Contes roses : Amour et volupté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contes roses : Amour et volupté

Message par Eimelle le Mer 5 Aoû 2015 - 1:54

Coucou à tous !

Décidément, les appels à textes des Artistes fous m'inspirent ! Après ma vision du caca, voici ma vision de l'érotisme... Mais j'ai peur, une fois n'est pas coutume, que ce soit un peu trop confus et fouillis...La faute à un changement de cap en cours de route, je pense ! Sad

http://pdf.lu/9iAh

Je vous serai très reconnaissante de me donner vos avis et votre perception du texte !
Merci d'avance,
Bises,
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche

Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1462
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes roses : Amour et volupté

Message par Murphy Myers le Mar 23 Aoû 2016 - 0:51

Vu l'heure, je me suis dit qu'il fallait sans doute pas me lancer dans une lecture, mais j'ai pas pu résister.

Petite remarque avant tout : La femme est instit’, comme on l'apprend en cours de route, mais du coup au début « et  faisait  encore  rêver  ses  collègues gendarmes. » j’ai cru que tu parlais de ses collègues à elle et pas à lui. Je sais pas si c'est moi qui dois juste dormir ou si c'est bien la phrase qui prête à confusion.  


J'ai repéré quelques coquilles aussi :
Spoiler:
"Assis sur son fauteuil serré, il tentait de se laisse captiver pour le film." / de se laisser ?

"A la caserne, on le disait maintenant bourru, et irrité On" / manque le point à la fin de cette phrase.  

"Et pourquoi donc se contenter d’une femme, même jolie? Lui disaient les collègues" / pas de majuscule à Lui

"Non. Non! Se reprit-il." / pas de majuscule à Se

"Oui... Je vous en prie ? Bégailla-t-il en ne quittant pas l’homme des yeux. / Manque le tiret du dialogue, et toujours pas de majuscule après un point d’interrogation de dialogue

"whisky sur la table basse Des rides plein la figure." / Manque un point

"C’était à elle qu’»Erwan songeait en attendant l’ascenseur à la préfecture." / Alerte, invasion de guillemet qui sort de nulle part ^^

"Des larmes coulèrent de sang alors sur son visage." / Des larmes de sang coulèrent plutôt ?

"Tu t’appelles Amaël" / Amael ou Asmael comme après ?

Vu comme tu présentais ton texte, en disant que t'avais peur d'être trop fouillis, j'ai eu peur de rien comprendre (surtout à minuit passé). Et au final, j'ai l'impression d'avoir tout compris.

Le style est parfait, comme toujours. Et clair (à part le passage sur les "collègues" évoqué plus haut). Ca se lit tout seul, rien à redire là-dessus.

Les portraits des personnages sont bien dressés, quoi que peut-être un peu caricaturaux par moments (le mec qui pense qu'au cul en permanence, jusqu'à ce qu'il trouve LA bonne, ou encore la femme qui se laisse dépérir sans réagir juste parce que son couple va mal). Mais de façon globale, ils sont bien faits, on suit bien la mentalité du perso principal, son évolution aussi.

Spoiler:
Le coup de la fusion surprend, en effet. Jusque-là, rien ne laissait croire à un récit fantastique ou même métaphorique (si on oublie qu'il est dans la section Ecrits fantastiques du forum, forcément). Mais ça intrigue et ne gêne pas la lecture. Au contraire, ça donne envie de lire plus vite, pour comprendre l'embrouille.

Au final, je pense que c'est un texte à lire comme une fable. Le coup de la fusion est une métaphore poétique. Et la fin assez sombre où il est piégé dans l'autre est comme une morale : à trop vouloir cacher qui il est, il s'est lui-même piégé dans un double jeu, dans un rôle, avec sa femme. C'est bien ça ?
C'est ce que j'ai compris en tout cas, et j'aime assez l'idée. Ça fait conte philosophique pessimiste, donc forcément, je peux que bien aimer.

A un moment, j'ai pensé que le nom d'Asmäel était important, faisait référence à quelque chose. Mais j'ai rien trouvé sur internet. T'as pris un nom au hasard ou il y a bel et bien une signification derrière ?

Si je dois vraiment trouvé un bémol quelque part, je me dis que c'est peut-être bizarre que le mec ait cette révélation à 30 ans passés. J'avoue ne m'être jamais posé la question, mais je me dis qu'on sait d'instinct par qui on est attiré, logiquement. J'imagine qu'au moins, on s'en doute, ça tombe pas comme ça comme une révélation un beau matin. Après, j'ai aucune preuve objective que c'est impossible, peut-être même que c'est fréquent. A la réflexion, vu qu'on est dans une société qui aime bien les cases (hétéro/homo, en l’occurrence), peut-être en effet que ça arrive que quelqu'un remarque qu'il voudrait bien être dans 2 cases différentes (donc bi), mais qu'il se contentait jusque-là d'une seule parce que formaté ainsi.
Là ça part plus dans la réflexion philosophique que le commentaire de texte, donc j'abrège, bien que je trouve la question intéressante. Mais ça m'a un peu surpris sur le moment en tout cas, que le personnage tombe des nues de cette façon.

Bravo en tout cas pour ce texte !
Je le trouve très original (bon, il faut avouer que je suis pas très romance dans mes lectures, encore moins romance homo, mais c'est surtout ton style qui rend le tout original je trouve). C'est bien traité, on arrive bien à compatir pour le personnage pris dans son "dilemme identitaire".
Et tout ça en seulement 4 pages ! Comme je disais aujourd'hui même, j'admire et envie les écrivains comme toi qui arrivent à caser des histoires complètes, bien faites, avec des perso consistants, une ambiance définie et des émotions/idées qui passent bien, en si peu de lignes.

J'espère qu'il est pas trop tard pour ton AT. Je remarque que ton post date déjà de 20 jours.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2623
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes roses : Amour et volupté

Message par Raven le Mar 23 Aoû 2016 - 18:58

J'ai tout lu mais je commenterai demain car je pars du boulot dans 5 min. J'ai relevé qqs coquilles et répétitions par contre, vite fait avant de fermer, je te balance le début, car ton post date et il n'y a pas de date de DL :

répétitions : tourner/retourner - cinéma - serré/serrant

précéder et pallier sont transitifs (donc pas suivis de "de" ni "à")
il l'avait trouvée
31 ans à mettre en lettres
avec force idéalisme et conviction (pas de "de")
Predator
se laisser captiver par le film
bégaya-t-il
cadi = 2x, ça s'écrit caddie et tu peux changer en chariot pour la 2e occurrence
boîte côté (^)
transparaît = tu voulais dire transpirait
avoir trop parlé
se contenir
Asmaël : tu as oublié le s sur une des occurrences
irrité = tu voulais dire irritable ?

C'est un rapide coup d'œil, pas le temps de tout relever. Il y a surtout quelques phrases que je n'ai pas comprises ou qui étaient maladroites mais je reviendrai dessus demain + mon commentaire^^


Edit : la suite

Quelques phrases m'ont freinée dans la compréhension :

"elle avait fait tourner la tête des hommes... et faisait encore rêver..." : déjà, le "jeune fille" serait peut-être plus compréhensible en tout début de phrase, mais c'est un détail. Surtout, en lisant ça, j'ai l'impression que tu parles d'une femme qui a déjà vécu et qui est encore bien conservée, pas d'une femme de +/-30 ans.

"Il fallait apprendre à ne pas trop jouir" : là, j'ai relu plusieurs fois, et même avec la phrase suivante, je crois que je ne comprends pas exactement ce que ça signifie. Il s'oblige à ne pas faire souvent l'amour avec elle ? Je comprends l'idée, séparer l'acte physique du sentiment, mais dans le contexte c'est pas très explicite, surtout que tu enchaînes avec, justement, leurs ébats.

"Jusqu'à ce jour au cinéma. Elle était allée voir son film au cinéma" : maladroit, trop répétitif
"assez pour lui dresser les poils du corps" : lui faire dresser, sinon ça sonne bancal
"Laissant juste à Erwan le devoir de la pudeur maintenant" : pas clair pour moi


Bon, ensuite ça bascule dans le fantastique : j'aime beaucoup ces transitions, rentrer l'un dans l'autre, etc. Et j'aime encore plus la ritournelle en boucle ils vieillissaient/quand doivent-ils se marier ? L'idée me plaît, ces préparatifs de mariage qui n'en finissent jamais au point que le texte tombe dans l'absurde. Le problème c'est que je n'arrive pas à situer la durée de ton texte : par moments on a l'impression que tout ça se passe sur quelques jours, et d'autres indices (notamment la plongée dans l'alcoolisme) nous montrent que ça dure encore et encore (et c'est d'ailleurs ce côté-là qui donne tout son fantastique et son intérêt au texte). j'aurais aimé que tu insistes encore plus sur cette durée, les fiancés qui vieillissent et ce mariage qui devient le projet inabouti de toute une vie de couple basée sur du vent.

Le texte est excellent, bizarrement absurde et fantastique, mais j'ai été souvent éjectée de ma lecture à cause de phrases pas claires, et sur un texte de 3 pages ça rend l'immersion encore plus difficile.

Comme Murphy, je me suis interrogée sur ce nom : Asmaël, qui sonne comme une entité angélique et/ou démoniaque (un mélange d'Astaroth/Azazel/Gabriel, bref tu vois). Je ne sais pas si c'est voulu mais ça nous envoie sur une fausse piste quant à la nature de l'être, et ça reflète en même temps son ambivalence, donc j'ai trouvé le choix judicieux.
En revanche, et c'est marrant car c'est tout l'inverse de Murphy, les persos me semblent crédibles, leurs réactions ne m'ont pas dérangée et suivent une certaine logique, pas spécialement caricaturaux, par contre j'ai un sentiment de "fouillis" comme tu dis, ou du moins de texte pas assez clair. Et avec ça, t'es bien avancée, vu qu'on dit exactement l'inverse l'un de l'autre Laughing


Quiconque lit la présente ligne s'engage à adopter un corbeau.

Raven
— — Bouteuse de trains — — Disciple de la présente ligne

Messages : 2552
Date d'inscription : 04/05/2015
Age : 40
Localisation : au fond à droite

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes roses : Amour et volupté

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum