Le paradoxe de la cage

Aller en bas

Le paradoxe de la cage

Message par Perroccina le Mer 8 Oct 2014 - 13:35

Encore un petit truc sans prétention, j'ai tenté de tenir le nombre de pieds constant et de faire des rimes. Mais il est certain qu'il y a encore des choses à dire sur la forme... Désolée pour les puristes.

La liberté laisse sourdre le murmure inquiétant de l'infini.
Aucun repère, aucun appui ne permet de soutenir la vie.
L'espace vide de sens agresse l'âme et la force au repli.
Dans l'amère prison de l'esprit comment fuir cette liberté honnie ?

Comme ils sont rassurants, les barreaux de cette jolie cage dorée.
Le prix à payer semble si dérisoire pour trouver la sérénité.
La liberté et ses inquiétants murmures sont à tout jamais bâillonnées.
L'esprit s'apaise et s'ouvre, oublie ses peurs et apprivoise l'éternité.

Les pensées s'envolent et se heurtent sans cesse aux barreaux de la cage.
La solitude pèse et les envies étouffées jouent comme des mirages.
La clef, sciemment perdue, de cette prison fut une résolution sage.
La liberté chante comme une sirène, à jamais inaccessible pour un hommage.


Un jour peut-être j'ajouterai une strophe...


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Murphy Myers le Mer 8 Oct 2014 - 16:06

Personnellement j'adore, autant dans l'idée que dans le traitement.

Si j'avais une suggestion, ça serait de dire "oublie ses peurs, apprivoise l'éternité" dans la 2e strophe. Je sais pas pourquoi, le 2e "et" dans la phrase m'a un peu accroché dans ma lecture. Mais j'avoue que c'est qu'un détail.


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3260
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 26

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Catherine Robert le Mer 8 Oct 2014 - 16:12

Un joli poème, j'aime bien.
Commentaire d'une utilité incroyable, je m'applaudis ! :mrgreen:


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"
"Merci de m'avoir donné envie de vomir !" Nao76 sur "Yin et yang"
"Ton texte m'avait fait penser à un film allemand atroce que j'avais vu plus jeune : Nekromantik !" Polo sur "Trafic de cadavres"
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 10143
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Perroccina le Mer 8 Oct 2014 - 19:43

Pas si inutile, ça fait toujours plaisir.

Murphy, merci, je vais revoir ça.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Perroccina le Ven 10 Oct 2014 - 14:20

Je vous avais dit que j'allais ajouter un paragraphe

La liberté laisse sourdre le murmure inquiétant de l'infini.
Aucun repère, aucun appui ne permet de soutenir la vie.
L'espace vide de sens agresse l'âme et la force au repli.
Dans l'amère prison de l'esprit comment fuir cette liberté honnie ?

Comme ils sont rassurants, les barreaux de cette jolie cage dorée.
Le prix à payer semble si dérisoire pour trouver la sérénité.
La liberté et ses inquiétants murmures à tout jamais bâillonnées.
L'esprit s'apaise et s'ouvre, oublie ses peurs, apprivoise enfin l'éternité.

Les pensées s'envolent pour se heurter sans cesse aux barreaux de la cage.
La solitude pèse et les envies étouffées jouent comme des mirages.
La clef, sciemment perdue, de cette prison fut une résolution sage.
La liberté chante comme une sirène, à jamais inaccessible pour un hommage.

Finalement les regrets deviennent tout à la fois barreaux et doux cocon.
Le cycle infernal démarre et la cage rétrécit, oppressante maison
Le piège s'est refermé, il a tué tout espoir, l'esprit hurle dans sa prison
Il désespère de parvenir à dépasser un jour ce paradoxe abscons


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Eimelle le Sam 11 Oct 2014 - 0:26

Coucou Perrocina,

Je vais faire un commentaire totalement inutile, parce que je ne saurais pas l'expliquer, mais je trouve que "ça ne sonne pas" comme on dit en poésie. Je m'explique : je lis toujours les poèmes à haute voix pour les entendre, et quand je n'arrive pas à chanter dessus, je me dis toujours qu'il y a quelque part un problème dans la composition... A une époque où je cherchais à écrire de la poésie (là où j'ai toujours lamentablement échoué, entendons-nous bien), je lisais et relisais en boucle Baudelaire, Hugo et Aragon, qui à mes oreilles, chantent comme des pinsons !

C'était le petit message inutile du jour.

Bises
Eimelle

P.S : A propos, un petit conseil qu'un poète m'avait donné sur un festival et qui peut servir : ne jamais faire tout un strophe sur la même rime finale... A l'oreille, c'est trop de redondances, et ça détruit l'harmonie ! Toujours au moins deux rimes dans un paragraphe, d'après ce qu'il m'a dit... J'avais fait la même erreur, et pourtant, ça ne me choquait pas à l'oreille...


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le paradoxe de la cage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum