Junkie Alchimique

Aller en bas

Junkie Alchimique

Message par Invité le Mer 11 Fév 2015 - 15:11

Salut alors voila un petit texte sans ambition j'ai pris du plaisr à l'écrire dites moi ce que vous en pensez.  


La nuit était noire et profonde, le vent exhalait des odeurs de pourriture provenant des cadavres de mouettes longeant la grève en contrebas.


Sa pensée embrouillée n'était tournée que vers un objectif, trouver l'alchimiste en chef du village, son ancien maitre. Elle essaya de calculer le temps qu'elle avait passé sans liqueur, trop longtemps. Ou était donc ce maudit vaurien! Quel idiote elle faisait, elle avait vu ses réserves de liqueur s'ammenuiser considérablement ces dernières semaines et n'avait rien fait pour l'empêcher.


Elle repensa à son confort douillet de chez elle, à sa vie ces dernières années, elle se revoyait vautrée dans son fauteuil, aspirant par gouttelettes la puissante liqueur qu'elle avait auparavant fait réchauffer au fourneau pour en exhaler les vapeurs qui remplissaient la pièce d'une épaisse couche de fumée bleutée. Ces pensées apportèrent un réconfort à son esprit et elle ne reprit sa marche que plus ardemment.




Il était maintenant aux alentours de quatre heures de matin. Rania était allongée de tout son corps le long de la grève, elle sentait les petits rochers entailler lentement sa peau blanche. Elle avait perdu toute volonté de continuer, l'effort était trop épuisant. Elle s'imaginait voir le vieil alchimiste apparaitre devant elle et lui tendre un petit sachet de papier contenant les précieux cristaux nécessaires à la concoction de la liqueur.


C'est alors qu'un évènement qui paraissait inattendu se passa. Alors qu'elle roula sur le dos pour sentir les cailloux pénétrer doucement sa chair dans le but d'oublier la douleur terrible due au manque de liqueur, ses doigts touchèrent une matière dure et humide. En relevant son mince visage elle découvrit une petite boîte de bois noir, probablement perdue par un des nombreux bateaux qui longeaient la grève. Prise de curiosité elle tenta d'ouvrir la boîte et  aperçut des petites boules ressemblant étrangement à des cerveaux. Une odeur putride émana du coffre et elle le referma immédiatement. Elle fut prise de vertiges.


Néanmoins la  curiosité avait rallumé chez elle un brin de volonté et elle décida de ramener sa trouvaille chez elle pour de plus amples examinations.


Après avoir ajustée son masque de cuir qui lui servait à préparer toutes sortes de concoctions avec une sécurité relative, elle rouvrit le coffre. Son visage grimaça de surprise lorsqu'elle aperçut son contenu. Ces étranges boules d'un vert foncé n'étaient pas des cerveaux mais ressemblaient à des étranges créatures animées. Elle pouvait les  entendre respirer. Ce qui la frappa le plus lorsqu'elle les examina de plus près était le fait qu'elles ne possédaient ni yeux ni nez mais étaient seulement pourvues d'une large fente contenant des piques extrêmement fines et acérées. 


Rania n'avait aucune idée de ce que cela pouvait être ni comment elles avaient atterri là, mais elle était maintenant fascinée par ces bêtes au point d'en oublier sa douleur.Elle prit un morceau de viande séchée qui trainait au coin de son atelier et le posa délicatement dans le coffre, s'attendant à une réaction des petites créatures. Celles-ci restèrent immobiles. Elle enfila alors ses gants d'alchimie les plus épais et approcha lentement sa main d'une de ces boules.


En un éclair la bête avait refermé sa large bouche pourvue de milliers d'aiguilles sur ses doigts , transperçant aisément le cuir des gants. Elle cria de douleur mais presque immédiatement, celle-ci laissa place à une étrange sensation de plaisir. Ce plaisir devint intense, si intense qu'elle commença à relâcher les muscles de son corps presque complètement. Elle s'écroula alors sur son siège et perdit connaissance.


Lorsqu'elle revint à elle, elle était nue, la créature était toujours attachée à sa main qui avait prise  une couleur bleutée et semblait avoir diminué de volume. Elle jeta un oeil à la boîte et s'aperçut qu'elle était vide. Elle sentit alors la mâchoire des créatures sur différentes parties de son corps.


Elle sentit la panique monter en elle mais aussitôt des vagues intenses de plaisirs la firent basculer et s'écrouler  sur le sol poussiéreux. Les trois autres créatures avaient réussi  à ramper sur son corps pour la mordre.  La première s'était hissée le haut de son crâne, la deuxième s'était accrochée à son dos.


Quant à la troisième, elle constata avec une certaine horreur qu'elle s'était accrochée à son entrejambe.


Mais, étrangement, elle n'essaya pas de les décrocher. Cela aurait été de toute façon impossible à moins d'arracher la chair par la même occasion.


Elle resta à même le sol durant de longues heures, contemplant la poussière et les impuretés qui tournoyaient autour d'elle. Son esprit sombrait lentement ce qui n'était pas un sentiment déplaisant, sa douleur due à la liqueur avait maintenant totalement disparue, à vrai dire elle n'y pensait plus. Elle se sentait en paix. 


Les bêtes vidaient peu à peu Rania de ses fluide comme elles paraissaient aussi la vider des substances de son esprit. Ses pensées, ses souvenirs, s'estompaient peu à peu. Elle se demanda  quel était le but de tout ceci mais décida que c'était dénué d'importance. Combien de temps était-elle restée ainsi par terre. Des heures? Des jours? Peu importe.


Le lendemain-matin, dans les six heures, elle fit un ultime effort, son dernier, elle se releva et trouva la force de se hisser jusqu'à son atelier, plus morte que vivante. Elle contempla alors une dernière fois ce qui restait de son corps, un squelette, un revenant. On pouvait y voir toutes les veines  qui ressortaient par contraste à sa peau si fine qui se moulait à la courbure de ses  os. Les créatures avaient maintenant pris une taille considérable, elles étaient d'un noir d'encre. Elle  prit un vieux parchemin sur lequel étaient gribouillées des notes d'alchimie et saisit sa plume d'autruche qu'elle trempa dans une encre à moitié desséchée étalée sur la table. 


Il fallait qu'elle raconte ce qui s'était passé, son frère qui devait passer en fin de semaine trouverarait la lettre et pourrait raconter au village les évènements.


Sa volonté vacillait dangereusement néanmoins elle réussit ce qu'elle considérait comme son dernier devoir envers sa communauté. Elle y écrivit aussi les regrets de ses choix de vie, son renvoi de la guilde des alchimistes et son addiction à la liqueur, elle demanda pardon au village et à sa famille.


Puis, arborant un sourire fatigué et contente d'avoir pu trouver l'énergie nécessaire pour cette dernière tâche, elle laissa tomber la plume à terre, elle qui avait tant failli à ses obligations durant son existence avait tout de même su trouver le courage d'écrire cette lettre.Rassurée par cette idée, elle se laissa glisser le long de son siège et entra dans un  coma duquel elle ne se réveilla jamais.




Deux jours après ces évènements, un homme drapé de noir frappa à la porte de Rania. Ne recevant pas de réponse, il prit la liberté d'entrer dans la demeure de la  défunte.


Lorsqu'il vit le cadavre complètement desséché et momifié qu'il reconnut comme un de ses anciens apprentis, il laissa échapper un étrange rire moqueur. Les petits monstres du début avaient quadruplé de volume et étaient gorgés de fluides corporels. L'homme s'installa à l'atelier de Rania et y plaça un grand récipient en métal. Il saisit une pince de cheminée près des braises encore chaudes  et d'un mouvement rapide et agile attrapa une des bêtes entre les pinces. Il la souleva et la plaça dans le récipient. Il répéta l'opération avec les trois autres puis sortit de son sac un pilon en métal avec lequel il écrasa brutalement les bêtes contenues dans le mortier, des flaques de liquides atteignirent les vêtements du sombre personnage sans qu'il ne s'en soucie. Lorsqu'il fut satisfait de la bouillie laissée dans le récipient, il filtra son contenu à l'aide d'une louche trouée pour en extraire les pointes acérées puis, après avoir rallumé les braises de la cheminée y plaça la substance sur le feu. 


Le liquide devint une pâte puis, après l'avoir sortit de la cheminée il l'aplatit et  attendit encore quatre heures. Lorsque la pâte fut bien dure, il prit une petite machette sur l'atelier pour la  couper en petits morceaux qui étaient maintenant devenus transparents et avaient pris la forme de petits cristaux colorés. Il les fourra dans son sac et s'apprêta à quitter la pièce lorsqu'il aperçut les écritures de son ancienne disciple sur la table. Il prit la lettre et la lut, au fur et à mesure qu'il lisait , un sourire grandissant se dessinait sur le visage du maitre. 


"Et bien, cela m'aurait mis dans un sacré pétrin si cette lettre était arrivée jusqu'aux oreilles du comte. Les alchimistes de la cour auraient bien la reconnus l'oeuvre d'un des leurs et la police secrète n'aurait pas mis longtemps avant de remonter jusqu'à moi " .


Il jeta nonchalamment la lettre dans les flammes et contempla longuement le cadavre à ses pieds. 


"Elle qui ne m'a apportée que des problèmes, que des misères", pensait-il. "Quelle ironie...si un jour j'avais pensé qu'elle me serait si utile!" 


Il sortit de la maison, sifflotant un air du village tout en appréciant le vent frais de la grève qui claquait sur son visage. 


"Quelle ravissante matinée". 



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par Cancereugène le Mer 11 Fév 2015 - 21:28

Je ne suis pas totalement convaincu.
Il y a de bonnes choses, je ne dis pas. C'est intéressant sous certains aspects.
Le gros défaut du texte, c'est la maîtrise du français, que je sens très balbutiante.
Beaucoup de coquilles, de syntaxes hasardeuses, de mots inventés, le plus fameux étant "examinations"
Ce sont des choses facilement perfectibles, avec de l'entraînement. Mais en l'état, ce texte est difficile à lire, justement à cause de ces défauts.
Et beaucoup de répétitions, le mot "liqueur" revient tellement souvent que c'est gênant.

Pour le reste, l'intrigue en vaut une autre. En tout cas, ce n'est pas l'histoire en elle-même qui fait défaut dans ce texte.

Pour être honnête, je trouve certains paragraphes assez réussis, même si le français pourrait être amélioré, notamment la partie "Le lendemain matin... sur la table" J'y vois une belle description de la douleur d'être éveillé en une situation de dégradation avancée...

Ce qui me fait dire que l'auteur a du potentiel.

Il faut travailler, le français, la syntaxe, la structure du récit. Peut-être mieux développer certains concepts.

Ici, la liqueur est longuement évoquée, mais on ne sait pas au juste ce que c'est.

J'ai compris que alchimiste en produisait grâce à ces créatures vertes, mais c'est quoi, ces créatures ? Et ces cristaux sont-ils réellement la fameuse "liqueur" ? Là non plus, ce n'est pas clairement expliqué.

Pour finir, je vois des qualités dans ce texte. C'est très "amateur" dans la rédaction, mais dans le fond, il y a de bonnes choses, qui méritent d'être développées.


avatar
Cancereugène
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu
— — — Space opérant — — — Disciple du Grand Bis Cornu

Messages : 2068
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 44
Localisation : Dammarie-lès-lys

https://cancereugene.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par FRançoise GRDR le Mer 11 Fév 2015 - 22:18

L'histoire en elle-même est captivante mais la forme pêche par manque de fluidité. Il faudrait retravailler les liens entre les phrases et péripéties. C'est trop abrupte et laisser planer une ambiance de mystère qui se prêterait à ce genre de texte.
Sinon, il n'y a pas de fautes, ce qui est positif à part ce mot relevé par Cancer. Bon travail à revoir un peu.


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 8109
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 63
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par Invité le Jeu 12 Fév 2015 - 3:51

Merci pour vos commentaires effectivement c'est assez lourd quand je me relis. Je vais travailler la fluidité en essayant de faire des phrases plus simples et plus directes pour la prochaine fois. Et pour ce qui est de l'histoire j'ai inventé au fur et à mesure ce qui explique le scénario en peu bancal. 
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par mormir le Mar 21 Avr 2015 - 12:41

Même avis que mes camarades : la forme est lourde. Tu pourrais dire la même chose avec 1/3 de mots en moins et des expressions plus directes. l'histoire est intéressante et mériterait d'être retravaillée.

à titre d'exemple, un paragraphe au hasard :
Il était maintenant aux alentours de quatre heures de matin. Rania était allongée de tout son corps le long de la grève, elle sentait les petits rochers entailler lentement sa peau blanche. Elle avait perdu toute volonté de continuer, l'effort était trop épuisant. Elle s'imaginait voir le vieil alchimiste apparaitre devant elle et lui tendre un petit sachet de papier contenant les précieux cristaux nécessaires à la concoction de la liqueur.
pourrait être revu ainsi :
La nuit était bien avancée. Rania avait perdu toute volonté d'avancer et gisait de tout son long sur la grève, de petits rochers meurtrissant sa peau blanche. Entre rêve et réalité tourmentée, elle crut voir le vieil alchimiste. Il lui tendait un sachet contenant les précieux cristaux indispensables à la liqueur.


CONFUCIUS : lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.
avatar
mormir
— Arpenteur des mondes — Disciple de l'arbre noir
 — Arpenteur des mondes —  Disciple de l'arbre noir

Messages : 2496
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 54
Localisation : Près de Chartres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par Blahom le Mar 21 Avr 2015 - 21:21

Comme l'ont déjà fait remarquer les commentateurs précédents, cette histoire a un indéniable potentiel mais souffre de certaines lourdeurs et approximations.
Il aurait fallu, par exemple, nous donner davantage d'informations sur la nature exacte des relations entre les deux personnages, ainsi que sur cette liqueur addictive.
La fin aurait aussi gagné à être plus explicitée.

Quelques remarques purement formelles (essentiellement en relation avec l'accord du participe passé conjugué avec "avoir"):
"Après avoir ajustée son masque" = "Après avoir ajusté"

"mais ressemblaient à des étranges créatures" = "à d'étranges créatures"

"sa main qui avait prise" = "sa main qui avait pris"

"dans les six heures" = "aux environs de six heures, vers six heures"

"après l'avoir sortit" = "après l'avoir sortie"

Ils "auraient bien là reconnus" = "auraient bien là reconnu"

"sa douleur avait (...) totalement disparue" = "totalement disparu"

Un passage me paraît un peu lourd : "C'est alors qu'un événement qui paraissait inattendu se passa". = "Soudain, un événement inattendu se produisit."

"Alors qu'elle roula sur le dos" : l'utilisation du passé simple est bizarre. = "Alors qu'elle se roulait sur le dos..."


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1515
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Junkie Alchimique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum