Hantise

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Hantise

Message par Didier Fédou le Sam 8 Nov 2014 - 14:44

"on peut penser que c'est le fait de croire en quelque chose qui lui donne de la consistance, du pouvoir."
Exactement ! C'est ce que j'explique dans le passage de la peur qui nourrit la peur.


Le châtiment de l'ange
Les Terres de Légendes
Le livre en noir
La couronne de Lucifer

Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 38
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hantise

Message par Naëlle le Dim 9 Nov 2014 - 17:59

J'ai pas été super emballée. Pourtant, ça se lit bien: normal, c'est du Didier. Mais je sais pas, je lisais, je lisais, mais pas moyen, je restais toujours en dehors, j'arrivais pas à entrer dans l'histoire. Je crois que c'est en partie dû au fait que, pour moi, le fantastique est trop absent au début et pas encore assez présent sur la fin. Je sais pas trop comment m'expliquer. C'est une histoire de maison hantée, on est d'accord? Eh bien je trouve que les plans de Bernard pour récupérer la maison prennent trop de place, et que la maison et ses trucs bizarres sont trop en retrait.

J'arrive décidément pas à m'expliquer. Zut de flûte Mad

Bref, je vais m'arrêter là. En somme, une histoire qui se lit toute seule, bien fichue et tout, mais qui m'a laissée en dehors pour d'obscures raisons.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hantise

Message par Ulysse le Mar 18 Nov 2014 - 22:35

J'ai mis un moment avant de commenter.
Comme Naëlle, je n'ai pas été très accrochée. Mais je n'arrive pas à savoir d'où ça vient. J'ai l'intime conviction qu'il manque quelque chose , un petit truc qui ferait passer ce récit un cran au-dessus.
C'est sûr, il se lit bien, on reconnait ta patte Didier :Des descriptions qui font mouche, des personnages bien campés, réalistes.
Peut-être que le rythme pourrait être un peu plus resserré. Que la pression pourrait monter un plus rapidement.

En revanche je n'ai pas été gênée par le flou laissé, je trouve que le mystère entretient le doute.


Ulysse

"Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis"

François Villon

Ulysse
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 860
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 40
Localisation : Berlin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hantise

Message par Murphy Myers le Jeu 4 Déc 2014 - 1:41

J'ai enfin lu cette histoire dont le titre m'intrigue depuis que tu l'as posté. J'ai bien aimé. J'ai failli adoré mais quelques petits détails sont venus nuancer mon adhésion à l'histoire.

Avant que j'oublie, j'ai repéré 3 "fautes" récurrentes (entre guillemets parce que je suis pas sûr que ça en soient, et même si ça en aient, c'est rien de bien flagrant) :
- Les "murmura t'il" et autres = Dans ma tête, c'est "murmura-t-il" mais comme c'est pas la première fois que je vois un "t'il" quelque part, je me demande si ça se dit pas aussi. Dans le doute, je te laisse vérifier.
- Les "Qu'est ce qu'il y a ?" = là par contre, je suis sûr, il faut un tiret entre "qu'est" et "ce". C'est qu'un détail mais comme je l'ai repéré.
- Quedalle. = Que dalle.

Pour revenir à l'histoire en tant que telle, avant tout j'ai adoré l'ambiance. Ça m'a rappelé des classiques du genre où on ne voit quasiment rien mais où on flippe quand même. Avec en plus cette idée de meurtre qui, elle, m'a rappelé des classiques aussi, mais pas d'ordre surnaturels cette fois, comme justement le film Hantise des années 40.
Le style, inutile d'y revenir, il est parfait comme dans chacune des histoires que j'ai lu de toi.
Les personnages sont plus vrai que nature, on est vite entrainés avec eux, de ce côté encore, aucun faux pas.
J'ai adoré aussi le passage sur la peur nourrissant la peur, très juste et très bien amené.
Ne pas montrer les fantômes était la bonne chose à faire selon moi. Si les films de fantôme des années 40 à 60 me paraissent plus flippants que ceux de nos jours, c'est en grande partie parce qu'on veut trop en montrer de nos jours. Suggérer et laisser imaginer, c'est ça qui marche vraiment. Ton texte me l'a encore prouvé, avec la scène de la chose qui descend les marches.

En revanche, mes bémols ont commencé à apparaître vers le milieu/fin, justement après cette scène. Qui est pour moi le point culminant d'un crescendo que tu as mis en place dès le début de l'histoire, et qui promettait une poursuite du crescendo encore plus puissante. Sauf qu'à partir de là, j'ai trouvé que tout retombait.
Il y a bien la scène de la confrontation entre le type et la vieille qui est très forte - la tension explose presque, j'ai même cru qu'il allait se trouver possédé par un des fantômes, d'où sa rage soudaine. Une très bonne scène donc, mais dont l'ambiance tient surtout à la tension et pas vraiment à la peur ou au surnaturel. Je sais pas si je suis bien clair là. L'intérêt du lecteur est entretenu et même accru avec ce passage, mais on s'éloigne de l'ambiance de hantise en somme et le crescendo d'angoisse en pâti selon moi.

Il y a aussi la question "où ils sont ?", superbe pour faire monter la tension. Mais le héros insiste tant sur cette question que je me suis dit que la fin nous révélerait la réponse, que ça serait ça la chute, que les corps seraient dans un endroit auquel personne n'aurait pensé. La réponse évasive que donne la grand-mère m'a laissé croire que j'avais raison de penser ainsi. Donc une légère frustration de ce côté. Rien de bien grave, ça ne gêne pas la compréhension de l'histoire, mais c'était dommage je trouve, j'aurais aimé savoir où ils sont.
(J'ai lu après coup les précédents commentaires en diagonal et je suis tombé sur ton explication du chien enterré au-dessus des cadavres pour détourner les curieux ; c'est une superbe idée, j'adore, mais je ne l'avais pas du tout saisi à la lecture, c'est dommage ; bon, au moins j'ai ma réponse sur où ils sont maintenant Very Happy ).

Pour la fin-fin, en étant bien menée et dans l'idée des grands classiques, j'avoue que j'ai été légèrement déçu aussi. A vrai dire, dès le début de l'histoire, je pensais que la vieille allait mourir vers le milieu de l'histoire et que dans la suite, le héros découvrirait que la maison est vraiment hantée. Du coup, quand on en vient à ça dans la dernière page, ça a pas été très percutant pour moi, qui m'attendais justement à ce que ça soit le déroulement naturel des choses.
D'un autre côté, j'ai senti ce texte comme une sorte d'hommage aux histoires de ce genre et malheureusement trop rares de nos jours, et en le prenant ainsi, la fin est parfaite comme telle.

Bon, mon avis est définitivement flou au possible. D'habitude, j'arrive plus ou moins à expliquer pourquoi j'ai aimé ou pas un texte, mais là, malgré les défauts que j'ai listé, j'ai quand même bien aimé, tout en étant un peu frustré par certains détails.
Je pense qu'en fait, un tel titre, venant d'un auteur comme toi, ça m'a fait m'imaginer monts et merveilles, et forcément, j'ai été si long à me mettre à la lecture que j'ai eu le temps de me monter la tête tout seul. Je pense que ça doit être ça, je m'attendais du coup à une histoire qui révolutionnerait le genre, un peu comme Les profanateurs dépoussiérait les histoires d'enfants tueurs avec une efficacité redoutable. Au final, c'est "juste" (guillemets puissance 20) une très bonne histoire, objectivement parfaite et dans les faits bien menée. D'où le fait que j'ai une légère pointe de frustration mais que j'ai quand même beaucoup aimé l'histoire.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2649
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hantise

Message par Didier Fédou le Jeu 4 Déc 2014 - 3:54

Et bien merci pour ce long ressenti, que je relirai ainsi que les autres avis, lorsque je reprendrai ce texte. Je le laisse décanter.
Je vois déjà deux ou trois endroits où élaguer pour serrer l'action, et une belle rustine pour mieux expliquer la disparition des deux vieux, plus... crédible (?) que profondément enterrés avec un chien par-dessus.
En tout cas, merci.


Le châtiment de l'ange
Les Terres de Légendes
Le livre en noir
La couronne de Lucifer

Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 38
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Hantise

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum