Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Aller en bas

Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Blahom le Mar 22 Déc 2015 - 23:18





Dernier roman d'Agapit, son quarante-troisième, et avant-dernier titre de la collection Angoisse, Le Dragon de Lumière clôt dignement une carrière entamée, sous divers pseudonymes, dès les années 20.
En effet, sous une couverture atypique d'un Gourdon que l'on a connu plus inspiré se cache une sorte de livre-somme reprenant pour notre plus grand plaisir l'essentiel des préoccupations et obsessions de l'auteur, à savoir l'absurdité de l'existence, la misanthropie et une indéniable misogynie.
Point de dragon monstrueux ici, le titre ayant un sens purement métaphorique et nous renvoyant à la notion de logique : « La logique, a dit quelqu'un, est « un dragon de lumière qui dévore les ténèbres » » (p.47).
Blaise Dumas s'ennuie. Lui et Odette forment pourtant un couple heureux et uni. Leur fils, Jean-Pierre est un adorable chenapan et la famille entretient des liens étroits avec Yvonne, la sœur d'Odette. Son mari Robert, journaliste passionné par les enquêtes criminelles jouera un rôle majeur dans l'histoire.
Ce qui plonge ce pauvre Blaise dans un ennui mortel, c'est sa profession de barman dans l'établissement de M. Mohl, un vieillard richissime. Six ans déjà que Blaise travaille pour cet homme et ses associés, seuls clients de ce bar où il ne se passe jamais rien. Un jour, Mohl le félicite pour sa persévérance : ses prédécesseurs avaient tous démissionné au bout de quelques semaines. L'octogénaire lui annonce une prochaine promotion : Blaise fera bientôt partie des associés de Mohl. À ce titre, il deviendra l'un de ses héritiers. Mais cette générosité suspecte ne cache-t-elle pas quelque chose ? Blaise n'aurait -il pas involontairement mis les doigts dans un « piège infernal » ?  Ne s'apprêterait-il pas à toucher « l'héritage du Diable » ? Et le cadre cossu et rassurant de ce bar ne dissimulerait-il pas une véritable « école des monstres » dirigée par une hideuse « bête immonde » ?
Peu de temps après, Blaise disparaît mystérieusement. Il ne réapparaîtra que six mois plus tard, ayant totalement perdu la notion du temps et persuadé d'être parti la veille.
Je laisse le lecteur découvrir la suite d'une intrigue empruntant aussi bien au roman-feuilleton qu'à la science-fiction, sans oublier une mystérieuse secte adoratrice de Mithra qui évoque autant les illuminés des Nuits secrètes de Paris de Guy Breton (1963) que les monstruosités de la famille de Manson. Les nostalgiques des feuilletons des années 60/70, et notamment des scénarios de Jacques Champreux (L'Homme sans visage), seront comblés eux aussi.
L'alternance des points de vue, procédé déjà utilisé dans La Guivre (1966), contribue à rendre l'ensemble prenant et varié : on passe ainsi du récit du barman à celui du journaliste, sans oublier Odette et le petit Jean-Pierre. Agapit a toujours excellé dans cette mise en avant d'un regard enfantin, que ce soit dans Greffe mortelle (1958), Monsieur Personne (1967) ou Le Miroir truqué (1973).
Tout cela en dit long sur la verdeur de Marc Agapit qui a réussi ce tour de force à soixante-seize ans passés. On ne peut que déplorer l'arrêt brutal de sa production littéraire ainsi que la disparition de cette collection dont il constituait l'un des plus illustres représentants.  Raison de plus pour lire et relire ses vénéneuses histoires dont plusieurs gagneraient à être rééditées !!!
Car, comme le faisait observer notre excellent Tobermory (qui a pourtant trouvé ce Dragon de lumière « rasoir » Sad ) dans une discussion consacrée à L'Appel de l'Abîme (1966) : « Agapit possède sans doute suffisamment de thèmes et d’obsessions récurrents pour qu’on puisse lui appliquer la «politique des auteurs » et trouver de l’intérêt à tous ses livres en les resituant dans l’ensemble. »


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1549
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Paladin le Mer 23 Déc 2015 - 11:12

J'avais commencé ce roman, et je l'ai laissé en plan au bout d'un ou deux chapitre... Je ne sais plus trop pourquoi, sans doute, comme souvent, que j'ai commencé un autre livre qui m'accrochait plus!

Mais j'espère encore écrire à 73 ans, si j'y arrive (Et même plus tard) surtout que Marc Agapit n'a commencé sa carrière, sous ce pseudo-là en tout cas, qu’après 60 ans!


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10817
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Blahom le Mer 23 Déc 2015 - 12:01

Le problème avec Agapit, c'est que les gens qui l'ont découvert avec des chefs-d'œuvre tels que Greffe mortelle ou La Bête immonde sont parfois déconcertés ou déçus par ses récits ultérieurs, en apparence moins sombres et stylistiquement plus relâchés, l'auteur semblant parfois être carrément en roue libre. De plus, ces récits tardifs donnent davantage dans la dérision et l'humour noir, notre homme prenant un malin plaisir à subvertir les conventions établies, démarche qu'il appliquait certes dès 1958 mais moins ouvertement.


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1549
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Paladin le Mer 23 Déc 2015 - 14:30

Il y a pas mal d'humour noir dans Greffe mortelle et La Bête immonde, mais ils ont aussi une ambiance sombre et étouffante qu'on en retrouve plus beaucoup après.


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un?

Lewis Carroll


avatar
Paladin
— Compagnon de Dionysos — Disciple de Jean Rollin
 — Compagnon de Dionysos —  Disciple de Jean Rollin

Messages : 10817
Date d'inscription : 22/10/2011
Age : 60
Localisation : Marseille

http://paladin95.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Géraldine BM le Mer 23 Déc 2015 - 17:05

Paladin a écrit:
Mais j'espère encore écrire à 73 ans, si j'y arrive (Et même plus tard) surtout que Marc Agapit n'a commencé sa carrière, sous ce pseudo-là en tout cas, qu’après 60 ans!

C'est vrai que ça laisse encore du temps pour progresser et créer. Un des bons côtés de l'écriture.
avatar
Géraldine BM
Éventreur titulaire
Éventreur titulaire

Messages : 491
Date d'inscription : 21/06/2015
Age : 52
Localisation : DINAN

https://despointssurlesi.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Blahom le Mer 23 Déc 2015 - 20:05

Oui, il suffit de regarder Jean Bruno Wladimir François de Paule Lefèvre d'Ormesson. :mrgreen:


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1549
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Tobermory le Sam 6 Fév 2016 - 10:09

Blahom, désolé pour le retard à répondre - j'ai un peu décroché de l’Écritoire ces derniers temps. Ton commentaire étoffé sur "Le dragon de lumière" me donne envie de ressortir ce volume des limbes de ma bibliothèque.J’aime la SF, j'aime le feuilleton ( Jean de la Hire, Champreux etc) et bien sûr j'aime les thèmes de prédilection d'Agapit. Comme paladin, j'ai dû lire un ou deux chapitres qui ne m'ont pas vraiment accroché et j'ai abandonné. Sans doute avais-je un préjugé défavorable au départ, en grande partie à cause de la couverture, effectivement très atypique de Gourdon et qui m'a fait imaginer quelque platitude du genre "Donjons et dragons". D'après ton commentaire, ce n'est pas du tout le cas.
avatar
Tobermory
Bourreau intérimaire
Bourreau intérimaire

Messages : 193
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 67
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Blahom le Sam 6 Fév 2016 - 11:24

Ne t'excuse surtout pas. Il n'y a pas de mal à prendre un peu de recul de temps en temps. J'ai moi-même été un écritoirien fantôme ces quinze derniers jours...
Pour en revenir à ce roman, il est clair que la couverture ne fait pas envie...


Pray for Rosemary's baby...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1549
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 51
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marc Agapit : Le Dragon de lumière (1974)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum