Mère indigne

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mère indigne

Message par Eimelle le Ven 10 Oct 2014 - 23:50

Bonjour,

Très absente ces temps-ci du forum pour cause de formation professionnelle, j'ai cru comprendre qu'il souffrait actuellement d'un manque de fréquentation, donc j'essaie de revenir un peu...

Et je vous livre un texte que j'ai écrit il y a un an à peu près et que j'hésite à proposer, parce que je reçois des avis un peu contraires...

Je le soumets donc à vos avis avisés !

Bises

Eimelle

Edit : lien supprimé, texte publié dans l'anthologie "Contes rouges" des Artistes Fous associés ! Merci à tous pour vos critiques avisés ! Smile


Dernière édition par Eimelle le Sam 29 Oct 2016 - 0:01, édité 1 fois


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche

Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1462
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par A'Tuin le Sam 11 Oct 2014 - 2:28

Je comprends que ton texte ne fasse pas l'unanimité, la violence d'une mère qui ne devrait être qu'amour pour son nouveau né est terrible. Au début je pensais à un déni de grossesse (sujet qui m'intrigue) mais le dernier paragraphe semble contredire ça. En relisant, je comprends que ce dernier paragraphe révèle que le reste du texte est une sorte de fantasme cauchemardesque qui lui est venu, des pensées horrible qu'une mère ne "devrait" pas avoir (d'après la société), une sorte de baby blues d'avant terme. Ses traumatismes d'enfant remontent à la surface alors qu'elle va elle-même enfanter.
À un moment, j'ai cru que tu allais pousser l'horreur en nous révélant qu'elle a 16 ans et que son père l'a mise enceinte (bon, les sévices sexuels d'un père sous le nez d'une mère "aveugle" c'est déjà pas mal) mais ensuite son mari rentre, ouvre une bouteille de champagne (pour fêter la naissance imminente?), et puis il y a le dernier paragraphe.

C'est exprès le Notre Père qui n'est pas tout à fait le bon? J'ai cherché sur wiki parce que je me suis dis qu'il y avait peut-être des variantes et, effectivement, il y en a trois mais la tienne ne corresponds à aucune. Après, la mère n'a pas vraiment tous ses moyens donc ça pourrait s'expliquer.
"Le bruit d'un téléphone qu'on décroche." me semble en trop, il s'est jeté sur le téléphone avant qu'elle s'enferme dans la salle de bain.
Et la phrase "Comme une évidence qu'elle savait dans sa chair, qu'elle connaissait de son histoire." accroche un peu, je verrais plus un truc du genre "Comme une évidence qu'elle sentait dans sa chair, qu'elle devinait de son passé."

J'ai repéré 2 coquilles : "Triomphante, ell lui montra" et il manque un point après "une claque magistrale qui la déséquilibra".

Bon, avec tout ça, j'ai pas dit ce que j'en pensais. Et bien, j'aime bien, certes c'est dur cette violence maternelle (même si elle n'est que fantasmée) mais ça parle d'un sujet qui peut toucher toutes les femmes, ce fameux baby blues dont personne n'est à l'abri. Je suis curieuse de voir les réactions masculines.


Pas de nourriture dans les cheveux et pas de cheveux dans la nourriture geek 

A'Tuin
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 508
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Gernier le Sam 11 Oct 2014 - 10:37

Pas grand-chose de plus à dire que @A'Tuin à part que j'ai ressenti le dernier paragraphe comme un flashback.

Et si ce n'en est pas un il gâche un peu l'effet de coup de boule dans ta gueule de la nouvelle ! Reste que c'est très, très bon, bien gore et bien glauque !


Rhésus-Pub : une aventure d'Ethel Arkady au XXIeme siècle.
Les Chroniques de Yelgor - lecture gratuite et épisodique sur le blog...
Les Esclaves de l'Or : une aventure d'Ethel Arkady au XIXème siècle.

Gernier
Écritoirien émérite stagiaire
Écritoirien émérite stagiaire

Messages : 559
Date d'inscription : 19/06/2014
Age : 39
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Murphy Myers le Sam 11 Oct 2014 - 13:48

J'ai aussi cru à un flashback sur la fin, la veille de l'accouchement plus précisément, comme pour en rajouter un peu dans l’horreur en montrant que l'état de la femme était évident et que le mari aurait dû se douter de ce qui arriverait. Mais c'est mon cerveau qui a dû buguer parce qu'après avoir lu le commentaire d'A'Tuin, ça me semble évident que ce n'est pas un flashback.

Peut-être que la fin aurait plus d'impact en s'arrêtant sur "Abandonnée" du coup. J'aime bien ce passage parce que la mère y passe de bourreau à victime soudain, et c'est assez déstabilisant. Bon, on voit dès le départ qu'elle est aussi une victime, qu'elle agit sous le coup de la peur et surtout de la démence, mais tout au long du texte, le côté bourreau l'emporte malgré tout, et c'est vraiment sur la fin qu'on s'arrête sur ce point, je trouve. Je saurais pas expliquer plus clairement mais j'aime ce paradoxe final.

Et j'ai aussi songé au coup du père et de la fille de 16 ans en cours de route. Sans doute était-ce une fausse piste voulue. C'était bien amené si c'est le cas.

Bon, personnellement, j'adore, même si je ne suis pas sûr de certains points.
D'un côté, on a de l'horreur pure très bien mise en scène. De l'autre, on sent par moments une sorte de retrait. Le fait que tout ne soit qu'un délire (pour l'instant) par exemple, me parait une façon de se dire "oui c'était horrible, mais bon, ce n'était qu'un cauchemar".
Dans la même idée, il y a des passages où j'ai l'impression que tu as voulu nous faire entrer dans la vision déformée de la femme. Quand le sang inonde la pièce par exemple, j'arrive pas à savoir si c'est une façon de parler ou si, dans son trip, elle croit vraiment qu'elle va s'y noyer. Sur ce point, j'avoue ne pas savoir quoi penser : avoir une vision délirante de la scène peut à la fois amoindrir et renforcer l’horreur, suivant comment on prend la chose. Bon, dans le doute, je laisserais ce point comme tel.

Après, je comprends sans mal que ton texte divise. Je pense que, d'un côté, il y a les défenseurs de l'horreur pour qui, justement, on devrait pouvoir tout écrire et ne jamais se freiner dans l'horreur. De l'autre, il y a malheureusement une grande partie de la population qui préfère se voiler la face et ne supporte pas d'affronter ce genre de texte, d'autant plus que, même si là c'est fictif, ce genre d'histoire arrive régulièrement dans la vraie vie.

On parlait justement cette semaine, sur les topics de Masterton et "Pourquoi j'écris du gore", de ces deux façons de réagir à l'horreur fictive et je me dis que ton texte est le parfait exemple du débat que ça a entrainé.
Et c'est aussi pour moi un texte digne de rejoindre le rang des plus horribles (dans le bon sens du terme hein). On me dira qu'il y a des million d'histoires plus gores, plus dégeues, plus malsaines et choquantes qui parcourent le monde et je le crois sans problème. Mais justement, ce qui fait la force de ton histoire, c'est qu'elle reste simple et réaliste, et qu'on sent que tu avais un propos derrière et que tu ne cherchais pas juste à faire quelque chose de choquant ou répulsif comme certains films le font, par exemple.

Bref, tu fais un retour en force à mon sens avec cette histoire.
Juste une petite phrase qui m'a accroché sur la fin : "L'homme hurla à mort." Cette expression dénote avec le reste, je trouve.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2623
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par SILENCE le Sam 11 Oct 2014 - 17:39

Salut Eimelle,
Content de te lire à nouveau. Quel texte ! Faut s'accrocher avec celui-ci. Le sujet est bien évidemment délicat et extrêmement casse-gueule mais, no problem, tu t'en tires parfaitement. J'ai trouvé la première phrase incroyablement accrocheuse et le reste se lit comme un rien si l'on fait abstraction du sujet. Comme le reste de mes camarades, j'achoppe un peu avec ce fameux dernier paragraphe mais rien de vraiment dérangeant : une saine hésitation entre des événements passés et des événements fantasmés (elle est enceinte et a imaginé la scène). La scène dans laquelle elle raconte son accouchement à son mari est très très forte et les paroles de la femme sont incroyables. Tu réussis à la fois à nous apitoyer et à nous faire froid dans le dos, très fort. J'ai cependant quelques préventions sur certains passages. Tu as tendance parfois à appuyer ton propos d'un point de vue stylistique et ce n'est pas nécessaire. Exemple avec cette "claque magistrale" dont tu nous parles. Le terme "magistrale" n'a pas de raison d'être ici, on se doute qu'elle doit l'être. Le propos est tellement fort et la surprise du mari doit être tellement grande que l'on se doute que la claque est une version +++ de la simple gifle. Tu as également tendance à rajouter des qualificatifs qui ne sont pas nécessaires. Certes, cela donne du rythme à tes phrases mais il ne faut pas non plus que cela soit systématique. Enfin, autant j'ai trouvé la première phrase très forte autant la dernière me paraît faible compte tenu de ce que tu décris dans ton texte. Enfin bref... ce ne sont que des observations mineures qui, de plus, me sont parfaitement personnelles. Car pour le coup ce texte est vraiment pas loin d'être magistral... Et je pèse mes mots. Je précise qu'il n'y a dans mon propos aucune volonté de te faire plaisir, je l'ai réellement trouvé magistral.

SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2400
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par SILENCE le Sam 11 Oct 2014 - 17:43

Encore une chose : dans la scène d'arrivée du mari, tu répètes deux fois le mot 'passage', une fois de trop en somme !

SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2400
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Eimelle le Sam 11 Oct 2014 - 18:21

Bonsoir,

Ouah ! Je ne m'attendais pas à de tels compliments ! J'en suis très heureuse et flattée !

Je note soigneusement toutes vos remarques -notamment pour la fin qui me paraissait assez faible aussi- et pour les passages stylistiques. J'essaie de trouver une autre manière de terminer qui reste "dans la ligne".

J'avoue que je croyais vraiment, A-Tuin- que le Notre Père était exact, merci de m'avoir corrigée ! ^^

Je n'avais pas l'intention d'écrire du trash pour ce texte,  je pensais plutôt insister sur l'horreur psychologique, les sentiments effrayants et contradictoires qui peuvent traverser une mère... mais c'est vrai qu'à la lecture, ça peut paraître comme tel !

Merci beaucoup à tous !

Pour info, Ragnarök a reçu de très bons compliments à un concours sans pour autant gagner. Mais la présidente m'a conseillé de retravailler ce dernier texte (notamment la fin, que vous notiez aussi comme faible) et de le proposer à la revue organisatrice en mode d'envoi normal. Je suis en train de relire tous vos avis (qui reprennent beaucoup des réserves qu'elle évoquait) pour en proposer une version modifiée et l'envoyer. Vos avis me sont donc infiniment précieux, et merci à vous de prendre le temps de me lire !

Bises
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche

Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1462
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Ulysse le Sam 11 Oct 2014 - 19:53

Salut Eimelle,
j'ai envie de dire Waouh, un texte qui claque, qui prend aux tripes. Qu'il ne plaise pas à tous le monde, ce n'est pas étonnant, mais cela ne doit surtout pas t'arrêter !
J'aime bien quand on s'attaque à un sujet peu tabou. Un beau de coup de scalpel dans  le mythe de l'instinct maternel.

Je ne reviendrais pas sur la fin qui est en effet un peu faible.

Un passage manque de clarté : la tâche de vin sur le sexe.. tu écris comme son père; On parle du père de l'enfant ou de son père à elle ?  Je pencherais pour la deuxième solution mais je en suis pas certaine.

Un détail : je trouve que le champagne dénote un peu , souvent une femme enceinte ou qui va peut-être allaiter ne boit pas ou très  peu d'alcool. Si ils fêtaient la naissance en famille ou entre amis pourquoi pas, mais  je ne pense pas qu'il vont descendre une bouteille à deux et si il a l'intention de la vider pendant qu'elle carbure au  Champomy ou à la Vittel ce n'est pas très gentil.
Un bouquet de fleur ferait aussi bien l'affaire, non ?

Encore une remarque, je trouve le titre un peu faible surtout par rapport à la puissance du récit. Certes il reprend un phrase du texte mais je ne suis pas convaincue.Je trouve le terme un peu bateau, on l'emploie à toutes les sauces.
Je me demande si tu ne pourrais pas faire une sorte d'écho avec la prière qu'elle récite.
Quelque chose avec  "notre mère" ou au nom de la mère. c'est juste une idée en passant. Fais comme tu sens !


Ulysse

"Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis"

François Villon

Ulysse
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 860
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 40
Localisation : Berlin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Eimelle le Sam 11 Oct 2014 - 20:11

Coucou Ulysse !

Merci pour ces remarques très constructives !^^

Oui, c'est vrai que "Notre mère" serait beaucoup mieux comme titre ! Merci pour le Champagne, je n'y avais pas pensé ! Et pour la fin, faut que je la retravaille !

Bises
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche

Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1462
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Jack-the-rimeur le Dim 12 Oct 2014 - 3:27

Une plongée dans l'horreur pure. Un cauchemar halluciné, puissant et violent comme une "gifle magistrale". Une peinture intense et brutale stylistiquement très réussie.
Une crise psychotique assurément, mais ce que j'ai préféré, ce sont les petites clés qui trahissent l'arrière-plan de l'histoire : le bébé monstre, la castration, la régression, le nettoyage frénétique du sang comme une tache, la mère insignifiante et insipide comme une comptine, ce père qui "était aux cieux", divinité omnipotente mais déchue, une ombre redoutée qui se superpose même à l'image du mari...
Bref, je dirais que tu nous racontes un viol incestueux enfoui, un trauma refoulé qu'une grossesse réveille inexorablement sous forme de bribes et de flashs horribles.
C'est du moins l'histoire qu'on peut lire sous l'histoire. Les éléments convergent mais, curieusement, tu n'évoques cette interprétation nulle part. Alors, peut-être une construction subconsciente de ta part...
Ou de la mienne, c'est possible aussi.
Quoi qu'il en soit, un chouette récit !


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK

Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2032
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 64
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Eimelle le Dim 12 Oct 2014 - 12:12

Coucou Jack !

Comme d'habitude, tu as bien interprété ! ^^ J'ai choisi de distiller volontairement les indices, mais de ne pas en parler de manière explicite, pour plus insister sur le traumatisme refoulé, que personne (et surtout pas le mari...) n'arrive à comprendre. Peut-être ai-je eu tort...Mais je voulais vraiment entrer dans la tête de cette jeune fille, avec tout son inconscient, incompréhensible pour des gens extérieurs et aussi pour elle de manière consciente...

Bises, et merci de ta lecture !
Au plaisir !
Eimelle


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche

Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1462
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par SILENCE le Dim 12 Oct 2014 - 12:19

Eimelle a écrit:Coucou Jack !

Comme d'habitude, tu as bien interprété ! ^^ J'ai choisi de distiller volontairement les indices, mais de ne pas en parler de manière explicite, pour plus insister sur le traumatisme refoulé, que personne (et surtout pas le mari...) n'arrive à comprendre. Peut-être ai-je eu tort...Mais je voulais vraiment entrer dans la tête de cette jeune fille, avec tout son inconscient, incompréhensible pour des gens extérieurs et aussi pour elle de manière consciente...

Bises, et merci de ta lecture !
Au plaisir !
Eimelle

Pourquoi aurais-tu eu tort ? C'est plutôt bien pensé je trouve. Et cela pose des questions importantes aux lecteurs...

SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2400
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Murphy Myers le Dim 12 Oct 2014 - 12:28

Je plussoie Silence. D'autant plus que tous ceux qui ont commenté ont plus ou moins fait référence à un viol incestueux. Donc t'as totalement réussi ton coup, sans en prononcer le nom une seule fois, t'as implanté cette idée d'arrière fond dans tous les esprits.


La forme dans le noir

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère

Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 2623
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 24

http://damnmurphy.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par SILENCE le Dim 12 Oct 2014 - 12:54

CQFD !

SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2400
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Ulysse le Dim 12 Oct 2014 - 13:06

Comme le copains, je trouve le dosage parfait.


Ulysse

"Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis"

François Villon

Ulysse
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 860
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 40
Localisation : Berlin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère indigne

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum