23 rue Albert Premier

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

23 rue Albert Premier

Message par Invité le Ven 24 Mar 2017 - 11:17

...


Dernière édition par Gernier le Mer 24 Mai 2017 - 10:42, édité 3 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Zaroff le Ven 24 Mar 2017 - 11:59

Combien de signes fait ce récit ?


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12859
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Invité le Ven 24 Mar 2017 - 12:11

Màj faites. Désolé de l’oublie.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Blahom le Sam 25 Mar 2017 - 17:00

Une histoire originale et très glauque. On retrouve ta prédilection pour les personnages féminins atypiques. Le style gagnerait cependant, à mon avis, à être épuré. Par moments, l'emploi d'un vocabulaire riche tend à alourdir le texte et l'action perd en efficacité.
Spoiler:
La fin m'a rappelé la conclusion de L'Empire contre-attaque, lorsque Vador demande à Luke de le rejoindre, à part qu'ici l'héroïne accepte de prendre ce virage à 180 degrés.


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1515
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Catherine Robert le Mar 28 Mar 2017 - 18:39

Un texte intéressant, parfois longuet dans ses descriptions, surtout le début. Ensuite, quand on entre plus dans l'action, ce côté-là s'améliore et on entre bien plus dans l'histoire. Par contre, peu de surprises, on devine très vite où tu vas nous emmener.
Donc, un bon texte qui demanderait à être épuré et peut-être revoir les détails qui aiguillent trop.


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"
"Merci de m'avoir donné envie de vomir !" Nao76 sur "Yin et yang"
"Ton texte m'avait fait penser à un film allemand atroce que j'avais vu plus jeune : Nekromantik !" Polo sur "Trafic de cadavres"
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 9798
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Hellaz le Mar 28 Mar 2017 - 23:44

Personnellement j'ai eu du mal avec la longue description très sombre du début. Mais c'est probablement une question de goût. Au niveau du style il faudrait alléger le vocabulaire et les formules ampoulées. Ce que j'ai beaucoup apprécié c'est la deuxième partie du récit, la plus intime. J'aime beaucoup la brutalité dans ton écriture; c'est bien maitrisé je trouve ...
avatar
Hellaz
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 135
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 43
Localisation : Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Invité le Jeu 30 Mar 2017 - 16:03

....


Dernière édition par Gernier le Mer 24 Mai 2017 - 10:31, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Paladin le Jeu 30 Mar 2017 - 21:59

Je trouve ça plutôt pas mal, mais moi aussi je reprendrais les critiques de Catherine : trop de descriptions au début, et de plus une trop grande accumulation d'épithètes qui alourdissent le tout. Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu dis :


Le vocabulaire sert à décrire le monde et plus il est complexe et précis, mieux c'est. C'est tout du moins mon point de vue

Précis, oui, mais pas forcement complexe. Plus exactement, plus il est précis et moins il a besoin d'être complexe. Un des challenges de l'écriture est que, pour poser le décors du monde que l'on veut décrire,  il s'agit pas de ne pas multiplier les phrases et sombrer dans l'emphase, mais par contre choisir les mots justes, ceux qui expriment les bonnes images.

Tu vois, par exemple, là :

Un trio s’occupait à introduire des pétards mammouth dans l’anus d’un chat galeux en gloussant, un sourire torve et baveux gravé sur leurs faciès cireux. Des bambins nus gambadaient ça et là, grattant parfois la peinture des façades Ils gobaient ces écailles chimiques comme des bonbons, entretenant leurs saturnismes. Ils jetèrent un regard vague sur le véhicule rouge de Béatrice une stupidité congénitale logée dans leurs yeux globuleux.

Le simple fait de trois demeurés qui enfoncent un pétard dans le cul d'un chat en gloussant suffit à donner le ton. On se doute que ce ne sont pas des lumières.  Le "sourire torve et baveux"  "leurs faciès cireux", sont de trop.

Comme "les maisons uniformes jaune-pisse" Le reste :

L'ennui corrompait les âmes des résidents, il suintait du béton friable, des arbustes faméliques et des cours envahies par des montagnes de déchets informes. Un vent mauvais arrachait les dernières affiches électorales bleu-marine, écorchant des slogans mensongers qui s’infiltraient dans des consciences amollies par l’alcool frelaté

est de trop, il alourdit le texte. Tu dois pouvoir décrire ce paysage sordide en quelques phrases bien senties. Alors, les maison uniformes jeune-pisse, ok, les tas de déchets si tu veux, et tu peux signaler au passage les affiches bleu-marine. Ces quelques éléments suggèrent tout le reste, comme la misère sociale et l'absence de perspectives.



Autre critique de Catherine : on a vite compris où tu veux nous mener. En effet, les nuits de pleine lune, Béatrice a des envies de viande, des démangeaisons sur le corps, sa tête a l'air de bouger, ses ongles s'allongent... Dés ce passage, j'avais compris !



Je préfère une histoire simple - mais non simpliste - à un twist mal maîtriser. Hors, simplement ce n'est pas mon but de créer une surprise ici. L'intérêt est ailleurs, il est symbolique et - un peu - politique.

... Mais pour le lecteur, c'est quand même dommage de ne pas être surpris ! Ça fait partie du plaisir de la lecture d’une nouvelle que de se dire à la fin : "Mince ! Je l'avais pas vue venir, celle-là", plutôt que "Ben, c'est bien ce que je pensais, j'avais deviné depuis le début !" . Tu parles de Twist mal maîtrisé, mais justement, ça aussi fait partie de l'écriture, de réussir son twist. Et qu'il y ait une valeur symbolique ou politique ne change rien au plaisir que le lecteur a d'être surpris (ou à la déception de ne pas l'être)

Sinon, j'aime bien le caractère atypique de ton personnage : autre chose qu'un super canon capable de se battre en tailleur et talon-aiguilles, comme dans beaucoup de séries télés.


Dernière édition par Paladin le Ven 31 Mar 2017 - 10:35, édité 2 fois


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10554
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Blahom le Jeu 30 Mar 2017 - 22:52

Je tiens à clarifier mon propos précédent concernant "l'emploi d'un vocabulaire riche" qui " tend à alourdir le texte" et à nuire à l'action proprement dite. J'apprécie Baudelaire, Villiers, Barbey, Poe et Huysmans. Leur vocabulaire riche est parfaitement adapté à leur époque. Dans le cas de Huysmans, le choix d'un lexique rare et raffiné fonctionne à merveille dans le contexte de romans plus axés sur l'expression des sentiments et la description que sur une succession de rebondissements.
En revanche, lorsque je lis un récit moderne basé sur l'action, qu'il s'agisse de littérature policière ou horrifique, un style trop riche et l'utilisation de termes rares nuisent au rythme général et à l'action proprement dite.
Autrement dit, ce qui fonctionne bien dans la nouvelle de Hellaz me paraît moins convaincant dans 23 rue Albert Premier.
Il ne s'agit bien sûr là que de mon avis (pas si solitaire que ça si j'en crois les autres commentaires); mon intention n'était ni de blesser qui que ce soit et encore moins de lancer une polémique. Crying or Very sad


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1515
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Paladin le Jeu 30 Mar 2017 - 23:33

Il ne s'agit pas de Paul et Mickey, comme disaient Noir Désir, mais de faire des critiques constructives sur les histoires postées, comme ça a toujours été l'esprit de ce forum. Pas pour démolir le texte ou attaquer l'auteur, juste pour donner son avis sur les points forts et faibles des textes en question, et permettre aussi à l'auteur de progresser dans son écriture.

C'est vrai ce que tu dis Blahom : c'est une chose d'aimer le style très riche de Barbey, Poe ou Huysmans, mais déjà, il s'agissait d'un style d'une autre époque : on ne peut plus écrire au début du XIX eme siècle comme à la fin du XIXeme, et en plus ils n'écrivaient pas de la littérature de genre (Même si Poe est à la limite dans certaines de ses nouvelles). On imagine mal Stephen King ou Clive Barker écrire comme les auteurs fin de siècle !


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10554
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Invité le Lun 10 Avr 2017 - 10:48

...


Dernière édition par Gernier le Mer 24 Mai 2017 - 10:31, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Malossep le Mar 11 Avr 2017 - 11:11

Salut!
j'ai lu le texte hier soir, j'essaye de commenter sans lire les précédentes réponses, pour ne pas être influencé.
J'ai aimé certaines images, certaines phrases poétiques. Par moments, elles m'ont un peu gêné dans la lecture. Cela manquait de fluidité. Mais je suis sensible à une certaine musicalité. La chute m'a fait plaisir, je l'ai devinée au fur et à mesure, avec d'abord une inquiétude et puis une confirmation qui se renforce jusqu'à la dernière phrase. Les passages un peu gores sont bien écrits. Je ne suis pas certain que le sujet soit très original au final, j'ai une sensation de déjà vu, notamment clarice sterling qui s'allie finalement à Hannibal dans le livre (contrairement à la version ciné); C'est plutôt un ressenti qu'un commentaire approfondi, donc à ne pas prendre trop sérieusement  :ange:
avatar
Malossep
Apprenti égorgeur

Messages : 87
Date d'inscription : 28/03/2017
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par FRançoise GRDR le Ven 14 Avr 2017 - 23:11

J'ai retrouvé ton univers et malgré l'abondance d'images, j'ai plutôt bien suivi le parcours de Béatrice, d'une policière qui petit à petit va à la rencontre de son moi monstrueux.
Une belle symbolique et donc un texte que j'ai pris au second degré, au delà de ce qu'il décrit. Sous couvert d'un "règlement de compte", on assiste à une confrontation personnelle en fait. Brigitte civilisée face à Brigitte instinctive, attirée par l'abject.
Bien joué.


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 8109
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 63
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Invité le Dim 16 Avr 2017 - 13:59

...


Dernière édition par Gernier le Mer 24 Mai 2017 - 10:32, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par François Fischer le Ven 28 Avr 2017 - 11:02

Une belle écriture, recherchée, peut-être trop par moments. Je peux comprendre le culte des anciens auteurs, c’est tout à fait respectable, mais, hé… on est au XXIe siècle et bien obligé de faire avec. Moi-même, si je me laissais porter par mes références, j’écrirais tout comme Lovecraft. Du moins, j’essaierais.

Les soirs où la lune brillait avec une telle violence, elle éprouvait toujours une impulsive appétence pour un régime carné, alors que cela ne faisait pas partie de ses habitudes alimentaires.

Scrogneugneu… Ecrire sans l’épée de Damoclès d’un twistdelamorkitu, là encore, c’est très bien, rien à redire là-dessus, mais ne balance pas trop vite le morceau ! Fais donc un peu durer le suspense, oriente le lecteur — si besoin est — par quelques signaux discrets, mais ne dévoile pas toute l’intrigue immédiatement : l’art de la narration, c’est aussi distiller les informations au compte-gouttes et au bon moment, qu’il y ait ou non recherche de twist final.

Le texte a des qualités, mais il mérite d’être épuré sur le style et plus parcimonieux dans la présentation de l’intrigue.
avatar
François Fischer
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 177
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: 23 rue Albert Premier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum