Un pied dans la tombe

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Jeu 17 Oct 2013 - 19:44

Bonjour !
Je suis la petite nouvelle, Eimelle, et je me permets de participer à votre concours. Je ne sais pas trop comment on fait pour mettre un pdf en ligne (moi ? Nulle en informatique, non ! Mais j'accepte quand-même les conseils ). Alors, voici ma nouvelle en copier-coller !
Bises à tous, et j'espère qu'on va passer de bons moments ensemble !

Un pied dans la tombe

Le vieil homme tentait frénétiquement de retirer son pied cadenassé dans la tombe. Rien n’y faisait. Il restait inexorablement bloqué, et commençait sérieusement à bougonner. Il n’était pas malade pourtant, pourquoi l’avait-on coincé là-dedans ?
Autour de lui, dans le cimetière qu’il habitait, de nombreux vieillards restaient, eux-aussi, accrochés à leurs tombes. C’était une vision assez morbide que celle de personnes affaiblies dévorées par le cancer, de Maccabées vivants qui hurlaient à la mort, de vieilles peaux qui collaient aux os comme des vêtements mouillés… Le vieil homme se révoltait : d’accord, il voulait bien que malade, on soit directement transféré au cimetière, et que son pied soit cadenassé dans sa tombe. Mais lui, il n’était pas malade du tout ! Il était vieux, certes, il ne savait plus exactement son âge d’ailleurs : mais enfin, quand-même : ce n’était pas là des façons de faire !
Ah ! Ces jeunes, pensait-t-il ! Vous leur affichez une palette de bougies sur un gâteau, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, vous vous trouvez accroché à la tombe X d’un cimetière lugubre ! Place aux jeunes, d’accord, il voulait bien, mais de là à lui piquer sa maison ! Et puis, ici, avec toute cette pluie qui gouttait, il allait vraiment finir par attraper la mort ! Ses rhumatismes lui faisaient mal ! Il avait voulu le dire au gardien, mais chut ! Pour un peu, on allait lui sceller les deux pieds….
Bougres de descendants ! Ils devaient en faire une de ces fêtes, dans sa grande maison... Il voyait bien le topo : des cotillons un peu partout, de la gerbe aussi, et le chien faisant malencontreusement tomber le portrait de Mémé. En voilà une moralité ! Ce n’était quand-même pas de sa faute s’il ne se rappelait plus son âge...
Ils lui avaient diagnostiqué quoi, déjà ? Alzheimer ? Un cancer ? La maladie Parkinson ? Il ne savait plus, mais ça avait l’air de les avoir bien réjoui ! Au cimetière, papi ! Lui qui avait toujours eu peur des vers de terre, voilà qu’on lui en filait par cargaison. Et ce fichu gardien qui passait au milieu des allées, en leur distribuant leurs médicaments, et en pensant bien fort : « Mais quand est-ce qu’ils vont crever, ces vieux ? ».
Mais Pépé avait toujours eu l’esprit de contradiction. C’était plus fort que lui, il n’aimait pas les ordres. Il suffisait qu’on lui dise quelque chose, pour qu’il fasse l’inverse. C’était décidé, il n’allait pas mourir. Papi faisait de la résistance, voilà, c’était tout. Non pas que cela ne lui aurait pas plu, finalement, de mourir : car après tout, passer seul ses journées à déjeuner sur la pierre tombale avec les autres disjonctés autour, ça n’avait rien de bien réjouissant. Il aurait volontiers rejoint Mémé, morte il y a deux ans dans la tombe d’à côté. Paix à son âme. Mais il se disait que ça lui ferait quand-même les pieds, à cette jeunesse, d’avoir sur les bras un vieux qui ne voulait pas crever.
C’était quand même un peu venteux ici. Et triste aussi. Et puis, avec un pied attaché dans le sol, de combien de mètres pouvait-on bouger ? Deux mètres grand maximum. Un marathon quoi ! Il aurait bien eu besoin de se dégourdir les jambes. Surtout que les gardiens étaient sympathiques comme des portes de prison, genre émotions blindées, cœur saturé. Non mais, quelle idée avaient-ils eu de l’emmener là ? Il avait froid en plus. Et on lui amenait des fleurs, une cargaison pour le soulager. Des chrysanthèmes, bien-sûr, et pourquoi pas des oranges ? Ils avaient de ces idées, les jeunes, franchement !
Deux fois par semaine, il supportait la présence de sa nombreuse descendance. Ils venaient tous le voir au cimetière, avec leurs gueules d’enterrement, prêts à le mettre six pieds sous terre, bref, « il ne faut pas s’attacher », semblaient-ils penser. Il n’y avait guère que le gamin qui avait un air sympathique. Lui, il était toujours vissé sur son Smartphone, mais au moins, c’était un marrant, il lui avait appris à l’utiliser. Depuis, Pépé harcelait les gardiennes de mots doux bien salés. Mais Il était tranquille : on ne l’aurait jamais accusé lui : pensez, les vieux et la nouvelle technologie, on sait ce que ça donne...
Les fleurs sur la tombe, le gamin, il était un peu comme lui, il n’en avait rien à foutre. Il lui amenait plutôt des bonbons Haribo, du chocolat et des- comment ça s’appelait déjà ?- ah oui, des Têtes brûlés. Pas mauvais ce truc, finalement. Il lui soignait son diabète, quoi ! Enfin un qui avait tout compris ! La tombe, pas la peine de lui faire des politesses, vu qu’on avait déjà un pied dedans...
Un jour, le gamin lui dit : « Ca sent la mort, ici, Papi ». Et son grand-père répondit : « Ben ouais, elle est là, au fond du trou ». Alors, le môme lui répliqua : « Quand est ce que je te sors d’ici ? ». Demain, si tu veux ! Chiche ? Tiens, ils allaient s’en priver !
Ca leur prit toute une après-midi pour monter un plan d’évasion. Les gardiens n’y virent que du feu, ils étaient trop occupés à lustrer les autres tombes. Paraît que la propreté, c’est important, même dans un cimetière…Le vieux et son petit-fils récapitulèrent tout ce qu’il y avait à faire : desceller la tombe sans se faire voir, déjouer la surveillance des gardiens, et puis courir très vite au milieu du cimetière qui était, par définition, assez découvert. Pour cette dernière étape, le môme décida qu’il prendrait son vieux sur son dos. Mais le problème central restait le même : où allaient-ils se cacher ? : « Je te ramène chez toi, Papi », lui dit le gamin. Et le vieux lui répondit alors : chiche ? Ben tiens, il ne manquerait plus que ça qu’on ne le fasse pas !
Le lendemain, tout marcha impeccablement. Pourtant, c’était au chalumeau que le môme descella la tombe, et les gardiens, ces imbéciles, ne virent rien du tout. Et puis ils coururent dans le cimetière, l’un sur l’autre, l’air de rien, comme un môme qui promène une dernière fois son condamné à mort… Ils arrivèrent sur le parking, et le môme chargea son vieux dans la camionnette. Ils roulèrent, roulèrent, en riant, avec les Black Eyes Peas en toile sonore, et puis le gamin gara sa voiture devant la maison du grand-père, et le vieux pleura de joie en rentrant chez lui.
Il retrouva son chat, les meubles nacrés d’une fine poussière, et cette odeur si particulière qui lui rappelait Mémé. Il était presque étonné : ses descendants n’avaient touché à rien dans la maison, n’avaient pas vendu les meubles, avaient laissé intacts les murs et ses souvenirs, avec les photos toujours accrochées sur la cheminée. Tiens donc, ils auraient un cœur, ces morpions ? Le môme lui dit que sa mère pensait souvent à lui, mais « que veux-tu ? C’est la vie, on ne peut pas faire autrement ». Le vieux sourit en regardant son petit-fils, et le môme l’aida à monter dans sa chambre, où Pépé s’allongea, fatigué mais heureux.
Trois heures plus tard au maximum, la radio annonça que le cimetière de la ville avait perdu un habitant. Envolé, parti ! Cela devait faire bizarre à la Mort d’avoir raté son macchabée... Le vieux rit un bon coup, et le gamin avec lui. En une soirée, ils mirent tout sens dessus dessous dans la maison, montèrent la sono à fond, jouèrent aux cartes, aux dames chinoises, et finalement, le môme prépara au vieux un repas comme celui-ci lui en faisait quand il était petit.
Le lendemain, cela commença à se corser. Le gamin devait retourner à l’école, il n’aimait pas cela, mais il n’avait pas trop le choix. Et puis, le vieux se sentait mal à l’aise à l’idée de rester tout seul dans cette grande maison : il ne savait plus monter un escalier, pour lui, le marathon, c’était deux mètres, il ne fallait pas l’oublier ! Et puis, cette maison sentait presque autant la mort que son cimetière, il n’y était pas tellement à l’aise, un peu seul, un peu triste.
A la radio, la disparition du vieux faisait grand tapage : la famille, furieuse, accusait l’établissement de lui avoir perdu son grand-père. De grands débats étaient ouverts : était-ce bien raisonnable d’attacher les vieux un pied à leur tombe ? Etait-ce bon pour leur développement psychique ? La question primordiale était pour les médias de savoir si aussi près de la mort, les vieux gardaient encore un semblant de psychologie humaine…
Le vieux commençait à s’ennuyer. Il ne pouvait pas sortir sans se faire repérer. Le gamin avait tellement séché de cours qu’il avait loupé ses examens, et cela le rendait maussade. Et puis, écouter la radio faisait entrer le vieux en dans une étrange léthargie : toutes ces questions sur « qu’est ce qu’un vieux, finalement ? » ça le rendait malade…
Finalement, un soir où il mangeait sa bouillie d'un air maussade, il eut une idée. Pas besoin, finalement, de retourner au cimetière. Il allait ouvrir une maison de fête pour les vieux. Un lieu où on pourrait faire un gigantesque pied de nez à la mort en l'attendant, quoi ! Un concept simple, dynamique : il allait "inviter" des vieux du cimetière à passer leurs derniers jours dans sa maison à lui, et ils feraient des fêtes parties spécial sans dentier comme ils en avaient fait avec le gamin. Le môme, le seul qui le comprenait dans cette histoire, fut enthousiaste à l'idée de désobéir à la génération intermédiaire. Et lui, adepte des nouvelles technologies, savait parfaitement comment faire passer l'affaire...
Et voilà le môme et son pépé qui écrivirent à tous les journaux, qui passèrent en boucle à la télé pour dénoncer le phénomène honteux des cimetières où étaient entassés les vieux qu'on avait étiquetés "prêts à crever". Pépé ne comprenait pas grand chose à cette opération de cirque que le môme désignait sous le nom de "buzz médiatique", mais enfin...Il laissait faire, il avait confiance. Et l'affaire fit grand bruit, scandale, même : le vieux comptait sur ses économies pour lever les fonds nécessaires au projet, mais ils n'en eurent pas besoin : des dons affluèrent de partout dans le monde pour soutenir cet acte de résistance héroïque. Pépé avait de quoi embaucher du personnel médical jusqu'à la fin de sa vie, et trouva même un but à cette dernière : il allait ouvrir une association chargée de favoriser de telles initiatives partout ailleurs. Le môme échappa au chômage qui lui était programmé en devenant gestionnaire de cette maison de fête, et vice-président de l'association de son grand-père. Et les deux compères ne se quittèrent plus.

Quant à la famille et à l'administration de cimetière... Eh bien, devant tant d'opiniâtreté et de tapage médiatique, ils n'eurent qu'à s'incliner...

avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par mormir le Jeu 17 Oct 2013 - 20:31

Eh bien franchement, chapeau pour cette histoire particulièrement originale. Il y a quelques passages dont l'écriture pourrait être améliorée, mais globalement c'est dynamique et vraiment original, je le répète. J'ai beaucoup aimé.


CONFUCIUS : lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.
avatar
mormir
— Arpenteur des mondes — Disciple de l'arbre noir
 — Arpenteur des mondes —  Disciple de l'arbre noir

Messages : 2302
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 53
Localisation : Près de Chartres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Perroccina le Jeu 17 Oct 2013 - 20:49

Pour mettre les textes en pdf, il faut les enregistrer en tant que tel depuis ton traitement de texte puis tu vas chercher le site pdf.fr sur ton moteur de recherche préfère et après tu te laissés guider. Bon, ceci dit je vais récupérer ton texte pour le lire. En revanche vu le retard que j'ai j'espère que tu n'es pas trop pressée.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2925
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Jeu 17 Oct 2013 - 20:55

Ne t'inquiète pas, Perroccina, prends ton temps ! Le temps, c'est précieux pour écrire, et même pour faire plein d'autre chose parfois, tiens ! On n'est pas que des écrivains !
Et merci beaucoup, Mormir ! Vraiment très gentil de ta part ! Je suis consciente qu'il y a pas mal de tournures qui ne sont pas vraiment heureuses : j'ai écrit ce texte il y a un moment déjà, et je ne l'avais pas relu avant de le poster... Mea Culpa !
J'espère que je vais passer plein de bon temps avec vous !
A bientôt
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par FRançoise GRDR le Jeu 17 Oct 2013 - 22:06

J'ai beaucoup aimé aussi ton texte, bien enlevé avec une fin heureuse (ça nous change... quoique la nouvelle mélancolique de TWWT a aussi une fin ouverte au "bonheur", si l'on peut dire "bonheur" pour une fin de vie ! Suspect 


Françoise Grenier Droesch
Skype Woman...
avatar
FRançoise GRDR
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton
—— Princesse Mononoké —— Disciple de Tim Burton

Messages : 7956
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 62
Localisation : Troie

http://francoisegrenierdroesch.over-blog.com/article-quatrieme-d

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Zaroff le Sam 19 Oct 2013 - 12:30

Du beau boulot, de bonnes idées. On peut chipoter pour certaines tournures mais le thème est formidablement bien respecté. Le final mériterait d'être retravaillé plus en profondeur. Malgré tout, c'est un récit qui risque d'avoir ses chances lors des votes.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12723
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Sam 19 Oct 2013 - 13:26

Merci à vous Françoise et Zaroff, ça fait plaisir! Je me suis rendue compte aussi que la fin était un peu bâclée... En fait, j'avais initialement écrit ce texte en réponse à un concours qui avait un nombre de signes à ne pas dépasser... Donc, je n'ai pas pu bien la développer.
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Didier Fédou le Sam 19 Oct 2013 - 13:32

Une petite question, Eimelle, lirais-tu du Bernard Werber ? Ton texte me rappelle une (mauvaise) nouvelle de notre Nanard national, où des vieux prennent le maquis pour résister aux jeunes qui les poussent dans les orties.
Je te rassure, ton histoire est meilleure. Plus fun et assumée, et avec un chouette semblant de morale qui va bien.
Je demande parce que ton warhammer des dieux que j'ai survolé me rappelle aussi un peu sa trilogie des dieux. Je peux me tromper, et c'est pas une critique.
avatar
Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 39
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Max le Sam 19 Oct 2013 - 13:41

Vous êtes méchant avec ce pauvre Werber Rolling Eyes 
avatar
Max
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 779
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Didier Fédou le Sam 19 Oct 2013 - 14:02

Maaaaais non... pas pauvre en tout cas.
avatar
Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 39
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Sam 19 Oct 2013 - 14:51

Coucou !
Non, je n'ai jamais lu Bernard Werber.... Il faudrait que je m'y mette d'ailleurs ! En fait, je n'ai pas lu beaucoup de textes de fantastique, ni de science fiction ou d'héroïque fantasy. A l'origine, je faisais plutôt de la littérature blanche, parce que j'ai fsuivi des études littéraires plutôt classiques... Je me suis mise sur le terrain de la SFFF parce que l'ambiance me paraissait plus jeune, plus dynamique, et avec plus de possibilité d'exploration et de la lâcher-prise. Et puis, c'est mon copain aussi qui m'a fait découvrir tout cela ! Mais bon, du coup, il me reste plein de choses à explorer dans cet univers : les grands noms du genre restent encore de parfaits inconnus pour moi... Mais je ne doute pas que Bernard Werber écrit des textes de bien meilleure qualité lol !
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Blahom le Sam 19 Oct 2013 - 14:59

Un idée de départ très originale. J'apprécie l'idée de prendre une expression bien connue au pied de la lettre, ou plutôt au pied de la tombe.

La fin heureuse ne me dérange pas même si j'ai généralement une préférence pour l'inverse.

En revanche, les phrases de conclusion auraient gagné à être un peu plus "travaillées", moins hâtivement envoyées.


Laisse toute espérance...
avatar
Blahom
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres
—Adorateur du (mauvais) genre— Chuchoteur dans les ténèbres

Messages : 1435
Date d'inscription : 02/10/2013
Age : 50
Localisation : Sud-Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Sam 19 Oct 2013 - 15:02

Et pour répondre à ta question sur le warhamer des Dieux : à l'origine, j'ai tiré mon inspiration de mon copain est un vrai geek et qui passe ses journées entières sur World of Warcraft et toutes ces choses-là. Du coup, je lui ai dit : "ce serait marrant que j'écrive une nouvelle basée sur un gigantesque jeu de rôle/warhamer, où les humains seraient les personnages". Et du coup, il m'a répondu : "ah ouais, et ce serait drôle que tu fasses ça avec une période historique, par exemple avec Napoléon " (oui, je sais, il est fan de Napoléon, du moins il est fasciné par le personnage, chacun a bien ses défauts...). Du coup, la nouvelle était censée être un gigantesque clin d'œil à notre relation et à centres d'intérêts. Hommage raté... Ca ne lui a pas plu du tout ! Du coup, c'est vrai que j'étais quand-même dégoûtée, parce que je voulais vraiment lui faire plaisir ! Tant pis... Mais lui n'a jamais lu Werber non plus.


"Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" Nietsche
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Perroccina le Dim 27 Oct 2013 - 14:56

La première fois que j'ai lu ton histoire, je sortais un trajet en bus avec plein de vieux dedans et franchement j'avais envie de te demander où était ce monde merveilleux. Deuxième lecture, je suis revenue à de meilleurs sentiments, même si j'ai toujours du mal avec les caprices de petits enfants gâtés. Plutôt dérangeant ce concept de se débarrasser des gens qui deviennent une charge pour les familles, la société. 
J'ai trouve l'intrigue bien construite, bien menée, le style agréable et j'ai bien aime la re-création des maison de retraite mais améliorées par rapport aux établissements que l'on connaît et qui semblent se situer entre ces deux extrêmes, plus ou moins proches de l'un ou de l'autre selon les maisons.
Le petit fils est le digne héritier de son grand père alors que les enfants sont devenus des adultes formatés. Du coup j'aurais un peu plus décrit le petit fils même si les enfants restent sans visage.


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 2925
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Eimelle le Dim 27 Oct 2013 - 18:52

Merci Perroccina ! Mais il ne faut pas jeter la pierre à tous les jeunes : certains aiment beaucoup leurs aînés, et je pense qu'ils ne sont pas aussi formatés que le montre la télé ! Mais bon, cette nouvelle se voulait résolument optimiste même si elle est très simple, voire simpliste : avec des "vieux " qui restent jeunes dans leur tête (j'ai de beaux spécimens à la maison), et des jeunes qui, malgré la "merde" dans laquelle ils sont en ce moment, font preuve d'inventivité et de créativité pour changer les choses à leur échelle ! Une devise de vie, tout simplement !
avatar
Eimelle
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité
— — — Jungle girl — — — Bazooka fou dans l'intimité

Messages : 1533
Date d'inscription : 17/10/2013
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un pied dans la tombe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum