Le dieu des peurs

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Raven le Sam 12 Nov 2016 - 12:51

Je l'ai lu et je suis un peu mitigée. En fait, le début est génial : tu nous happes en deux lignes ! Sa décision de ne pas faire les choses à moitié (quitte à devenir fou, faisons-le bien) et le personnage de Claire sont deux trucs super bien introduits. J'adore ses réflexions sur Claire (je sais ce qu'elle pense puisqu'elle est issue de mon cerveau, du coup elle sait ce que je pense, et je sais ce que... etc. : juste génial, j'adore). C'est à la fois drôle et tellement logique dans la folie.

Pareil, tu continues fort avec ces dessins qui s'empilent, ces oublis flippants. Certains passages m'ont un peu perdue : la nuit au marais arrive sans crier gare, j'ai cru que j'avais sauté une page. C'est déstabilisant mais finalement ça aide à se plonger dans le perso et ses angoisses : on arrive là comme lui, sans savoir comment.
Avec ces histoires de dieu, cette forêt, ça m'a rappelé les bacchanales et les passages hallucinés du Maître des illusions (celui de D. Tartt). Je me suis demandé à quoi il carburait (ecsta/LSD?)

Puis, après, le soufflé retombe un peu. C'est plein de détails angoissants et troublants (le téléphone, par ex.), mais je ne sais pas, j'ai un peu décroché. Le côté Bloody Mary, aussi, avec cette histoire d'invocation en prononçant trois fois son nom, un peu trop vu ou un peu trop simple.

J'aurais aimé, je pense, découvrir que Claire est sa sœur, que c'est lui qui l'a tuée, ou je ne sais trop quoi.

Et la fin, je crois que je n'ai pas compris, pas assez tranchée pour que je me fasse une idée, ça m'a laissée dans l'expectative, ce mélange de forêt et d'asile.

Désolée, le problème ici est que le début est excellent mais la fin moins travaillée, du coup l'impression finale est négative et estompe mon enthousiasme du début. J'ai aussi une impression de moins relu par rapport à ce que tu nous sers habituellement : des tournures de phrases qui pourraient être améliorées et pas mal de répétitions ("comme", "vraiment", "chose" ou "quelque chose", "alors") qui alourdissent et m'ont donné une impression de tourner en rond.


Quiconque lit la présente ligne sait que je ne suis pas réellement un corbeau dans la vraie vie. Hein, vous le saviez quand même ?

Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 40
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Murphy Myers le Sam 12 Nov 2016 - 13:11

Merci Raven !

En fait, je suis totalement de ton avis. Il faudrait que je trouve quelques nouvelles idées horrifiques, voire un nouveau dénouement en remplaçant les 3 dernières pages environ, pour empêcher la chute du soufflé.

Pour la fin, j'espérais justement avoir tranché avec le nouvel ajout.
On passe à la 3e personne, donc on n'est plus dans le point de vue du personnage, on voit les choses objectivement. Et on voit un tas d'âmes perdues qui errent dans un monde à part et qui ne réalisent pas qu'elles rêvent, qu'elles sont en plein sommeil.
(Donc tout ce qu'on a lu jusque-là, à part la scène du marais, c'était juste un rêve ; le mec a fait son pacte, a rejoint les rangs du dieu dans "l'au-delà", et il croit encore, dans ses rêves, qu'il peut échapper à ça, d'où l'étrangeté de son quotidien, Claire (= sorte de lapin blanc qui le guide à son insu), les "hallu", les oublis, etc).
J'ai clairement mal expliqué le bordel, sinon il n'y aurait plus eu de doute sur la fin (et même là, je remarque que j'arrive pas à l'expliquer simplement d'ailleurs).

Le mieux serait peut-être de réserver ce genre de "chute" pour un autre texte, ou de l'amener autrement. Et se recentrer sur Claire dans cette histoire, sur le mystère qu'elle représente et sa menace grandissante.

J'avais pas remarqué tous ces tics d'écriture, va falloir que je les dégage aussi.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2649
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Raven le Sam 12 Nov 2016 - 13:18

Bah, on a tous des tics d'écriture, je remarque facilement certains (comme, par ex.) parce que ce sont aussi les miens et que je les traque par réflexe.

C'est clair que le perso de Claire peut encore prendre de l'ampleur, ça ne ferait que bonifier l'ensemble.


Quiconque lit la présente ligne sait que je ne suis pas réellement un corbeau dans la vraie vie. Hein, vous le saviez quand même ?

Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 40
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Cancereugène le Dim 13 Nov 2016 - 12:08

J'ai lu la première version en étant plutôt content de ma lecture.
Honnêtement, le texte me paraît tout aussi abouti que certaines parutions en anthologies.
Le problème, c'est qu'après un début vraiment fracassant et haut en tension dramatique, le revirement de l'histoire fait chuter le niveau global, et on termine le texte en se disant, ouais, c'est bien trouvé (mais...)
Juste un léger bémol de fin qui peut saper l'opinion générale.
Pour moi, toutefois, le texte est vraiment d'un bon niveau. Tu entraînes ton lecteur, tu lui montre la voix sans trop l'abreuver d'indices. C'est flou tout en conservant une direction. Bien sûr, à trop vouloir accumuler les virages sur la fin, tu perds un peu d'efficacité, mais c'est vraiment bien.
A ce propos, la partie en italique dans la V2 me paraît totalement inutile, et contribue encore à amplifier la (très) légère déception du final.

Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 1405
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 43
Localisation : Paris

http://lamorcestbien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Murphy Myers le Dim 13 Nov 2016 - 12:25

Merci Cancer.

Ton avis sur la fin rejoint assez d'autres commentaires. A partir de la scène du téléphone, je pense, le niveau de l'histoire devient faible.
Promis, dès que je déniche enfin une idée potable, je l'inclus en tant que nouvelle fin.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2649
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Amaranth le Mer 16 Nov 2016 - 16:58

J'ai beaucoup aimé, Murphy ! En fait, le flou, les transitions parfois un peu brutales, certaines comparaisons (ou autres propositions stylistiques) un peu étranges participent à mettre dans l'ambiance, dans la folie du personnage (et ça esse bien notamment parce que c'est à la première personne). J'adore les textes qui flirtent sur la limite entre folie et fantastique (probablement parce que c'est ainsi que je me figure le fantastique : je me suis déjà demandée comment je réagirais si du fantastique venait s'insérer dans ma vie, et je sais que je ne pourrais jamais m'enlever la crainte de devenir folle, donc j'ai tendance à lier un peu folie et fantastique), et ce n'est pas facile à réaliser je trouve. Tu le fais très bien. Comme l'a dit Eimelle, ton texte véhicule très bien l'angoisse et fonctionne avec des images, des scènes assez fortes et bien trouvées.
Pour la fin, j'ai eu peur quand tu as commencé avec l'hôpital que l'ambiguïté soit levée et que ça se centre sur la folie, mais au final, non, on peut toujours l'interpréter dans ce sens donc j'ai bien aimé (notamment la phrase : vous avez été Claire, Dieu des peurs, qui est excellente). Mais je comprends ce que tu veux dire quand tu parles de fin un peu banale (j'avais utilisée une similaire avec Déli(v)re, fin qui n'avait pas convaincu tout le monde Razz ). Le passage en italique rajouté : j'aime bien l'idée (ça donne une mise en abîme encore plus grande, où la réalité est en fait fantasme) mais le passage est peut-être amené un peu trop brutalement, il tranche un peu trop je trouve (avec un descriptif assez "froid", extérieur, à la troisième personne, alors qu'on était à fond dans le personnage juste avant).
Sinon, quelques petites remarques pour la forme :

"affine les doigts en pates d’araignées." (p.1)
pattes

"Le visage osseux à émincer encore un peu." (p.1)
émincer, ça m'a fait penser à des tranches de poulet, donc l'image évoquée n'était pas forcément celle visée. Laughing

"Le torse, squelette, chaire et brume selon l’endroit, à flouter davantage." (p.1)
Chair et non pas chaire.

"J’en ai presque envie de vomir, tout tourne autour." (p.3)
J'enlèverais le "autour" (ou alors rajouter autour de quoi ça tourne, mais comme ça, ça me donnait l'impression qu'il manquait un truc).

"J’avoue que j’étais pris par le documentaire, j’ai pas fait attention..." (p.3)
C'est Claire qui parle donc ce serait plutôt "j'étais prise"

"Parmi les chuchoteurs perdus, le plus récent frisonne." (tout à la fin)
frissonne ?

Voilà, comme dit sinon j'ai beaucoup aimé, avec une ambiance vraiment bien posée, et prenante. Et l'idée me plait vraiment (le mélange avec le Dieu, le deuil, l'oubli, la folie, et Claire, ça donne un truc vraiment pas mal).


Je questionne souvent ma santé mentale.
Des fois, elle me répond.

Amaranth
Book'trotteuse de l'extrême — Reflet dans un œil gore —
Book'trotteuse de l'extrême — Reflet dans un œil gore —

Messages : 1503
Date d'inscription : 07/03/2012
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Murphy Myers le Mer 16 Nov 2016 - 19:19

Merci Amaranth.

Au moins, malgré la baisse de rythme en cours de route, tout n'est pas perdu. Je tenterais quand même d'arranger ça quand j'aurais le temps et l'inspiration.

Je pense comme toi pour le nouvel épilogue. Finalement, c'est la voie de la facilité et ça casse tout le concept (en utilisant la 3e personne).

Amaranth a écrit:"Le visage osseux à émincer encore un peu." (p.1)
émincer, ça m'a fait penser à des tranches de poulet, donc l'image évoquée n'était pas forcément celle visée. Laughing
Oui en fait, ça c'est la chute que personne n'a remarqué : en fait, le dieu des peurs s'appelle Maïté et il fait des émissions culinaires à la télé.

Je vais corriger tout ça. Dire que ça fait un an et que j'avais jamais remarqué ces fautes. :facepalm:

Content que le jeu de mot final (Vous êtes très Claire, dieu des peurs) t'ait plu ! A l'époque, je tenais absolument à finir comme ça parce que je voulais caser cette phrase. Avec le recul, je me dis que j'aurais peut-être dû me défaire de cette phrase pour me permettre de finir sur une toute autre scène un peu plus originale.

Encore merci en tout cas.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2649
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le dieu des peurs

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum