Les Santons du diable (M. Agapit)

Aller en bas

Les Santons du diable (M. Agapit)

Message par Jack-the-rimeur le Mar 2 Avr 2013 - 1:03



Collection "Angoisse" n° 148.
C'est le premier Agapit que j'ai lu à l'époque où, ado fauché, j'avais recours à une boutique de locations pour assouvir mes appétits livresques. Retrouvé et racheté bien des années plus tard, il reste un de mes préférés dans mon Panthéon du fantastique.
Suspense, fantastique, aventure, humour noir et visions infernales, Agapit a manifestement pris un malin plaisir à concocter cette histoire foisonnante et sans temps mort.

Celle-ci est racontée par un jeune élève, Tiénou. Suite à un devoir d'école, il décrit son village partagé entre la plaine et la colline, la place centrale avec la pharmacie paternelle, la boulangerie voisine, l'église à gauche, la mairie à droite et, en face, la fabrique de tonneaux du père Cacoulette.
Un drôle de bonhomme, ce Cacoulette qui est aussi santonnier et dont les figurines fascinent les enfants. Un jour, il leur ouvre deux armoires : la première contient des reproductions miniatures des habitants du village, et la seconde, six petits personnages : un magicien, un seigneur, un pendu, un Napoléon, un mendiant et une bête griffue et velue.
Et Cacoulette commence à parler aux gamins de Mégaphalle, un alchimiste vieillissant qui, las de ses échecs à transformer le plomb en or, finit par invoquer le démon Astaroth qu'il enferme dans une poche d'espace. C'est le début d'un marchandage sur plusieurs siècles entre le démon, qui ne peut laisser son tourmenteur périr aux enfers sous peine de rester à jamais prisonnier, et le magicien jamais content de ses nouvelles résurrections.
Mais voilà qu'entre chaque épisode narré par Cacoulette, des gens du village se mettent à disparaître : la femme du maire et le garde-champêtre, Riri l'aveugle, puis deux soeurs bigotes...
La police enquête en vain, repart, et les disparitions reprennent : le facteur, le maire, la femme du santonnier, deux écoliers...
Tiénou, persuadé que le père Cacoulette cache dans sa cave une bête démoniaque qui dévore les gens, écrit à la police. Retour des enquêteurs et des journalistes, perquisition chez le tonnelier... chou blanc.
Quand le tonnelier annonce aux enfants qu'il est prêt à leur conter la suite des aventures de Mégaphalle, Tiénou flaire un piège mais sa petite amie ayant disparu, il veut en avoir le coeur net. Quand les enfants se dispersent, Cacoulette le retient et le traquenard se referme.
Tiénou se réveille réduit à la taille d'un santon, dans une cave, au fond d'une grande caisse transparente qui contient une réplique en carton du village et tous les autres disparus, des miniatures vivantes sur lesquelles Cacoulette joue à la divinité.
Une première tentative d'évasion se solde par un échec, quand, profitant du sommeil du santonnier, Astaroth entre en contact avec l'esprit de Tiénou et lui propose une alliance pour en finir avec Mégaphalle. Une épreuve terrifiante pour le jeune garçon mais qui se soldera par la vengeance du démon, la mort atroce du magicien et la délivrance des villageois ensorcelés.

Point d'orgue de ce festival diabolique, la vision hallucinée de la course en char des damnés :
"Il roule, il roule toujours. Il pleure de rage, il hurle d'horreur. Les yeux lui sortent de la tête.
"J'entends le fracas des roues et des sabots des chevaux, le grondement du tonnerre, le claquement des fouets et les cris des sorcières : Taïaut ! Taïaut ! C'est la chasse ardente.
"Les chiennes de l'enfer aboient, le sol rougeoie, le mur verdoie. Taïaut ! Taïaut ! Le mur s'approche.
"S'écrasent là, s'écrasent là. Ils roulent de nouveau. Taïaut ! Taïaut ! C'est la chasse ardente, qui sans arrêt recommence, éternellement. C'est ça, l'enfer. J'y étais. Je l'ai vu."


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2223
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Santons du diable (M. Agapit)

Message par Zaroff le Mar 2 Avr 2013 - 8:34

Assurément, ce sera mon prochain achat. Excellente chronique. Merci.


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre page Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12740
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Santons du diable (M. Agapit)

Message par Jack-the-rimeur le Mar 2 Avr 2013 - 12:03

Merci pour l'illustration de couverture. Gourdon s'est surpassé pour cette figure infernale.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2223
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Santons du diable (M. Agapit)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum