Au beau milieu d'un rêve

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au beau milieu d'un rêve, c'est :

0% 0% 
[ 0 ]
71% 71% 
[ 5 ]
29% 29% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 7

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Dim 5 Mai 2013 - 21:43

Silence a écrit:Je me suis dis que si Ambre a du mal à se concentrer c'est peut-être aussi parce que c'est le bordel dans sa tête, mais pas le bordel dans la bibliothèque où elle ne croise que des personnes studieuses, concentrées, etc.
C'est précisément ce que j'ai essayé d'insinuer (mais pas suffisamment bien, apparemment).

En tout cas, je comprends mieux ce que je dois modifier!


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Max le Mar 7 Mai 2013 - 15:31

Hello, un avis supplémentaire :

- D'accord avec Paladin sur les longueurs qu'il évoque.
- Mais pas d'accord sur le fait de commencer par le point de vue d'A - ça me semble au contraire la meilleure solution pour donner de la consistance aux 2 personnages. En plus, l'attachement du lecteur pour A est accru ; on est plus intéressé par son sort (pourquoi ce mal mystérieux...).
- Plutôt d'accord avec Silence sur le fait que le perso de G soit paradoxalement le moins riche.
- Pas d'accord par contre avec Silence sur un point : ce n'est pas forcément étonnant que G trucide du loup à tire-larigot, puisqu'on est dans un rêve (cela peut impliquer pas mal de choses), et qu'il endosse le rôle de "chevalier". Naëlle, je suis surpris que tu n'invoque pas cet argument qui me semble plus pertinent que celui que tu évoques (le fait qu'il se rend compte qu'il l'aime...).
=> Par contre, tu pourrais insister sur l'aspect "fantastique" du rêve pour qu'on s'en rendre mieux compte. Ça serait que du bénéfice pour toi (la dimension du rêve ajoute du relief aux choses). Tu pourrais par exemple faire apparaître les flammes (comme par enchantement) des mains de la fillettes (qui éluderait quant à savoir comment elle fait) - ça te permettrait en plus d'évacuer le problème des silex. Ça peut être plus subtil, bien sûr, mais tu comprends l'idée.
- D'accord avec Silence sur le fait que les persos parlent plus qu'ils ne pensent, etc. Ton style d'écriture est dans l’ensemble assez explicatif, descriptif, abstrait. Mais bon, c'est un style qui s'adapte bien à l'atmosphère du "conte" que tu affectionne.
- En ce qui concerne la caractérisation de G : on comprend bien, en effet, que c'est un gentil garçon. Il n'est pas nécessaire (ni même souhaitable ?) de s'étendre sur les pensées de G, au début, puisque tu te places du point de vue d'A (comme ça tu peux justement en faire l'économie). Montrer la surprise de G (sur les traits de son visage) sans en dire plus peut suffire sur le moment. Par contre, il n'est pas interdit, par la suite quand on est dans le point de vue de G, que celui-ci repense après-coup à sa rencontre étrange avec A (là tu peux approfondir un peu, si tu veux).
- La rencontre qui termine aussitôt dans le lit n'est pas surprenante en soi, en ce qui me concerne. Deux "solitudes" qui se rencontrent (et ici se retrouvent) et éprouvent soudain le besoin de partager un peu de chaleur humaine, on voit ça souvent (dans les films notamment). Ça choque pas plus que ça dans la vie, et encore moins dans une histoire. Ils peuvent voir cette rencontre comme un cadeau du destin, un moyen de réparer l'acte manqué des années collège.
- Ce qui est plus surprenant, c'est l'attachement inconditionnel et immédiat de G pour A.
Mais bon, c'est un gentil gars, et il s'agit d'une amourette un peu "fleur bleue", donc soit.

L'idée selon laquelle G rêve avec A, dans son esprit, au delà du coma, est sympa.

Étonnamment, je me suis plus ennuyé dans la seconde partie, avec les péripéties à l'intérieur du rêve. Comme quoi, ce n'est pas parce qu'il y a de l'action que c'est forcément plus intéressant ou immersif. Ça m'a fait penser aux aventures d'un random conte pour enfant, avec loup, ombre, château, princesse, chevalier, pont de corde périlleux... Des trucs génériques, clichés. Bof.

J'ai préféré la première partie avec cette rencontre des 2 perso, cette sensibilité... C'est surement la partie la plus intéressante et où il y a le plus de matière. D'ailleurs, je pense que tu le ressens toi aussi quand tu dis : "dès que Guillaume rêve, j'étais moins sûre de moi, ça me plaisait moins d'écrire et j'avais peur de pas réussir à faire quelque chose d'assez 'actif'."

Pour les détails :

- C’est la raison de tes cavalcades
- Je savais que traverser ce pont ne serait pas une mince affaire !
- Idée réjouissante. Et elles ont quelle forme ? Ce sont juste des ombres ?
- ...
=> Le langage de Guillaume, notamment, est très soutenu parfois. Mais pourquoi pas.

- J’ai vaguement souvenir de l’avoir apprise lors de ma journée d’appel, oui…
=> phrase trop longue et peu vraisemblable dans ce contexte d'urgence.

– On laisse la brèche tel quel ? => telle quelle ?

Un poignard et une dague c'est un peu pareil (quand G choisit, on dirait qu'il distingue les 2).

- En fait, la raison pour laquelle A tombe dans le coma, c'est pas trop possible en vrai, si ?

---------------------------

Je trouvais souvent une atmosphère "enfantine" dans tes autres textes, là je dirais plus ça. On est plus dans un registre fleur bleue, amour idéal, gentil garçon protecteur, romantisme doux - bref, une forte coloration féminine. Sinon c'est marrant, on retrouve encore l'aspect conte, dont tu sembles avoir du mal à te départir (quoique, c'est peut-être volontaire de ta part, chacun son univers de prédilection). Pourquoi toujours un conte, de près ou de loin ?

L'écriture est globalement impeccable, faut-il le préciser. Bien joué Wink

En résumé c'est un texte solide, mais ça ma pas transporté (une question de goût perso).
Bon boulot néanmoins et lecture très agréable !



Max
Écritoirien émérite
Écritoirien émérite

Messages : 779
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Mar 7 Mai 2013 - 20:56

Max a écrit:- Pas d'accord par contre avec Silence sur un point : ce n'est pas forcément étonnant que G trucide du loup à tire-larigot, puisqu'on est dans un rêve (cela peut impliquer pas mal de choses), et qu'il endosse le rôle de "chevalier". Naëlle, je suis surpris que tu n'invoque pas cet argument qui me semble plus pertinent que celui que tu évoques (le fait qu'il se rend compte qu'il l'aime...).
Ah si si, je le dis aussi, ça. Voir la fin du spoiler dans ma première réponse à Silence.

Pas bête, la "fantastisation" (bouuuh, c'est moche) du rêve et le coup des flammes.

Max a écrit:- La rencontre qui termine aussitôt dans le lit n'est pas surprenante en soi, en ce qui me concerne. Deux "solitudes" qui se rencontrent (et ici se retrouvent) et éprouvent soudain le besoin de partager un peu de chaleur humaine, on voit ça souvent (dans les films notamment). Ça choque pas plus que ça dans la vie, et encore moins dans une histoire. Ils peuvent voir cette rencontre comme un cadeau du destin, un moyen de réparer l'acte manqué des années collège.
Justement, je trouve que dans les films ce genre de chose arrive un peu trop souvent et sans que ça gêne les personnages concernés, alors qu'en vrai le caractère des personnes joue quand même beaucoup (bon, si t'as bu ou fumé, ça change légèrement...). C'est pour ça que j'ai insisté là-dessus.

Ça m'a fait penser aux aventures d'un random conte pour enfant, avec loup, ombre, château, princesse, chevalier, pont de corde périlleux... Des trucs génériques, clichés. Bof.
Voilà, c'est pour ça que j'étais pas à l'aise. J'ai eu beau me creuser la tête, dans les contes de princesse tu trouves quasiment que ça. Dans Le Livre des choses perdues de John Connolly (qui est très bien, soit dit en passant), l'auteur reprend un tas de contes et les rend plus sombres. Et quand le petit héros passe dans le monde des contes, forcément, il rencontre un chasseur qui le guide, ils traversent un pont branlant en quatrième vitesse parce qu'ils sont poursuivis par des loups et il me semble même qu'ils le détachent pour que les loups les suivent pas. En traversant la forêt, le garçon voit une petite maison dans laquelle vit Baba Yaga qui veut le découper en tranches, et ainsi de suite jusqu'à ce que tout soit bien qui finisse bien.

Max a écrit:– On laisse la brèche tel quel ? => telle quelle ?
Ouiiii! *va se taper la tête contre un mur* Le pire c'est que j'ai sûrement vérifié à chaque relecture, tellement cette règle veut pas rester durablement dans mon cerveau!

Max a écrit:Un poignard et une dague c'est un peu pareil (quand G choisit, on dirait qu'il distingue les 2).
Oui, il fait la différence. Il me semble qu'un poignard, c'est petit (20 cm maximum, dit Wikipédia) et pratique, alors qu'une dague est un peu plus grande (et vachement plus stylée!), comme une petite épée. Vive les T-RPG! :mrgreen:

Max a écrit:- En fait, la raison pour laquelle A tombe dans le coma, c'est pas trop possible en vrai, si ?
Nope, pas possible. C'est pour ça que les médecins ne trouvent rien: c'est fantastique.

Max a écrit:Je trouvais souvent une atmosphère "enfantine" dans tes autres textes, là je dirais plus ça. On est plus dans un registre fleur bleue, amour idéal, gentil garçon protecteur, romantisme doux - bref, une forte coloration féminine. Sinon c'est marrant, on retrouve encore l'aspect conte, dont tu sembles avoir du mal à te départir (quoique, c'est peut-être volontaire de ta part, chacun son univers de prédilection). Pourquoi toujours un conte, de près ou de loin ?
Les rôles auraient pu être inversés (et le registre fleur bleue n'est pas l'apanage des femmes!). Je le sous-entends vers la fin, lorsque Blanche explique qu'Ambre aidera Guillaume lorsqu'il en aura besoin (sauf qu'il tombera pas dans le coma parce que bon, ça va bien! Laughing ). Ce que j'essaie de montrer, c'est plutôt une relation d'égal à égale, d'entraide, qui affleurait déjà dans le conte de La Plume d'or, si tu te souviens.
Pourquoi toujours un conte? Ben j'en sais rien... J'aime bien les contes. Et, tiens-toi bien, la prochaine nouvelle que je compte écrire fait aussi référence aux contes. Ça causera de sorcières, de fées et de préjugés sur les sorcières, sauf qu'il n'y aura pas d'histoire d'amour, cette fois (enfin si, mais en souvenir et pas trop longuement, si je réussis à me contenir). Et j'essaierai d'écrire de manière plus... fleurie. Ma sorcière n'a pas sa langue dans sa poche.

Max a écrit:L'écriture est globalement impeccable, faut-il le préciser.
Ben oui! Ça fait toujours plaisir. D'autant que là, j'ai fait la chasse aux verbes faibles et aux répétitions, à en devenir dingue.

Merci de ta lecture, en tout cas! J'ai apparemment répondu à tes exigences techniques draconiennes, donc rien que pour ça, je suis contente. C'est que je progresse.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Zaroff le Mer 8 Mai 2013 - 6:22

Promis, je le lis ce week-end.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook

"Après avoir rencontré Zaroff, je me suis mis à la belote coinchée."
Magnus Carlsen

Zaroff
— — Checkmate Master — — Disciple de Nécrorian
— — Checkmate Master — — Disciple de Nécrorian

Messages : 11831
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 44
Localisation : Ruins D99

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Mer 8 Mai 2013 - 12:23

Pas de souci, Zaroff! J'ai tout mon temps.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par SILENCE le Mer 8 Mai 2013 - 12:53

Je me permets d'intervenir de nouveau au sujet de ton texte Naëlle et de la réponse postée par Max. Deux points me chiffonnent :
1°) Au sujet de Guillaume qui se met à tuer des loups comme moi j'enfile les perles : vous dites, oui mais on est dans un rêve. Ok. Mais alors il faut insister sur l'atmosphère onirique. Parce qu'un élément (fort) de ton texte Naëlle se tient justement dans le fait que l'on différencie mal le domaine du rêve et e domaine du monde réel. Je m'explique : on sait effectivement que Guillaume rêve ou du moins on sait qu'il dort. Mais ce qui est intéressant dans ton texte tient au fait que le rêve de Guillaume est très réel. Bien plus même puisque tu ne fais aucunement la distinction entre le Guillaume qui croise Ambre (réel) dans le train et le Guillaume qui suit Blanche (rêve). Ils sont rigoureusement les mêmes (j'aurais pu parler au singulier puisqu'il n'y a qu'un Guillaume). Du coup, il est difficile de dire qu'une chose est possible simplement parce qu'elle est rêvée et/ou fantasmée. Pour cela il faut que le Guillaume du rêve et le Guillaume réel soient nettement différenciés. Mais en faisant cela, tu risques de perdre ce qui est à mon avis l'un des points fort de ton récit à savoir la similarité du monde réel et du monde rêvé.
2°) Au sujet de la nuit de Guillaume et d'Ambre, sans que Guillaume se pose la moindre question, n'ait le moindre doute. Max souligne le fait que cela est tout à fait possible et que ce n'est finalement qu'une question de solitudes qui se trouvent ou se retrouvent. Là encore Ok. Je ne dis pas que ce n'est pas possible, je dis tout simplement que ce n'est pas crédible (pas la même chose). Guillaume est un gentil type, il est même probablement l'archétype du gars timide et un peu gauche avec les filles (c'est en tout cas comme cela que le texte de Naëlle le présente implicitement). Il n'est pas Brad Pitt (je ne dis pas qu'il est moche, ce n'est pas le cas, je dis simplement qu'il n'est pas un grand séducteur, qu'il manque de confiance en lui, qu'il est le contraire du gars qui sait avoir du succès avec les filles/femmes). Du coup, je reviens à ce que je disais, Guillaume devrait se poser davantage de questions. Certes, il peut coucher avec Ambre (Il n'est qu'un homme et rien de ce qui est humain ne lui est étranger) mais cet acte doit l'amener (avant et après) à s'interroger (a-t-il bien fait d'accepter, pourquoi lui propose-t-elle cela, à lui - surtout si Ambre est mignonne ce qui semble être le cas -, etc.). Voila en gros ce qui me semble important Naëlle, mais encore une fois ce n'est qu'un avis...

SILENCE
— — — Moine copiste — — — Disciple des Lois du Silence
— — — Moine copiste   — — — Disciple des Lois du Silence

Messages : 2400
Date d'inscription : 02/01/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Didier Fédou le Mer 8 Mai 2013 - 18:38

Il y a une vraie intelligence dans cette histoire. Un début, un milieu, une fin, des trucs qui se passent, des émotions, tout ça. Ouais ouais, j'ai bien aimé, vraiment.
J'eus cependant apprécié que t'en rajoutes une couche sur la déprime d'Ambre. Parce qu'au début, ce que j'en lis, c'est qu'elle a un coup de blues, et on sait même pas pourquoi. Après, oui, on comprend que c'est une vraie dépression, ce qui justifie ce coma ( et pourquoi pas une overdose d'antidepresseurs ?).
Après, les métaphores se sont faites toutes seules dans mon esprit. Le monde gris à cause de la déprime, les loups-idées noires qui bouffent l'esprit d'Ambre, et qu'est ce qui pourrait la sauver, sinon l'amour ?
C'est comme ça que moi je l'ai vu, et que je l'ai apprécié. Après, je ferais les remarques habituelles, c'est trop propre, les jeunes ne parlent pas comme des jeunes. C'est pas très grave, mais ça met une distance. Et la toute dernière phrase, la fin, est ratée.
Bon boulot. Tu prends petit à petit du style et de l'assurance dans la plume. Continue à écrire, je te prédis que dans quelques années d'expérience, tu vas nous déchirer notre race.


Le châtiment de l'ange
Les Terres de Légendes
Le livre en noir
La couronne de Lucifer

Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 38
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Mer 8 Mai 2013 - 19:28

Silence a écrit:Parce qu'un élément (fort) de ton texte Naëlle se tient justement dans le fait que l'on différencie mal le domaine du rêve et le domaine du monde réel.
Ah? C'était pas vraiment voulu, pour tout te dire.

Pour le 2: J'ai bien compris ce que tu veux dire, t'inquiète! Lorsque je modifierai le texte, Guillaume acceptera pas la chose aussi facilement.

Didier Fédou a écrit:J'eus cependant apprécié que t'en rajoutes une couche sur la déprime d'Ambre.
Souci: j'ai peur que ça vire au mélo.

Didier Fédou a écrit:Et la toute dernière phrase, la fin, est ratée.
Ah bon? Mince. J'aimais bien cette phrase, qui montrait qu'au froid de la déprime et de la solitude s'est substitué la chaleur de... l'amour. Zut, c'est vachement niais dit comme ça.

Didier Fédou a écrit:Bon boulot. Tu prends petit à petit du style et de l'assurance dans la plume. Continue à écrire, je te prédis que dans quelques années d'expérience, tu vas nous déchirer notre race.
Merci, Didier! drunken


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Jack-the-rimeur le Sam 11 Mai 2013 - 1:27

Bien, je suis venu, j'ai lu, et je ne regrette pas.
Sur la forme, l'écriture est précise, presque méticuleuse. Tu aimes les mots, la langue et la précision. La base est acquise et maîtrisée, pas de souci de ce côté-là.
(Une petite maladresse que les autres n'ont pas relevée : "Il hocha la tête en signe de dénégation". Hocher, comme opiner, indique un mouvement de haut en bas, donc d'approbation ou d'acceptation. "Il secoua négativement la tête" me paraît être la formule la plus usitée. Broutille.)
Je dirais que ta qualité majeure et ton principal défaut sont le goût du perfectionnisme. Défaut qui te conduit à développer des éléments d'histoire sans grand intérêt (le dialogue avec les pompiers, comme l'a souligné Paladin) ou à prêter des propos un peu trop châtiés à tous tes personnages, sans les variations sociales ou culturelles qui font la diversité des vivants. C'est cette uniformité et l'absence de spontanéité émotionnelle qui donnent à tes personnages de faux airs de comédiens amateurs, appliqués mais un peu empruntés (la tante et l'oncle en particulier). Pas grave, ça viendra avec l'expérience du vécu.
En attendant, tu peux t'aider à visualiser en piochant dans les personnages de fiction. Pour Guillaume, par exemple, je verrais assez bien le Dustin Hoffman jeune du "Lauréat".
Guillaume, voilà un personnage à étoffer. Des êtres faits l'un pour l'autre mais qui ne le réalisent vraiment que le jour où le hasard les réunit à nouveau n'a rien d'exceptionnel. (Je connais au moins deux ménages qui ont explosé à cause de retrouvailles fortuites de ce genre.) Toutefois, comme l'ont noté Max et Silence, l'attachement immédiat et absolu de Guillaume pour Ambre après leur nuit ne va pas forcément de soi. Si je peux faire une suggestion, le moyen le plus simple de justifier l'attitude de Guillaume serait que leur rencontre fortuite... ne soit pas vraiment fortuite. Imagine-les tous deux à la descente du train :
-- Incroyable ce hasard qui nous réunit à nouveau ! dit-elle.
Guillaume ne répond pas. Il paraît gêné tout-à-coup. Elle s'arrête, interloquée par son silence, le regarde dans les yeux :
-- Qu'est-ce... (soudain elle comprend : ) Ce... ce n'est pas le hasard, hein ?... Guillaume, tu me cherchais, c'est ça ? souffle-t-elle.
Le visage du jeune homme n'est qu'un masque de douleur.
-- Ambre, pardon, chuchote-t-il. Oh, si tu savais comme tu me manques !
Un long silence, les yeux dans les yeux. Elle aussi est bouleversée. Elle lui prend doucement la main. Il voit une petite larme perler au coin de son oeil, qu'il essuie délicatement en laissant son doigt glisser le long de sa joue. Puis une étreinte passionnée les emporte.
Enfin, tu vois le topo.
Quoi encore ? Ah oui, une petite faille dans la cohérence du récit : Ambre sombre dans le coma au terme d'une longue dépression suite à la mort de ses parents, ai-je cru comprendre. N'est-il pas curieux que cela survienne après qu'un rayon de soleil (Guillaume) soit entré dans sa vie, quand elle avait enfin le meilleur motif qui soit de remonter la pente ? Tu avais pensé à ça ?...
Rassure-toi, il y a une solution : Ambre est descendue si bas qu'elle n'ose plus croire au bonheur. Elle a peur de ne trouver à son réveil qu'une passade éphémère qui l'acheverait et s'enferme dans son rêve. Ce qui donne tout son sens à l'épreuve de Guillaume. C'est à lui de la convaincre en allant la chercher dans son refuge intérieur.
Allez, un dernier point et j'arrête là : dans le monde onirique, je me fiche des détails "réalistes" et je n'ai rien contre le grand loup noir mais, étant dans la tête d'Ambre où se trouve déjà une version "Blanche", je verrais bien Guillaume affronter sa version obscure, celle qui la gangrène, sombre et froide comme la mort. Je lui ai même trouvé un nom : "Marbre" (presque un anagramme !).
Mais ceci serait une autre histoire. Bonsoir et merci.

P-S : Hé, tu veux une autre fin ? Au moment du baiser, toute l'énergie vitale de Guillaume passe dans Ambre et, tandis qu'elle sort du coma, c'est lui qui y sombre, piégé à jamais dans ce rêve qui n'est pas le sien. Il entend le rire de Blanche résonner au loin... (Non, ça deviendrait une histoire de vampire. Mais, qui sait ? ça pourrait servir ailleurs...)
Au fait, je t'ai dit que tu avais du talent ?


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK

Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2032
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 64
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Didier Fédou le Sam 11 Mai 2013 - 4:09

Marbre... excellente idée. Tu vois Naëlle, ton histoire ne demande qu'à exploser et sortir de ton contrôle, c'est très bon signe !


Le châtiment de l'ange
Les Terres de Légendes
Le livre en noir
La couronne de Lucifer

Didier Fédou
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien
— Tueur en série de Bics — Disciple de Conan le Cimmérien

Messages : 2388
Date d'inscription : 27/10/2011
Age : 38
Localisation : Au sud-ouest, putain con !

http://mellyanntest.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Sam 11 Mai 2013 - 19:08

Je gagnerais un temps fou si je vous soumettais d'abord le synopsis et qu'ensuite seulement j'écrivais, en fait Laughing

Jack-the-rimeur a écrit:Si je peux faire une suggestion, le moyen le plus simple de justifier l'attitude de Guillaume serait que leur rencontre fortuite... ne soit pas vraiment fortuite.
Dans ma tête, Guillaume arrivait dans le wagon, la reconnaissait, s'asseyait en face d'elle. Et moi, comme une débile, j'oublie de le dire quand on passe du point de vue de Guillaume. (J'ai l'air d'inventer des excuses mais je jure que c'est vrai.)

Jack-the-rimeur a écrit:Ah oui, une petite faille dans la cohérence du récit : Ambre sombre dans le coma au terme d'une longue dépression suite à la mort de ses parents, ai-je cru comprendre. N'est-il pas curieux que cela survienne après qu'un rayon de soleil (Guillaume) soit entré dans sa vie, quand elle avait enfin le meilleur motif qui soit de remonter la pente ? Tu avais pensé à ça ?...
Oui, j'y ai pensé. Et ça me semblait pas être une faille. Elle est tellement au fond du gouffre qu'elle se dit: de toute façon, c'est qu'une passade. Et c'est pour ça qu'elle sombre. Elle imagine pas une seconde d'aller plus loin parce que sa confiance en elle est au ras des pâquerettes, elle s'estime pas assez bien pour qu'on s'intéresse à elle.

Jack-the-rimeur a écrit:dans le monde onirique, je me fiche des détails "réalistes" et je n'ai rien contre le grand loup noir mais, étant dans la tête d'Ambre où se trouve déjà une version "Blanche", je verrais bien Guillaume affronter sa version obscure, celle qui la gangrène, sombre et froide comme la mort. Je lui ai même trouvé un nom : "Marbre" (presque un anagramme !).
Excellent nom! Et excellente idée. Mais j'ai peur que Guillaume passe trop pour un chevalier qui sauve la demoiselle en détresse enfermée dans sa tour. Dans l'histoire, il vient juste chercher Ambre; il se bat un peu pour parvenir jusqu'à elle mais c'est tout. Si je fais comme tu proposes, il agit à sa place: ça, je veux pas. À moins qu'il la réveille avant et qu'ils la combattent ensemble, ou qu'il ne soit qu'un renfort à Blanche (qui révèlerait soudain les pouvoirs suggérés par Max). Raaah! Bon, faut que je le fasse.

Jack-the-rimeur a écrit:Au fait, je t'ai dit que tu avais du talent ?
Embarassed Ne me flatte pas trop, j'aurais du mal à marcher et à enfiler des T-shirt!

Didier Fédou a écrit:Tu vois Naëlle, ton histoire ne demande qu'à exploser et sortir de ton contrôle, c'est très bon signe !
Comme quoi, les meilleures idées viennent en dormant.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Zaroff le Dim 12 Mai 2013 - 13:13

Eh ben j'ai bien aimé. Je me suis laissé emporter peu à peu dans ce récit onirique. On y trouve une scène science-fictionnelle : un homme fait le ménage et la vaisselle. Razz
Quelques longueurs dans le milieu du récit mais ça se lit bien. Comme Paladin, j'ai apprécié cette promenade dans le 5ème et 14ème, des quartiers chers à mon coeur.
Bref, beau boulot. Un mélange de B.R Bruss et Anna Gavalda.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook

"Après avoir rencontré Zaroff, je me suis mis à la belote coinchée."
Magnus Carlsen

Zaroff
— — Checkmate Master — — Disciple de Nécrorian
— — Checkmate Master — — Disciple de Nécrorian

Messages : 11831
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 44
Localisation : Ruins D99

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Dim 12 Mai 2013 - 14:46

Zaroff a écrit:On y trouve une scène science-fictionnelle : un homme fait le ménage et la vaisselle. Razz
Laughing

Merci, Zaroff!


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Jack-the-rimeur le Lun 13 Mai 2013 - 16:09

"Guillaume vient juste chercher Ambre", dis-tu. "Il se bat un peu mais c'est tout." Ce n'est pas un chevalier, ça, c'est un touriste, ce qui justement affadit ton personnage.
Un gars ordinaire, oui, mais maintenant qu'il a trouvé son "eldorado", il est prêt à se bagarrer jusqu'au bout pour le conserver. Pour cela, il doit en baver, souffrir, encaisser des coups, la peur et des poussées d'adrénaline. Ce n'est pas par ses vertus guerrières qu'il finira par atteindre le coeur d'Ambre mais parce qu'il s'obstinera à avancer quand même, quoi qu'il lui en coûte, parce qu'il est prêt à tout sacrifier pour elle. C'est sa seule façon de la convaincre de la profondeur de ses sentiments et c'est lorsqu'elle le verra à deux doigts de périr qu'Ambre aura le sursaut salvateur qui mettra fin au jeu sinistre et la ramènera parmi les vivants.
Il y a une belle scène à écrire, là : Blanche, au dernier moment, se jetant sur le terrifiant loup noir, et les deux créatures s'estompant, fusionnant en une seule Ambre retrouvée. Cela aurait une autre allure qu'un chaste baiser à la sauvette, non ?

Pour le talent, c'est bien d'en avoir mais on ne peut pas dormir dessus. L'errance intimiste de la première partie est très réussie mais la suite montre que ta palette a encore besoin d'être élargie. Tu maîtrises la langue et ses subtilités mais il te reste à affiner la technique, à la personnaliser et la moduler en fonction des nécessités du récit...
Après, seulement, tu pourras organiser des séances de dédicace avec les T-shirts que tu ne pourras plus enfiler...
Et j'espère que tu m'en garderas un !

P-S : j'ai balancé beaucoup d'idées à propos de ton récit et je ne voudrais pas que ça t'embrouille. C'est ton histoire à toi et elle doit le rester. D'accord, patronne ?


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK

Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2032
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 64
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Naëlle le Lun 13 Mai 2013 - 21:01

Je suis pas franchement convaincue (qu'il doive presque en crever pour la sauver) mais je crois que c'est plus dû au fait qu'on a une vision différente de l'amour (et je suis pas sûre que le débat ait sa place sur ce sujet, mais bon). Ça me paraît pas réaliste, de presque se sacrifier pour autrui, parce que l'homme (au sens large) est foncièrement égoïste. Alors bien sûr il y a toujours des personnes qui prouvent le contraire mais c'est des exceptions, or Guillaume n'en est pas une, c'est juste un gars comme tous les autres.

Jack-the-rimeur a écrit:P-S : j'ai balancé beaucoup d'idées à propos de ton récit et je ne voudrais pas que ça t'embrouille. C'est ton histoire à toi et elle doit le rester. D'accord, patronne ?
Zut alors, j'allais justement te proposer de la réécrire :mrgreen: Je rigole. Mais ça m'ennuie: tes idées sont super, mais c'est toi qui les as eues, pas moi. Du coup, j'ai des scrupules. Bon, de toute façon, je vais demander l'avis d'une personne extérieure sur vos avis (ouais, un avis sur des avis!) et je trancherai après.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)

Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3649
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 25
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au beau milieu d'un rêve

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:56


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum