Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Aller en bas

Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Jack-the-rimeur le Ven 1 Fév 2013 - 1:05

SIBYLLE ET PERSEE (Les coulisses de l'Olympe)

Pantalonnade en un acte (si on peut dire) en vers et contre tous,
par le docteur Périklos Sporgersi DUPONT DE LA RAMBARDE
(ex-interné des hôpitaux)

LE RIDEAU S'OUVRE.

Le décor représente la caverne de Sibylle : quelques cailloux ça et là, deux ou trois grosses pierres et un bout de rocher sont harmonieusement disséminés sur la scène.
Sibylle se tient debout. Elle est jeune, svelte, plutôt bien roulée et vêtue d'une longue robe transparente d'autant plus légère et suggestive qu'elle représentera, pour le spectateur, le seul attrait qui se puisse trouver dans cette pièce au-dessous de toute débilité.
Persée entre. Grand, bien bâti, en sandales et courte jupette, il séduirait sans mal toutes les spectatrices sans le furoncle à la fesse gauche qu'il se gratte sans arrêt.
Et c'est parti :

SIBYLLE :
Bienvenue, étranger qui désirait me voir.
Sybille est devant toi, que voudrais-tu savoir ?

PERSEE :
Que mon identité soit par tes dons percée,
Ensuite nous verrons. Quel est mon nom ?

SIBYLLE :
........................................................ Persée !

PERSEE :
Là, ça m'en bouche un coin, juge de ma stupeur !

SIBYLLE :
La rime était trop riche, on eût dit The-rimeur,
L'oracle de Narbonne, un poil à l'ouest de Rome,
Auquel on doit : "Youp-là ! les gaietés de sodome",
"La colique aux adieux" et d'autres... mais passons.
Veux-tu bien me payer d'avance et sans façons
Cent vingt cinq drachmes d'or dont le cours est en hausse ?

PERSEE :
Certes... Peut-être un chèque ?...

SIBYLLE :
........................................... Ici, nul ne se gausse !

PERSEE :
Mais c'est cher !

SIBYLLE :
...................... Va donc voir la Pythie, indigent !

PERSEE (avec un geste de dénégation) :
La Pythie est vulgaire, elle vient en mangeant.
Soit, voici ton argent.

SIBYLLE :
............................. Mets-le dans ma sébile.

PERSEE (s'exécutant) :
Voilà pour ta sébile, ô ma Sibylle habile.

SIBYLLE :
Entre nous, n'es-tu las d'allitérer si mal ?

PERSEE (en sourdine) :
C'est que l'auteur, vois-tu, n'est pas vraiment normal.
Il t'as pris hier soir quelqu'une de ces cuites !...
Dont on ne se remet que lentement des suites.
(Puis, plus fort)
Mais je ne suis pas là pour te parler de lui.

SIBYLLE :
C'est juste, au fait !

PERSEE :
............................ Voici l'objet de mon ennui :
Dis-moi, ne connais-tu, Sibylle que j'adore,
Ce chantre sénescent du nom d'Apollodore ?
Ce vieillard tient sur moi de si fâcheux propos
Que j'en perds le manger, le boire et le repos.
Il prétend qu'un enfant non sevré de sa mère
Eut montré plus d'audace à tuer la Chimère
Et, qu'en tirant de l'arc en me tenant fort loin,
Je prenais de mes jours assurément grand soin.

SIBYLLE :
Il me vient un soupçon - n'en garde pas ombrage -
Mais depuis quand Chimère est-elle ton ouvrage ?
Je la croyais du fait du seul Bellérophon...

PERSEE :
C'est l'auteur, je te dis, qui s'en va du siphon.
Mais laissons ce détail.
.............................. Parlons de la Gorgone !
On dit (et l'on en rit jusque dans l'Hexagone)
Qu'entre tous, mon exploit ne vaut pet de lapin,
Qu'il est l'oeuvre d'Hermès, d'Athéna, de Jupin,
Des Hyperboréens dont les grâces zélées
M'auraient fait obtenir des sandales ailées,
Un magique bonnet, une besace aussi,
Si bien que mon combat devient en raccourci
Un travail de boucher somme toute pépère.
Voici comment j'aurais abattu la vipère :
Arrivant à la nuit, au moment le moins clair,
Je m'avançais sans bruit puisque marchant sur l'air,
Mon bonnet me rendait invisible à la vue...

SIBYILLE :
Pléonasme amusant s'il n'est une bévue !

PERSEE :
C'en est une... On ajoute, au crédit du héros,
Que Méduse dormait et me tournait le dos,
(Jupiter sait pourtant si j'étais à la fête
Avec tous ces serpents assoupis sur sa tête !)
Et qu'enfin, Athéna ne m'eut tenu la main,
J'eusse bien pu frapper jusques au lendemain
Pour trancher l'affreux col... Bref, je suis une poire !

SIBYLLE :
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire.

PERSEE :
Plaît-il ?

SIBYLLE :
............ Non, ce n'est rien.

PERSEE :
...................................... Tes propos sont abscons.

SIBYLLE :
Reste poli, Persée, ou je sors de mes gonds !
Ne sois pas si vilain si je suis sibylline.

PERSEE :
C'est bon, je n'ai rien dit, ferme l'adrénaline.

SIBYLLE :
Je préfère cela. Mais revenons à toi.
Tu voudrais couper court au ricanant émoi
Qui, des peuples latins, agite assez la rate.
Que faire pour t'aider ? Franchement, je me gratte...

PERSEE :
Tu ne me comprends pas, ce qu'on raconte est vrai.

SIBYLLE :
Qu'attends-tu donc de moi ?

PERSEE :
..................................... Celui qui m'a livré !
Pour que le vieux fou sache, il fallut qu'on l'enseigne.
Dis-moi le nom du traître et, céans, je le saigne,
Je l'étrangle, l'empale (avant qu'il soit pendu),
Je lui verse en l'oreille un peu de plomb fondu,
Je l'écrase à pieds joints, j'en fais un monticule,
A demander pardon aussi, je me l'accule...

SIBYLLE :
Comment ?

PERSEE :
.............. L'accule !

SIBYLLE :
............................ Ah, bon!

PERSEE :
........................................ Pourquoi ?

SIBYLLE :
....................................................... Rien, j'avais cru...

PERSEE :
Je le passe au mixer, je le mange tout crû
Et lui formule enfin certains menus reproches.

SIBYLLE (songeuse) :
Mais oui ! Je vois cela ! Le félon dans tes proches...
Mais la délation, c'est cent drachmes de plus.

PERSEE :
Encore de l'argent !

SIBYLLE (minaudant) :
........................... J'ai des goûts dissolus.

PERSEE (après hésitation) :
J'accepte, et cependant j'y laisse ma chemise.
Tu pourrais à ce prix me faire une remise.

SIBYLLE :
D'accord. Pour vingt pour cent, ce nom finit en "mède".

PERSEE :
Laisse-moi réfléchir... Ne serait-ce Archimède ?

SIBYLLE (après un grand soupir) :
Andromède, ta femme, espèce d'ensablé !
(Nous disons plein tarif et ce n'est pas volé.)

PERSEE (pétrifié) :
Quoi ! Ma femme ! Impossible ! En quoi donc une épouse,
Des exploits d'un mari, serait-elle jalouse ?

SIBYLLE (gentiment) :
Comment de l'expliquer sans qu'il paraisse osé ?
Andromède, Persée, est un nom composé
De "médius" milieu, d'"andros" qui veut dire homme.
Elle est femme du haut, mais du bas...

PERSEE :
................................................. Un fantôme !

SIBYLLE (à part) :
J'en ai vu des tam-tam, mais aucun d'aussi mûr !
(Puis, à Persée) :
C'est un mâle, crétin !

PERSEE (après un long, long silence) :
.............................. Bon sang ! Mais c'est bien sûr !
Je comprends à présent mainte attitude louche !
Pourquoi lui fallait-il, pour venir dans ma couche,
Qu'il fît un noir complet ! "La coutume le veut",
Disait-elle, et sa bouche avait goût à cheveu.
Ses mamelles alors semblaient dures et plates :
Ce qu'elle me tendait, c'était ses omoplates !
Elle a su me duper avec des mots, du vent...
(Il pleure)
Moi qui n'avait jamais connu de fille avant,
Ce lui fut chose aisée; Ah, la bougresse infâme !
(Puis, jetant un oeil en direction de Sibylle) :
Mais d'ignorer toujours ce que c'est qu'une femme,
Voilà le plus atroce, et qui me fait rager !

SIBYLLE (l'air innocent, en lui tournant autour) :
Sèche tes pleurs, coco, cela peut s'arranger...
Ta cervelle, bien sûr, reste un peu défaillante,
Mais le biceps est bon, la mine souriante,
Et si les malins seuls apportaient du plaisir,
La plupart de mes soeurs s'ennuieraient à moisir.

PERSEE (hésitant) :
Se pourrait-il ?...

SIBYLLE (en chantonnant) :
..................... Le temps de fermer la boutique,
Et l'on pourra passer à la leçon pratique.

PERSEE (l'oeil illuminé) :
Vrai ? c'est chic !

SIBYLLE (avec une moue) :
....................... Il se peut qu'on y passe la nuit...

PERSEE :
Qu'importe ?

SIBYLLE :
............... Et je pense...

PERSEE :
................................ Oui ?

SIBYLLE (en riant ):
....................................... Que ce sera gratuit !

(Elle le prend par la main et il sortent en courant.)

Le rideau tombe de sommeil.

Dans la salle, on secoue le spectateur qui, s'étant endormi, n'a pu se rendre, avec le reste de l'assistance, porter la pétition au ministère de la Culture selon le rituel consacré. On le console en lui donnant une entrée gratuite (comme si quelqu'un pouvait payer pour voir une bouillie pareille !) afin qu'il puisse y participer le lendemain.
L'auteur court entre les bancs, poursuivi pas deux infirmiers.
Le metteur en scène, au désespoir, va se bourrer la gueule au bistrot du coin.
La femme de ménage arrive avec son seau, sa serpillière et son balai, et me demande si j'en ai encore pour longtemps avant de dégager parce que c'est toujours "les ceuss' qu'ont rien à glander qui traînent dans les pattes du pauv' monde qui trime" !
Alors, je la salue élégamment, et je me retire...

POINT FINAL.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Jack-the-rimeur le Ven 1 Fév 2013 - 1:14

Zut ! j'ai laissé passer deux coquilles !


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Zaroff le Ven 1 Fév 2013 - 6:14

Bel exercice de style !


Forum créé le 21 octobre 2011 par Zaroff et Paladin

Notre groupe Facebook


"Toute variété riemannienne peut être plongée de manière isométrique dans un espace euclidien."
Ou pas.
avatar
Zaroff
Compagnon de Baal
 Compagnon de Baal

Messages : 12933
Date d'inscription : 21/10/2011
Age : 46
Localisation : Dans un marécage putrescent

http://gorezaroff.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Naëlle le Ven 1 Fév 2013 - 12:17

Jack-the-rimeur a écrit:Zut ! j'ai laissé passer deux coquilles !
Je dirais plutôt une petite dizaine.

Très drôle! J'ai bien ri. Du théâtre rimé + des jeux de mots = Naëlle contente.


Attention, je suis un sale hibou ! (Dixit Raven.)
avatar
Naëlle
— — Madone des Ombres — — Disciple de la Discipline
— — Madone des Ombres — —  Disciple de la Discipline

Messages : 3668
Date d'inscription : 29/11/2012
Age : 27
Localisation : Sur la Lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Jack-the-rimeur le Ven 1 Fév 2013 - 14:01

Si Naëlle contente, Jack ravi !
Hugh !


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Catherine Robert le Lun 12 Jan 2015 - 8:45

Très drôle, tout à fait vrai. Et puis, j'applaudis à deux mains parce qu'il y a bien longtemps, j'aurais voulu pouvoir écrire un truc du genre (enfin, pas spécialement comique) et c'est pas évident du tout.


"J'ai lu. Je sais même pas quoi dire tellement je suis atterrée.
Et le pire c'est que j'ai aimé te lire."
Raven sur "Yin et yang"
"Merci de m'avoir donné envie de vomir !" Nao76 sur "Yin et yang"
"Ton texte m'avait fait penser à un film allemand atroce que j'avais vu plus jeune : Nekromantik !" Polo sur "Trafic de cadavres"
avatar
Catherine Robert
— — La Grande Cat'Rime — — Disciple de la Frite vicieuse
— — La Grande Cat'Rime — —  Disciple de la Frite vicieuse

Messages : 10143
Date d'inscription : 07/11/2011
Age : 50
Localisation : Belgique

http://catherine-robert68.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Jack-the-rimeur le Lun 12 Jan 2015 - 18:10

Serait-ce que tu ferais la poussière avant de de prendre tes nouvelles fonctions, Catherine ?
Peu importe, merci à toi d'avoir exhumé cette vieillerie.
J'avais toujours été intrigué par le fait que beaucoup de grandes pièces classiques en vers étaient des commandes passées par les hauts-protecteurs quelques semaines à peine avant la première. Alors, j'ai profité d'une idée de parodie de scène antique pour tester le truc. Bien sûr, le comique permet pas mal de souplesse mais j'ai pu constater que les alexandrins à rimes plates relevaient plus d'un tour de main à attraper, d'une mécanique verbale que de poésie à proprement parler. La plus grosse difficulté, finalement, c'est de ne pas devenir barbant. C'est là le vrai génie de Molière & C°.


"Car il faut avant tout sortir, ne fût-ce qu'un instant, de la prison sans portes ni fenêtres."
Maurice MAETERLINCK
avatar
Jack-the-rimeur
— — Zonard crépusculaire — — Disciple d'Ambrose Bierce
— — Zonard crépusculaire — —  Disciple d'Ambrose Bierce

Messages : 2226
Date d'inscription : 23/01/2013
Age : 66
Localisation : Narbonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Perroccina le Mar 13 Jan 2015 - 12:56

Je le découvre celui-là et j'ai bien ri. Il y a des jeux de mots vraiment savoureux.
"A vaincre sans baril, on triomphe sans boire"
Je la resservirai celle-là.
Olympienne, mon Dieu !


"Ils nous pissent dessus et ils ne nous font même pas croire qu'il pleut." Dr Augustine, Avatar
avatar
Perroccina
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne
— — — — E.T à moto — — — — Disciple asimovienne

Messages : 3078
Date d'inscription : 26/12/2012
Age : 53
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Murphy Myers le Dim 18 Jan 2015 - 17:26

Très drôle et toujours aussi bien maitrisé que d'habitude. Loin d'être barbant, j'en redemanderais sans hésitation et j'applaudis moi aussi pour toutes ces trouvailles humoristiques !


NOUVEAU : L'ombre

"Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher." Baudelaire, Chacun sa chimère
avatar
Murphy Myers
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir
— Concepteur de cauchemars — Disciple du chat noir

Messages : 3260
Date d'inscription : 10/03/2014
Age : 26

https://www.amazon.fr/Murphy-Myers/e/B00NPY6R4G/ref=dp_byline_co

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sibylle et Persée (Les coulisses de l'Olympe)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum