Les rêveurs de Somorre

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Cancereugène le Mer 11 Jan 2017 - 21:53

J'aime beaucoup le rythme de ce récit. Le problème, c'est que j'ai l'impression que ce dernier n'est pas raccord avec l'ambiance voulue. C'est trop léger, trop décontracte pour l'émotion de mystère et de mysticisme qui, j'ai l'impression, a voulu prédominer dans l'ambiance. Cela dit, j'aime beaucoup l'idée de l'intrigue.

Dommage, dans son exécution, j'ai l'impression que cette intrigue est dévoilée trop rapidement. En tout cas, j'ai très vite deviné ses aboutissants. Le dénouement est d'une logique imparable, certes, mais tellement attendu...

J'ai vite compris le principe, et je pense que n'importe quel lecteur le comprendrait, car tu vends la mèche le plus naturellement du monde avec ton développement. Quand on réveille son double dans l'autre monde, on le remplace. La chute me paraît donc très prévisible.

De même, l'introduction nous offre dès le départ la découverte du cercueil avec l'intéressé dedans. L'épisode de la recherche perd de son intérêt. Qu'il trouve un cercueil, ok, mais pas forcément le sien, l'entame serait moins décisive. Ceci gâche un peu l'effet du dénouement, je trouve.
En somme, cette très bonne idée mériterait un traitement plus « sérieux » au niveau du ton, et d'être abordée sous un autre angle pour qu'on ne devine pas trop la logique un peu mathématique du concept. Qui est par ailleurs très bien trouvé.
avatar
Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 1857
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 44
Localisation : Dammarie-lès-lys

https://cancereugene.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Murphy Myers le Mer 11 Jan 2017 - 22:17

Merci Cancereugène.

Totalement d'accord, je n'ai pas tenté la carte du mystère sur ce coup, ce qui gâche une bonne partie du récit.

Pour l'intro, j'hésite. J'aime assez cette façon d'entrer dans le sujet. D'autant plus que j'avais cette scène en tête et que j'ai quasiment tout inventé à partir de là ensuite. Mais d'un autre côté, tu as raison, toute la recherche en perd de son intérêt, on sait déjà qu'il va le trouver, son cercueil.

En revanche, ne pas révéler toutes les règles de Somore aux lecteurs, et chercher quelques petits retournements de situation (en plus de la fin alternative qui prend forme peu à peu dans ma tête, grâce à tous vos commentaires) serait clairement bien venu.

J'ai autant hâte que je crains de reprendre ce texte du coup. Cette première version donnait le ton et le contexte, on va dire. Maintenant, je vais devoir bosser le moindre détail et rendre le tout plus percutant et surprenant.


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Tak le Jeu 26 Jan 2017 - 8:43

Comme d'hab', je commence par les derniers textes lus/commentés pour revenir aux plus récents. Ça commence donc avec toi, mon bon vieux Murphy (tu flippes ta race hein, allez avoues !).

Ben pour mon premier texte du concours, ça commence de fort belle manière.
J'ai beaucoup aimé l'idée de ce cimetière alternatif, uniquement accessible en rêve. L'idée est non seulement excellente, mais permet de raccrocher à la fois à la thématique du concours et au coté surnaturel avec une plus-value bien lugubre : j'adore ! D'ailleurs, certaines de ces idées me rappellent les bribes d'esquisses que j'avais mises de coté pour ce concours - les grands esprits se rencontrent toujours, je sais Wink
Bref, de ce coté, très bon.
Niveau style ça se lit toujours très bien, tu n'en fais pas des caisses et les coquilles sont peu nombreuses. Contrairement à mes camarades, je n'ai rien à dire sur la fixette du personnage par rapport à la date précise de sa mort. Au contraire, se sachant condamné et ne prenant plus goût à rien, il devient presque logique qu'il devienne obsédé par le fait de connaître le moment exact de celle-ci. Quand plus rien n'a de sens dans la vie, il faut bien se raccrocher à quelque chose, même s'il s'agit de sa propre mort. Quand, où, comment ? (mais quand, surtout). J'ai bien compris les motivations du personnage et à partir du moment où il apprend l'existence d'une façon de lever le voile sur ce mystère qui lui pourrit ses derniers moments, il est bien normal qu'il en fasse une priorité. Du moins, dans son état d'esprit à lui.
Juste dommage que tu restes aussi évasif sur les fameuses légendes, moi qui suis particulièrement friand de folklores en tous genres, j'aurais aimé en apprendre plus. Le type aurait pu faire des recherches plus poussées et éclairer un peu les zones d'ombres. Au demeurant ça ne m'a pas plus dérangé que ça, mais ça aurait pu donner une puissance fantastique plus poussée à ton propos...
Peut-être aurais-tu pu décrire un peu plus également les scènes se déroulant dans ce royaume, avec peut-être un peu plus de descriptions, pour renforcer le coté glauque.

Après, j'ai peut-être juste trouvé que ça manquait un poil de nerf dans la dernière partie et la toute fin m'a semblé un peu maladroite. Peut-être aurais-tu pu la tourner d'une façon un brin plus "horrifique" ou "terrifiante" (une grimace particulièrement affreuse sur le visage du rêveur/mort, un bruit de chute, une apparition, je sais pas).
Pour moi, si le texte est globalement de très bonne tenue, il manque juste cette petite touche finale qui aurait pu le propulser vers l'excellence.

Néanmoins, joli travail et encore une fois, très bon concept, que tu as su bien exploiter.
Lu et approuvé !


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 2983
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Murphy Myers le Jeu 26 Jan 2017 - 12:22

Merci Tak !
Content que ça t'ai plu. Et curieux de voir ce que ton texte aurait donné (le concours est fini mais il irait très bien en section "Récits d'horreur" je suis sûr Smile ).

Plus d'explications sur cette légende, je sais pas. Je trouve déjà qu'il y a pas mal de règles clairement définies ; lever les rares zones d'ombre restantes risquerait de casser l'ambiance déjà assez faiblarde. Mais à réfléchir.

Accentuer l'angoisse (si possible) en cours de texte, c'est ce que j'espère faire. Sur la dernière scène par contre, je pense pas changer grand-chose (à part virer la dernière phrase). Je trouve cette dernière scène plutôt "réussie" dans son genre, je voudrais pas casser le truc en "forçant" de l'horreur dedans.
Mais dans tous les passages avec les Inhumants, je vais m'amuser par contre Twisted Evil .


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Tak le Ven 27 Jan 2017 - 9:01

Pas forcément renforcer l'horreur à la fin, mais la toute dernière phrase m'a laissé un peu sur ma fin... je ne l'ai pas vraiment trouvé en adéquation avec le style du texte. Mais bon, ce n'est qu'un ressenti perso.

Par contre oui, si tu veux en rajouter du coté des Inhumants (surtout qu'on ne les voit pas beaucoup en fait, mais leur présence est assez magnétique et réussie dans leur genre), tu peux y aller, je pense que t'as matière à faire des choses sympa. Dans tous les cas, je reste sur ma bonne impression concernant ce texte, qui revisite joliment un thème pas si évident que ça, au final - sans tombé dans le cliché du moins.


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 2983
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Murphy Myers le Sam 25 Fév 2017 - 21:44

Désolé de ma présence toute relative en ce moment.  Embarassed  Plus une minute à moi et tellement de projets lancés en parallèle. Je pensais avoir trouvé un bon rythme, mais c'est en fait un ajustement continu.

J'ai malgré tout réussi à faire une nouvelle fin à Somorre (après 2 mois de lutte, pour finalement seulement 4 pages modifiées en tout...).

Quelques passages en début-milieu ont été changés/ajoutés, mais rien de bien important pour l'histoire et c'est particulièrement sur la fin que j'aimerais des avis. Je compte envoyer ça à un AT d'Otherlands et je suis pas sûr qu'elle soit bien claire ou même raccord avec le style du reste du texte.

Je vous la met en spoiler, je pense que ça sera plus motivant de de vous imposer les 11 pages complètes (sachant que vous avez déjà lu la plus grande partie dans la version précédente). Je laisse juste la scène finale avec Sarah après, elle a quasiment pas été modifiée, mais c'est pour mieux situer la "chute".

Pour rappel, Somorre est un lieu parallèle, un cimetière mondial, où dorment nos fantômes. Ils rêvent notre réalité, quand on meurt, c'est que notre fantôme s'est réveillé. On peut aller à Somorre en rêve que 5 jours par an, les 5 jours qui précèdent notre anniversaire (avant c'était 7, mais j'ai voulu raccourcir la durée pour plusieurs raisons). Et la date de notre mort est gravée sur le front de notre fantôme, dans son cercueil.
Enfin, les Inhumants gardent les lieux et font en sorte que tout reste en ordre.


Spoiler:
C’est là, c’est sa tombe, il le sent.
Aucun Inhumant autour. La brume est distante. Parfait. Il doit faire vite. Ils peuvent surgir n’importe quand.
Il a fini de creuser quand la sépulture voisine s’anime. Deux fantômes échangent leur place. Jamais ça n’est arrivé si près de lui…
Paul soupire de soulagement. Craignait un instant qu’un tremblement si fort annonce l’arrivée des Inhumants.
Dans un grognement, il recommence à tirer sur la poignée, sent le couvercle qui part avec lui. Tombe presque en arrière.
Et là, il le voit enfin !  
Dans le cercueil, repose un autre Paul.
Il se penche vers le fantôme endormi. Pas de geste brusque, surtout. Mais se hâter quand même. La brume s’anime et approche. Des bras le cherchent.  
Le front du fantôme est couvert de terre. Paul l’essuie légèrement.
Les premiers chiffres apparaissent. Un 24.
Non, rugit le brouillard. Des mains tordues en sortent, descendent vers la tombe.
Paul continue. Un 07.
Non !
L’écho fait trembler l’air. Somorre entier semble frémir.
En voyant le dernier nombre, Paul se fige sur place. Oublie tout. Ce monde cimetière, toutes ces sépultures, et les Inhumants qui arrivent pour lui.
Un 46…
Les mains spectrales se retirent, la brume vacille légèrement.
Le 24-07-46… La date de son anniversaire. Dans trente ans !
Comment ? Un rictus fend ses lèvres. Trente ans ! Lui qui devrait déjà être mort selon les médecins. Il va donc vaincre la maladie ? S’en sortir ?
Trente ans peuvent paraître éphémères. Mais pour un mort en sursis, c’est indéfinissable.
Paul se hisse hors de sa tombe, se laisse tomber sur le côté. Un fou rire lui déchire les entrailles. Les nerfs se relâchent, la fatigue se rappelle à lui. Et il s’en fout. Il va vivre. Il verra Sarah au collège, au lycée, et même à l’université. Elle deviendra une femme. Et lui, grand-père, peut-être ?
Il reprendra sa fameuse liste de mort, en cochera toutes les cases. C’est une nouvelle vie qui l’attend.
Il se redresse, paisible. Lance un regard à la ronde.
La brume danse toujours autour de lui, cache le paysage après quelques mètres. Dommage, il aurait bien aimé regarder Somorre une dernière fois. À son réveil, son anniversaire sera passé. Il n’aura plus accès à ces lieux avant un an. Peut-être pourra-t-il alors faire de nouvelles recherches ? Percer les secrets de la mort. D’où viennent les fantômes « remplaçants » qui entrent dans les tombes ? Où vont ceux qui doivent en sortir après leur réveil ? Paul n’avait pas le temps pour ces questions jusque-là. Tout est différent à présent.
Mais il ne pourra pas commencer ce soir. Minuit approche. Dans moins d’une minute ou deux, Somorre lui deviendra inaccessible.
L’homme s’apprête à quitter les lieux quand des mains froides agrippent ses épaules.
Il bascule en arrière, se débat comme il peut contre les Inhumants. En vain. Les mains enracinées le maintiennent à terre. Pourquoi ?
Il voit alors son fantôme se soulever de son tombeau, se redresser sur ses pieds. Comme Stéphanie quand elle s’est réveillée. C’est impossible ! Comment ?
Le fantôme aux yeux clos pâlit à vue d’œil. Ses ongles s’allongent, ses doigts se disloquent. La peau de son visage se ride, se fissure.
Paul lance un regard vers les Inhumants qui l’emprisonnent. Des créatures blanches, à la peau d’écorce, deux fentes sanglantes pour seul regard.
Quand il se tourne vers son fantôme à nouveau, ce dernier tient plus de l’arbre abimé que de l’humain. Les paupières ont fusionné sous une écorce blanche, le nez s’est estompé.
« On pourrait accéder au monde de Somorre dans notre sommeil, chaque année, les cinq jours qui précèdent notre anniversaire. »
Que se passe-t-il donc quand on reste à Somorre au-delà de sa date d’anniversaire ? Paul craint de le comprendre…
Il a dépassé minuit…
Deux griffures écarlates tailladent le visage de son spectre. Des larmes rouges glissent lentement des fentes. Le fantôme de Paul vient d’ouvrir ses nouveaux yeux…


Sarah se souviendrait toujours de ce dimanche 24 juillet 2016.
On lui avait permis de veiller tard la veille et de jouer avec ses cousins. Elle avait même pu amener ses nouveaux rollers ! Les précédents, reçus à Noël, avaient cassé deux semaines plus tôt.
Elle était si surexcitée qu’elle se leva avant le soleil. Maman l’avait devancé et rangeait déjà la cuisine de mamie.
Sans se faire remarquer, Sarah remonta à l’étage. Papa dormait dans sa chambre d’enfant. Si quelqu’un l’avait vu, on aurait sûrement empêché Sarah d’entrer. On ne la laissait plus réveiller papa depuis des mois. Ou alors seulement une fois par-ci par-là.
Ce matin, il était bien plus blanc que d’habitude. Sarah ne comprenait pas pourquoi il paraissait si faible dernièrement. On lui avait parlé d’un possible départ, de cellules méchantes. Elle n’avait pas tout compris. Ou plutôt refusait de comprendre.
— Papa ! Papa ! Tu vas pouvoir profiter de tes cadeaux, lève-toi !
Mais papa ne répondait pas.
— Allez ! Ils peuvent pas être si nuls, tes cadeaux ! Si tu veux, tu peux avoir mes rollers.
Elle tira sur son bras. Froid.
Sarah perdit soudain toute excitation. Et puis, son sourire aussi.
Mais refusa de comprendre quand même.
— D’accord.
Sa voix ne produisait presque plus de son.
Elle se coucha à côté de papa. S’il ne voulait pas bouger, alors ils ne bougeraient pas.
Plus jamais.
Quelques éternités plus tard, maman arriva dans la pièce et se retint de hurler.
Força Sarah à quitter le lit, et la chambre. C’était injuste. Elle savait que si elle sortait de là, elle ne reverrait plus jamais papa.
D’autres éternités plus tard, des messieurs en bleu emmenaient papa dans un sac noir. Comme si c’était des restes de repas qu’on jetait le soir.
— Crise cardiaque, expliqua l’un d’eux à maman. Vraisemblablement dans son sommeil. Il n’a rien senti.
Et il ne sentirait plus jamais rien.

FIN


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Tak le Dim 26 Fév 2017 - 13:42

Salut, Murphy !
Bien sympa cette nouvelle fin. On t'avais suggéré d'en lâcher plus sur ton univers et c'est ce que tu as fait, de bien jolie manière.
Spoiler:
Le passage où le fantôme de Paul se transforme en Inhumant est particulièrement réussi et lève un peu le voile sur une partie du mystère. Mais sans en révéler trop non plus, c'est bien tu en gardes encore sous le coude Wink
Deux-trois détails de formulation sinon, pas grand-chose, mais par exemple quand je lis une phrase comme : "Paul craint de le comprendre… ", je trouverais plus naturel quelque chose du genre "Paul redoute de l'avoir compris", je trouve ça plus joli et plus fluide à l'oreille. Après, je suis pas non plus un as en la matière, mais j'ai trouvé quelques petites broutilles de cet ordre, qui pourraient donner un style encore plus net et précis à l'ensemble, en les rectifiant (oui, oui, je sais, la poutre et la paille...ahem).

Mais pour en revenir au sujet et juger juste de cette nouvelle fin, je la trouve très sympa et elle ouvre tout un nouveau pan de ta mythologie. Tu as donc bien fait de la retravailler, pense-je.
Et à la relecture, la toute fin est bien trouvé aussi, bien dans le ton du reste.


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.
avatar
Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 2983
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 35
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Jack-the-rimeur le Dim 26 Fév 2017 - 17:44

Cette nouvelle fin me paraît meilleure aussi. Elle est moins attendue et apporte une touche d'humour macabre qui me plaît bien.
En outre, je trouve qu'elle donne un peu plus d'épaisseur aux Gardiens dont le rôle finalement est moins de protéger le cimetière que d'effrayer les visiteurs humains pour les protéger de leur propre curiosité.
Je ne sais pas si je suis très clair.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2218
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Perroccina le Dim 26 Fév 2017 - 18:27

Je n'avais pas bien compris ce que devenait le double de Paul, j'ai lu le spoiler. Du coup je trouve ça super, cela donne des perspectives et ouvre la chte de ton histoire. En revanche, le retour au réel avec la gamine tel quel est un peu fade, là aussi il y a quelque chose à travailler. Elle pourrait percevoir quelque chose de ce qui est advenu à son père.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2822
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 52
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Murphy Myers le Dim 26 Fév 2017 - 21:25

Merci à vous 3 !
Content que ce remaniement de fin plaise globalement mieux que l'ancienne version.

Je vais voir quelques modif' de phrases et j'envoie.
Ca me vaudra peut-être un refus, mais je veux finir sur la dernière scène tel quel (dans son idée je veux dire), juste me concentrer sur les réactions de la fille, ne pas y ajouter un fait surnaturel ou horrifique (c'est bien la première fois que ça m'arrive Laughing ). Mais je vais remodeler la forme et les phrases pour tenter de rendre ça plus accrocheur.

Ça me parait clair, Jack. Smile J'avais pas réfléchi à ça, mais même si j'ai tenté de les utiliser à des fins horrifiques, c'est vrai que depuis le début, je vois les Inhumants comme des êtres "bienveillants" en fait, qui veillent (à leur façon...) sur les rêveurs et sur les gens qui s'aventurent dans le coin.

Par contre, je suis pas sûr que la fin soit bien claire. Je pensais à un simple mot de plus pour clarifier ça au besoin :
Spoiler:
Deux griffures écarlates tailladent le visage de son spectre. Des larmes rouges glissent lentement des fentes. Le fantôme de Paul vient d’ouvrir ses nouveaux yeux d'Inhumant
Ce dernier mot pourrait clarifier le truc sans paraître trop insistant, vous pensez ?


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Perroccina le Dim 26 Fév 2017 - 22:39

Murphy Myers a écrit:

Par contre, je suis pas sûr que la fin soit bien claire. Je pensais à un simple mot de plus pour clarifier ça au besoin :
Spoiler:
Deux griffures écarlates tailladent le visage de son spectre. Des larmes rouges glissent lentement des fentes. Le fantôme de Paul vient d’ouvrir ses nouveaux yeux d'Inhumant
Ce dernier mot pourrait clarifier le truc sans paraître trop insistant, vous pensez ?

Ça me parait bien pour les les gens distraits comme moi.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2822
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 52
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Murphy Myers le Jeu 24 Aoû 2017 - 11:24

Je viens juste de me rappeler que j'ai toujours pas retiré le texte depuis son acceptation chez Otherlands. :facepalm:

Même si ce n'est pas la même version, je retire le texte ce soir (au cas où ça peut en intéresser certains de le choper d'ici là Smile ).


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3065
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 25

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rêveurs de Somorre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum