La légende de Tonklar'Kash /4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La légende de Tonklar'Kash /4

Message par Jack-the-rimeur le Dim 10 Fév 2013 - 20:21

Quand Tokhat'Myhal reprit connaissance, de longues heures plus tard, les premiers chariots commençaient à arriver. Repoussant la nourriture qu'on lui proposait, il n'avala qu'une gorgée d'eau avant de bondir sur ses pieds et de courir ordonner aux convoyeurs de se répartir tout autour du lac et de déposer au ras des flots leurs chargements de récipients en attendant son signal.
Puis il revint vers l'enfant d'ailleurs qui dormait paisiblement dans les bras de Franzydol'Tha, l'illustre guérisseuse.
-- C'est toi qui l'as endormi ? lui dit-il avec un de ses rares sourires.
Elle acquiesça :
-- Il avait faim, il pleurait.
-- Je t'en remercie, Honorable Mère, s'inclina-t-il avant d'ajouter : Tu sais, ce que je vais devoir faire maintenant est un acte aussi ignoble à mes yeux qu'aux tiens, et si éloigné de tout ce à quoi tu as consacré ta vie que... Moi, je ne peux pas m'y soustraire mais toi, rien ne t'y oblige et je comprendrais que...
-- Tokhat'Myhall ! Me prendrais-tu pour une novice frileuse ? siffla-t-elle entre ses dents. Oui, ce que tu t'apprêtes à commettre me déchire et me révulse, mais j'ai fait un choix et il n'est pas dans ma nature d'accorder ma confiance à moitié. Aussi, je n'ai qu'une chose à te dire : ne t'avise surtout pas de la trahir !
Mais il y avait des larmes dans ses yeux quand elle lui tendit le bébé.
Tokhat'Myhall le prit, hochant silencieusement la tête avec gravité.

Le Chenu désigna alors une longue pierre plate d'un opale laiteux que les mages de l'assistance érigèrent en table sur quatre fragments de porphyre, et sur laquelle il déposa l'enfant qu'il enveloppa d'un regard lourd et impérieux, marmonnant d'inaudibles incantations et faisant virevolter ses mains parcheminées au-dessus du petit corps jusqu'à ce que celui-ci se raidisse et devienne dur comme le bois des sylves fossiles.
Ceci fait, Tokhat'Myhal ouvrit sa besace et en sortit de sinistres instruments chirurgicaux aux étranges reflets de diamant qu'ils disposa sur la table d'opale, puis il demanda qu'on élève un mur de toile tout autour. Enfin, ne gardant que les grands maîtres des écoles auprès de lui, il pria tout de monde de sortir.
Et l'opération commença.

Elle dura d'interminables heures. Au dehors, les gnomes retenaient leur souffle dans un silence tendu, ne s'autorisant que de brefs et fugitifs chuchotements quand, par intermittence, l'un ou l'autre grand maître sortait pour vomir ou redonner un semblant de dignité à leurs traits décomposés avant de replonger dans l'horreur dissimulée derrière la toile.
Enfin, comme les derniers miroitements du crépuscule dansaient sur les cimes, Tokhat'Myhal sortit vivement et, de ses mains ensanglantées, façonna une boule de feu qu'il lança haut dans le ciel pour signaler aux convoyeurs qu'ils pouvaient vider dans le lac les centaines de tonneaux, jarres, urnes et amphores qu'ils avaient déchargés.
Ce qui fut fait.

Presque aussitôt, un grand cri étonné et plaintif s'éleva des poitrines de l'assemblée. De larges traînées fluorescentes convergèrent vers le centre du lac qui se se mit à tourbillonner. Puis de gigantesques bulles livides vinrent crever la surface entière tandis qu'une visqueuse lumière glauque semblait se contorsionner dans les profondeurs comme un monstre blessé à mort. Mais, peu à peu, les remous furieux se calmèrent et le lac s'apaisa, ne conservant qu'une vague phosphorescence rosâtre et malsaine de chair fraîche, qui ne s'iriserait que longtemps après.

Tokhat'Myhal fit alors abattre le mur de toile et, sur la table qui irradiait à présent un blanc laiteux, tous purent découvrir une forme totalement enveloppée d'un riche tissu moiré orné de rubans d'or avec, juste à côté, une pathétique petite masse grise et terne, un minuscule cerveau prolongé de sa moelle épinière à laquelle adhérait encore un écheveau de filaments nerveux.
Sourds au murmure de compassion qui étreignait les gnomes, le Chenu et les grands maîtres formèrent une chaîne autour de la table et se mirent à psalmodier d'un même choeur grave et lancinant.
Le plateau d'opale luminescent s'éleva lentement dans l'air assombri du couchant où le dernier soleil venait de disparaître, glissa majestueusement au-dessus de la luminescence rosée du lac jusqu'au centre où il s'arrêta, avant de s'enfoncer sous les eaux où il s'immobilisa à nouveau, à une demi-brasse seulement de profondeur.
De la rive, nul ne vit le petit corps emmailloté glisser et descendre doucement au fond de sa dernière demeure, et seuls ceux qui savaient affûter leur vue par la magie purent observer le minuscule système nerveux qui était remonté flotter à la surface.
Alors seulement, Tokhat'Myhal s'assit et se mit à pleurer longuement, en silence.

Halcof'Rhibas, le conseiller suprême, sentant son besoin de solitude après cette épreuve, se retint d'aller le réconforter. En outre, passablement secoué lui-même, comme tous les gnomes présents, par ce qu'il venait de voir, il ne pouvait empêcher sa conscience de le tarauder. Non, il n'y avait pas de quoi être fier de laisser sacrifier ainsi un innocent à leur place, fût-il un primitif. Mais que faire d'autre quand le sort de tout un peuple était en jeu ?
Et si leur foi en Tokhat'Myhal n'était qu'une illusion ? S'il s'était servi de leur désespoir pour se venger de ses humiliations passées ? Si tous ces effrayants artifices magiques n'étaient destinés qu'à satisfaire l'appétit criminel d'un sorcier dément ? Ou s'ils n'avaient d'autre but que d'offrir à quelque répugnante idole un sacrifice aussi grandiose qu'immonde ?...

-- Tu me parais bien soucieux, noble conseiller, fit à côté de lui la voix de Franzydol'Tha, la guérisseuse.
-- Honorable Mère, le Chenu mérite-t-il notre confiance ?
-- Certes, cela vaudrait mieux pour nous tous, mais, crois-moi, après ce qu'il m'a amenée à faire aujourd'hui, je peux te garantir que ça vaudrait sacrément mieux pour lui aussi ! (Puis, lui prenant le bras : ) Allez, viens, le grand Prêtre a organisé une cérémonie de remerciements à Sygma'Hel la Sombre.
Et c'est autant se rassurer que pour faire taire ses doutes qu'Halcof'Rhibas se joignit aux prières de la foule, puis, qu'en choeur avec elle, il clama jusqu'à l'aube les noms de Tokhat'Myhal et de Tonklar'Kash.


(à suivre...)


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2218
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de Tonklar'Kash /4

Message par Doumé le Lun 11 Fév 2013 - 17:15

Hou ! Paraît trop facile tout ça... Va y avoir des surprises, je sens...


Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense...
avatar
Doumé
— Mystagogue des Ombres — Disciple du Très Haut
 — Mystagogue des Ombres —  Disciple du Très Haut

Messages : 1867
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 57
Localisation : Fréjus

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de Tonklar'Kash /4

Message par Jack-the-rimeur le Lun 11 Fév 2013 - 22:52

Chut ! c'est un secret. (A suivre...)


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2218
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 65
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: La légende de Tonklar'Kash /4

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum