquer pourquoi ce 'd' entre parenthèses dans le titre de ta nouvelle ?


Dernière édition par SILENCE le Mar 6 Juin 2017 - 7:22, édité 1 fois
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2627
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 43

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Eisreiher le Mar 30 Mai 2017 - 22:37

Contrairement à un certain nombre des personnes qui ont l'air de tiquer un peu sur le côté érudit, j'ai eu l'impression que c'était pour renforcer le côté pédant et suranné du personnage principal. A vrai dire je n'aurais pas été contre l'idée d'avoir plus de passage de ce genre.
avatar
Eisreiher
Apprenti égorgeur

Messages : 30
Date d'inscription : 06/07/2016
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nol(d)cine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum