Fadoulah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fadoulah

Message par Tak le Sam 10 Sep 2016 - 2:26

Ben voilà..
Après un long silence radio je vous propose un de mes derniers textes, celui-ci refusé pour l'AT Blitzkrieg d'Otherlands. Il y a sûrement pas mal de coquilles (mais où est passé mon relecteur, bordel ?) et peut-être la conclusion manque-t-elle d'un peu "d'allant", selon les critères attendus. Je ne sais pas. Je l'ai écrit dans la même volée que "La Cité d'Opale", peu après tout du moins, en essayant de rester dans les marges des consignes, mais sous un aspect légèrement différent. Plus fantastique, moins dans l'imaginaire fantasy. Je sais pas si c'est très probant...

A vous de me dire. 13 pages en pdf, désolé d'avance si c'est trop long :
http://www.fichier-pdf.fr/2016/09/10/fadoulah/


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.

Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 34
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par  le Sam 10 Sep 2016 - 18:57

Je la lis demain, promis !
Là, je ne peux pas, désolé. Un démon intérieur m'oblige à glander.


Avoir encore raison est dangereux pour l'humilité. A consommer avec modération.

— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1141
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 33
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Tak le Dim 11 Sep 2016 - 8:15

K² a écrit:Là, je ne peux pas, désolé. Un démon intérieur m'oblige à glander.

Laughing Laughing

Ça c'était l'histoire de ma vie y'a 10 ans. Mais pas de soucis, je comprends très bien cet impératif Wink


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.

Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 34
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Cancereugène le Dim 11 Sep 2016 - 12:33

C'est vrai qu'il reste pas mal de coquilles, de répétitions, et de phrases trop longues.
Pour le fond de l'histoire, c'est pas mal, les images de Predator me sont souvent revenues en tête. J'ai vraiment eu l'impression d'être dans un film américain en pleine guerre du Vietnam et non pas dans la seconde guerre mondiale. J'ai apprécié le rythme du début, jusqu'à la page 8, sa violence, son horreur. Ton histoire est classique, ce n'est pas un mal à mes yeux, mais pour un anthologiste, je ne sais pas.
Ton dénouement s'allonge un peu trop longtemps pour avoir de l'impact. Car ton histoire, en fin de compte, est terminée dès la page 8 ou 9. C'est un peu dommage, mais j'avoue que j'aurais du mal à te conseiller pour l'écourter sans lui ôter de sa substance (car il y en a !)


Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 1405
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 43
Localisation : Paris

http://lamorcestbien.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Tak le Dim 11 Sep 2016 - 17:27

Merci pour ta lecture, Cancer.
Je vois ce que tu veux dire, pour la conclusion qui s'étire un peu en longueur (même si ce n'était pas du tout voulu). J'avais une idée assez claire de ce qui devait se dérouler dans la dernière partie, mais peut-être aurais-je pu mieux faire le raccordement entre la la 1e partie et celle-ci. Ou alors raboter la conclusion. Mais encore une fois, c'est un point dont je n'avais même pas idée et qui ne me serait jamais apparu sans votre œil aiguisé.

Et ta remarque sur Predator me touche, car même si ce n'était pas volontaire, ce film fait partie de mes références fétiches. Me reste plus qu'à refaire la chasse aux coquilles et répétitions en tous genres pour que ça commence à ressembler à quelque chose...
Et effectivement c'est très classique, voilà peut-être l'une des plus grosses limites de ce texte (sur lequel je n'avais pas d'ambitions particulières non plus).

Je prends en tous cas bonne note de tes conseils Cancer, thanks again Wink


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.

Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 34
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par  le Mar 13 Sep 2016 - 22:38

ça y est, j'ai lu !

Bon, j'avais pris des notes au fil de ma lecture, mais la fin de ton texte vient les perturber, et je ne sais pas trop comment tirer de mes impressions quelque chose de constructif.

Pour moi, ce qui coince, c'est cette fin qui n'en est pas une, et qui s'étire un peu. En fait, c'est surtout qu'elle ne forme pas un ensemble homogène avec la première partie. Au début, tu as la bête, et ensuite, l'horreur de la guerre. Ton histoire aurait peut-être gagné à entremêler les deux. Les horreurs de la malédiction réveillant les souvenirs des charniers du front, etc.
Ensuite,  je trouve que les coïncidences (on a un troufion italien qui cause couramment anglais, et qui retrouve son ancien ennemi, clairement identifié, en position de faiblesse) et la morale (chacun paie ses crimes) sont un peu trop à mon goût.
Le problème de la langue peut se résoudre assez facilement, en limitant les dialogues intelligibles. Le terme malédiction existe en anglais (malediction) et évoque aussi une apparition spectrale. Sa traduction italienne est maledizione, dans le contexte, ça peut être compris facilement. (les kenyans parlans anglais, ça me choque pas, c'est la langue des colons).

La scène du second village n'apporte pas grand-chose, en dehors de l'angliche, qui au final aurait pu être retrouvé n'importe où dans le désert. En éludant ce passage, il serait peut-être possible de gagner en rythme. Son exécution peut rester, sans revêtir la robe de justice, après-tout, ça reste la guerre (et la vengeance rôde).

Sinon, j'ai trouvé que la mort de Tutti aurait pu apporter plus de disculpation à Rinato, et que son ostracisme était un peu trop subit. Montrer la méfiance des frères d'armes, tout en faisant monter l'angoisse de la mort qui plane, ainsi que l'impuissance du héros à convaincre ses camarades, me semble une piste intéressante.

Je suis désolé si je me montre un peu trop critique, mais je pense que tu as matière à faire un très bon texte.

Et si tu as besoin d'une relecture, n'hésite pas à me solliciter à l'occasion !


Avoir encore raison est dangereux pour l'humilité. A consommer avec modération.

— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus
— Kmarade Carré — Rassembleur de points perdus

Messages : 1141
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 33
Localisation : Montarroi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Raven le Ven 16 Sep 2016 - 18:53

J'ai tout bien lu. Bon, tu connais mes réticences pour tout ce qui touche à la guerre, comme dirait un certain Schtroumpf, moi j'aime pas la guerre.
J'avoue que je ne sais pas trop quoi dire à part que j'ai bien aimé l'ambiance. À ce niveau-là, c'est très vivant, j'avais plein d'images en tête et c'est assez rare quand je lis pour mériter d'être souligné (la scène où les deux mecs suivent le gars qui emmène la fillette, puis la fillette qu'on retrouve plus tard, avec les traces de larmes séchées, ça, par ex. j'ai adoré : tu as intégré pas mal de "petits trucs" qui donnent de la consistance à ton histoire et créent une vraie ambiance). Pour ce qui est de l'action, le début est entraînant, mais plusieurs trucs m'ont fait tiquer (par ex. le doyen qui commence à parler dans "un anglais approximatif" et juste après il te balance des phrases à rallonge). Bref, j'avoue avoir un peu décroché vers la fin. Je ne m'attarderai donc pas sur ce texte car j'ai envie de commenter l'autre (De l'autre côté) qui, lui, m'a carrément emballée ! Mais il est tard, je ferai ça demain.


Quiconque lit la présente ligne sait que je ne suis pas réellement un corbeau dans la vraie vie. Hein, vous le saviez quand même ?

Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 40
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Catherine Robert le Mer 21 Sep 2016 - 16:11

Moi, par contre, à part les quelques coquilles restantes, j'ai rien à redire sur ce texte. Je l'ai beaucoup apprécié. Classique ? Peut-être, mais ça ne m'a absolument pas gêné. La fin trop étirée ? Elle ne m'a pas ennuyée du tout.
Bref, moi, j'ai aimé.


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"

Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 7653
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 48
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Murphy Myers le Mar 25 Oct 2016 - 13:22

J'ai bien aimé, pour ma part.
Le rythme est rapide, ça se lit tout seul.

Après, j'ai moi aussi quelques réticences sur les histoires de guerre. Surtout quand il s'agit d'une créature vengeresse.
En fait, dans ce genre d'histoires à base de créature, la force réside souvent dans la terreur que provoque l'aspect de la créature, la menace qu'elle représente, etc. Sauf que dans le cas de récits de guerre, ça ne marche pas trop pour moi : la créature ne fait pas peur car ses victimes me sont généralement antipathiques. Ici, ça se retrouve dans les victimes qui méritaient ce sort, et un héros qui paradoxalement est trop "blanc", trop pur pour vraiment m'accrocher. Sauf sur la fin où son envie de vengeance soudaine l'humanise un peu ; il est finalement pas si parfait que ça vu qu'il cède à ses pulsions sans réfléchir plus que ça (après tout, il est dit nulle part que l'anglais est un gros sadique qui adore tuer, on peut aussi simplement y voir un soldat forcé qui fait ce qu'il faut pour survivre). De ce côté là, le perso principal me parait plus intéressant du coup, grâce à cette fin.
Mais comme je dis, c'est un ressenti que j'ai sur toute histoire de guerre où les personnages se retrouvent face à une créature d'un autre monde. A quelques exceptions près en tout cas.

Là du coup, je ne peux pas dire que le sort des personnages m'a vraiment intéressé globalement, et donc, que la créature a eu son effet sur moi. Mais dans ce cas précis, le texte est assez bien construit et fluide pour que ça ne me gène pas autant que sur d'autres histoires.
Une histoire classique donc, mais plaisante à lire quand même.

Et j'ai moi aussi pensé à Predator plusieurs fois. N'étant pas fan de ce film, je trouve même que Fadoulah surpasse Predator grâce à sa créature plus "mystérieuse" et le fait qu'aucun humain qu'elle vise ne semble pouvoir lui survivre.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2649
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par yann le Mar 8 Nov 2016 - 13:01

J'ai bien aimé le début, l'ambiance est bien rendue et la créature est intrigante.
Par contre, j'ai moins apprécié la fin avec cette sorte de prise de conscience.

yann
Éventreur titulaire
Éventreur titulaire

Messages : 404
Date d'inscription : 21/10/2013
Age : 37
Localisation : Vers Provins

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Tak le Jeu 17 Nov 2016 - 10:43

Merci à tous pour vos avis et commentaires sur ce texte.
Avec le recul, je me rends aussi que la fin et la prise de conscience de Rinato tombe un peu comme un cheveu dans la soupe froide. Peut-être ne devrais-je pas traiter cette partie sous l'angle de la justice, mais plutôt comme une vengeance froide.
Mais de toutes façons la fin de ce texte ne me plait pas beaucoup en l'état, donc ce sera forcément à retoucher. Je m'y collerais peut-être l'un de ces jours, histoire de me remettre dans le bain.

Thank you, guys !


"En vivant comme en mourant, nous alimentons le feu."
Clive Barker, Sacrements.

Tak
Mélomane des Ondes Noires
Disciple des Livres de Sang

Mélomane des Ondes Noires Disciple des Livres de Sang

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/12/2012
Age : 34
Localisation : Briançon, Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fadoulah

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum