Renaissance

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Renaissance

Message par SILENCE le Dim 22 Jan 2017 - 10:51

Bonjour Tobermory,
Je viens de terminer la lecture de ton texte. J'ai bien aimé dans l'ensemble. J'ai en effet toujours eu un faible pour les histoires de fantômes; cela marche toujours avec moi. Ce qui, en revanche, a fait que je suis resté un peu en retrait de ton histoire, réside dans son côté résolument classique. Une jeune femme, un comte, un bel amour, un crime et un château. On pourrait se croire dans les films de la Hammer (ce qui est un compliment) ou dans le film de Guillermo del Toro Crimson Peak. Du coup, c'est vrai il y a un petit côté "déjà vu" à ton récit. Ce qui ne gâche en rien celui-ci, pour peu que l'on accepte l'idée de voyager en terrain connu. Sur le plan formel et structurel, j'ai trouvé que les choses étaient plutôt bien faites d'ailleurs même si je regrette le côté "Tell" de ta nouvelle. La fin est intéressante et noire à souhait mais, justement, est un peu amoindrie dans sa portée par le côté descriptif de ta narration. Il est vrai qu'il est très difficile de traiter du sujet des fantômes. Je le sais pour m'y être plusieurs fois essayé, sans succès...
avatar
SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2809
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Tobermory le Lun 23 Jan 2017 - 0:04

Merci à tous pour vos commentaires, auxquels je répondrai sous peu.
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 193
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Tobermory le Mer 25 Jan 2017 - 7:18

Il est plus que temps que je réponde aux commentaires. Et n’hésitez pas à modifier votre vote en fonction de mes remarques ! :mrgreen:
Catherine Robert a écrit:
Edit : Voilà, c'est lu. Ton texte est écrit très proprement, mais il ne m'a pas emportée. Je le trouve un peu trop dans le tell (la narration au "je" amène plus facilement ce défaut je pense) et l'histoire est un peu "naïve" (entre guillemets, je ne trouve pas vraiment le terme que j'aimerais utiliser), c'est à dire que les éléments d'intrigue utilisés sont plutôt cliché. Le cimetière me semble aussi ne pas être vraiment central, c'est plus une histoire de fantôme/hantise/vengeance qui n'a pas spécialement besoin du cimetière pour exister. (en fait, c'est comme ça que je vois le raccord au thème : est-ce que le cimetière doit être là ?)
Mais que ces quelques remarques ne te découragent pas, tu sais écrire, le reste, c'est surtout une question d'inspiration et de bouteille.
Merci pour ta franchise. Je suis tout à fait d’accord que ce texte a beaucoup de défauts. Je suis quand même content de l’avoir écrit, vu que j’avais quasiment abandonné après une première ébauche parce que trop conditionné aux textes vraiment courts, de l’ordre de 3500, et que pour moi, 10.000 c’est long. Finalement je l’ai écrit in extremis. Pour ce qui est du « Tell », à peine achevé, je m’étais dit « Tiens, on va sûrement me dire que je suis trop dans le Tell ». Et je crois que si j’avais écrit mon texte à la troisième personne, il aurait été tout autant dans le tell. La « propreté de l’écriture » je ne pense pas que ce soit vraiment une qualité. Sur un forum, l’auteur d’un texte s’était mise en colère parce qu’un commentaire avait qualifié son écriture de « très propre » ! :mrgreen:
Blahom a écrit:Agapit, sors de ce corps ! Voilà ma réaction première. J'ai l'impression d'avoir lu un inédit de Marc Agapit. C'est un texte plaisant narré par un personnage féminin frustré. Cela aurait pu n'être qu'une gentille histoire d'amour mais c'est bien plus que cela. La fin est délicieusement cruelle. Quant au passage sur la perte de virginité de l'héroïne, il vaut son pesant de cacahouètes (il m'a de plus remis en mémoire l'une des répliques cultes du film Flash Gordon, le célèbre "Non, pas les vers perforants !").
Décidément, ce concours est de très haute tenue.
Merci Blahom mais je vais t’étonner : en écrivant ce texte, je n’ai pas pensé un quart de seconde à Agapit, dont un des romans (« Guignol tragique ») était pourtant entamé sur ma table de chevet. Peut-être que je suis suffisamment imprégné de cet auteur pour que ça ressorte malgré moi. En tout cas ce n’est pas  « Guignol tragique » qui m’a inspiré car il ne m’a pas du tout emballé.
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 193
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Blahom le Mer 25 Jan 2017 - 14:36

Je n'ai jamais eu l'opportunité de lire ce Guignol tragique.
Ton histoire me faisait penser à des romans comme École des monstres ou Agence tous crimes, textes à la tonalité très particulière, dans la mesure où la narration est effectuée par des femmes d'âge mûr gâtées par la vie.


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1530
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Paladin le Mer 25 Jan 2017 - 15:56

Oui, la narration par une femme, un fantôme qui plus est, est très "agapitienne". Sans avoir besoin d'en être conscient, on est influencé par ses lectures.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10735
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Tobermory le Jeu 26 Jan 2017 - 11:52

FRançoise GRDR a écrit:J'ai vraiment aimé ce personnage de
Spoiler:
fantôme avec son idée fixe de vengeance qui malheureusement sera détournée à cause d'une libido pour le moins savoureuse
! La pincée d'humour noir à la fin va bien.
Pour moi, le thème du cimetière est respecté puisqu'elle y a sa dernière demeure.
Merci Françoise Gdr d’avoir apprécié.  Sans doute la libido de l’héroïne aurait-elle pu être davantage développée
Perroccina a écrit:Une petite histoire sympathique mais qui ne m'a pas vraiment emportée. Le thème est plus en filigranne que vraiment respecté. Malgré tout l'histoire se tient très bien et la chute est inattendue.
Merci pour ce commentaire, qui comme d’autres me donne des directions pour améliorer mes textes.
paulux a écrit:Vraiment un très bon texte, bien écrit et narré, on est emporté dans cette histoire, voire ces histoires. Le récit est très poétique, et le dénouement surprenant, un peu caustique. J'ai apprécié les différentes voix narratives, la façon dont s'est rendue.
Pour l'instant, je le classe parmi les meilleurs !
Merci Paulux ! Inutile de préciser que ce commentaire enthousiaste me réchauffe le cœur !
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 193
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Tobermory le Ven 27 Jan 2017 - 23:35

Cancereugène a écrit:J'aime beaucoup cette histoire très sentimentale, mais morbide à souhait.
J'adore encore plus le ton léger, dérisoire, de la narratrice.
Tout se déroule avec naturel (même si j'ai peu goûté au cliché « commencer par le commencement ») ; les événements se succèdent avec humour, sans fioritures. C'est très bien raconté, vraiment agréable à lire.
Le final est très très bien trouvé !
C'est amusant, lugubre et très ironique.
J'aime beaucoup. Rien à dire sur cette histoire, donc.
Allez, un léger bémol. Très léger.
C'est trop raconté, pas suffisamment mis en scène. Le fameux tell/show me paraît déséquilibré en faveur du tell, ce qui casse un peu l'émotion. Mais cela reste une broutille. Le texte est si court...
D’autant plus satisfait que ce texte t’ait plu que mon texte du concours « Dans la maison » ne t’avait pas du tout convaincu. « Le texte est si court », dis-tu ; il fait 12.000 signes et pour moi qui craignais de ne pas arriver aux 10.000, c’était presque une performance.
Raven a écrit:Je découvre au téléchargement un texte très court. Dans ce genre de concours, c'est un risque car on peut t'attendre au tournant et la première critique que je t'opposerai sera le fait de n'avoir pas exploité à fond toute la latitude qui t'était donnée. Mais je suis déjà bien contente que tu aies posté in extremis, et je suis consciente que tu n'avais plus le temps d'étoffer.
Premier bon point : l'originalité de ton cimetière. Ou du moins de la tombe. Jusqu'à présent, je n'ai trouvé dans les textes du concours que des cimetières classiques, excepté celui de Blahom avec son côté futuriste.
Autre bon point, et super trouvaille : la découverte du plaisir par les vers. C'est excellent et ironique quand on considère la jeune vierge effarouchée qu'elle était au moment de sa mort. Doublement ironique compte tenu que ce plaisir ne peut pas se reproduire : une fois bouffée, il ne restera plus de terrain de jeu pour les vers.
J'aime beaucoup aussi le jeu des deux voix pour narration.
Ceci étant posé, et en me permettant un mauvais jeu de mots^^, je trouve que tu as le squelette mais ça manque de chair autour.
L'idée est là : tu as ton histoire de bout en bout, le passé, le présent, le moteur, la chute, etc. Ne reste plus qu'à l'étoffer pour la peaufiner parce qu'en l'état ça me paraît un peu rapide (et on en revient à mes craintes du début quand j'ai vu la brièveté de ton texte alors que tu disposais d'une belle marge de manœuvre).

Donc : n'hésite pas à approfondir et engraisser les scènes. Par exemple, la partie avec les vers pourrait être plus charnelle, plus érotique et, partant, plus écœurante pour le lecteur (enfin pour le lecteur non nécrophile^^).

Le personnage du comte : quelques flashbacks où tu ferais revivre à Lucie les mauvais moments rendraient ce nouveau Gilles de Rais plus concret et permettraient de générer plus d'empathie avec ton héroïne.

De même, je trouve qu'Eric tombe amoureux un peu trop vite. Je n'ai rien (bien au contraire) contre l'amour de loin, le coup de foudre sur photo ou simplement sur la réputation (procédé typique des textes médiévaux), mais là ton héros n'a ni vu de portrait de la fille, ni vraiment entendu parler de son caractère. Dans le prolongement de ton cimetière, je verrais bien soit un gisant à l'image de Lucie (dont il tombe éperdument amoureux : finesse des traits sculptés dans la pierre, douceur du visage, rondeurs des formes, etc.) soit un sarcophage/cercueil vitré où il peut voir son corps (genre les cheveux intacts et soyeux, ou une silhouette qu'on devine éblouissante en son temps, bref tu vois le genre) et tomber amoureux, ou du moins trouver un support concret à cet amour qui justifierait un coup de foudre. Ou encore faire venir Eric sur les terres de son ancêtre sur la base de recherches quelconques (généalogiques ou autres), avec un portrait de Lucie, qu'il "connaîtrait" donc déjà un peu. J'insiste sur ce point car c'est là que se situe le propos de ton texte : cette histoire d'amour/vengeance, puis amour impossible. C'est à la fois le déclencheur et la chute, tout est dans l'amour, donc ça mérite qu'on s'y attarde.

Un détail : elle dit que c'est seulement après que ses os se soient totalement désagrégés qu'elle est devenue fantôme. Or, ça se passe du vivant du Comte. Il me semble qu'il faut plus de temps que ça pour que les os finissent par disparaître, surtout qu'elle n'est au final pas vraiment enterrée mais à l'intérieur, donc mieux préservée. Je ne suis pas experte mais ce point est peut-être à vérifier.

Bref, comme je disais, un texte qui souffre d'un traitement un peu trop rapide, ce qui rend ses charnières peu crédibles. Il gagnerait à être étoffé  pour qu'on prenne le temps de comprendre les émotions des personnages (moins de tell et + de show, comme ne cesse de répéter – à raison – Paladin), surtout que tu as déjà tout le canevas.

Merci Raven pour cette critique détaillée et ces conseils et suggestions, que je garde dans un coin de ma tête. J’ai écrit ce texte in extrémis, au fil de la plume et j’ai poussé un ouf en constatant que j’arrivais aux 10.000 signes sans faire de remplissage. Depuis, et les commentaires aidant, je me suis rendu compte que j’aurais pu étoffer sans trop de difficultés.  En particulier pour la fin.
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 193
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Tak le Mar 31 Jan 2017 - 19:38

Pour commencer, les points positifs : tu fais très bien le lien entre le passé "naïf" (enfin pas autant que ça, si on en croit les abus dont ton personnage est victime) de ton héroïne et sa condition présente. L'histoire se déroule facilement sous nos yeux et j'ai trouvé un bel effort de narration, entre le coté "bluette contrarié" et le fond fantastique de la chose.
Le passage avec les vers en effet très bien vu et presque sensuel, d'une certaine façon.

Le problème, c'est que j'ai eu un peu de mal à trouver du liant entre les différentes parties du récit, notamment avec cette fin dont le ton m'a semblé étonnamment "léger" à la vue de la situation. Quelques petites ficelles aussi, avec lesquelles j'ai eu un peu de mal (le descendant qui tombe vite en amour avec une inconnue... du moins est-ce la finalité qu'on sent arriver). Et comme certains l'ont déjà remarqué avant moi, je trouve qu'on est légèrement dans le HS, même si effectivement la tombe est par essence liée au cimetière, mais tu sembles plus raconter ici une histoire de vengeance et de fantôme, sans que le cimetière ne soit réellement au coeur du récit.
Le cœur de ton récit, c'est bien cet "esprit" qui réclame vengeance et dont on nous narre les origines. C'est pas mal fait, mais au final j'ai eu un peu de mal à accrocher à ton texte, sorry.

Ceci dit, tu as une belle plume Tobermory et j'aimerais bien lire d'autres textes de toi sur un autre thème. Au plaisir de te relire, donc !


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 3743
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 36
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum